Quand j’ai rencontré mon petit… [Naissance]

Enfin, j’ai quelques instants et suffisamment d’énergie pour revenir vers vous et vous raconter son histoire… La venue au monde de mon petit garçon !

Rappelez-vous : deux semaines auparavant, la voie basse était possible.

Mais le samedi 5 décembre, j’avais — enfin, il avait — dépassé le terme de deux jours. Je devais donc me rendre à la maternité pour un monitoring et une nouvelle échographie…

C’est le week-end, ça tombe bien : Ciconio est enfin là après une semaine loin de la maison. Nous avons emmené les valises au cas où…

Arrivés à la maternité, le monitoring note que mon bébé n’aime pas trop les contractions, mais rien de bien grave. La gynéco Dr Dynamique arrive une bonne heure plus tard pour l’échographie. Très vite, elle nous dit que notre petit a encore grandi… même de la tête ! BBBB est toujours en siège — ça je le savais –, et du coup les nouvelles mesures ne me permettent plus d’accoucher par voie « naturelle ». Par ailleurs, le liquide amniotique se fait rare.

Ce sera donc une césarienne. Ce n’est pas urgent, mais elle nous annonce qu’il faudra la programmer pour le mardi suivant au plus tard.

Nous ne sommes pas choqués ; cela fait deux mois que nous nous préparons à cette éventualité, encore plus ces derniers jours en sachant que notre petit bout a fait du rab dans mon ventre. 😉

Elle nous demande quand nous souhaitons programmer la naissance en précisant que si l’anesthésiste est disponible aujourd’hui, on peut le faire cet après-midi.

Puisque Babybulle n’a plus trop de place ni de liquide dans mon ventre et qu’il n’aime pas trop les contractions, et que ce serait le jour idéal en ce début de week-end pour que Ciconio profite bien des premiers instants avant de repartir en cours lundi matin, nous décidons de ne pas attendre inutilement.

En fin de matinée, nous apprenons que tout est OK : l’anesthésiste a du temps l’après-midi. La césarienne est possible à 14h00, le temps que j’aie digéré mon petit déjeuner.

Nous sommes sereins tous les deux : nous allons rencontrer notre fils aujourd’hui même ! Après plus de deux mois d’incertitude, NOUS SAVONS ENFIN comment cela va se passer.

Le midi, on nous installe dans une chambre de naissance. Je n’accoucherai pas « normalement » dans cette pièce, mais tout ce qui m’importe, c’est la santé de mon bébé.

Ciconio a le temps d’aller manger un bout au centre-ville et d’aller chercher les valises pendant que je prends tout mon temps sous la douche… à la B*tadine ! Je ne vous raconte pas l’état de mes cheveux au séchage à l’air libre… Mais quelle importance, un jour comme celui-ci !

J’explique à mon bébé ce qu’il va se passer. Je me dis que même s’il ne comprend pas mes mots, il ressent sûrement les choses et comprend mes intentions…

Une jeune femme vient poser la sonde urinaire. Pas très agréable, j’ai l’impression d’avoir une cystite en fait ; ça brûle, mais c’est carrément supportable.

Puis très vite arrive le moment de la césarienne. Depuis le début, à la demande de Ciconio d’être présent au bloc, les gens répondent, « oui, si l’anesthésiste est d’accord, mais y’a pas de raison » alors on croit dur comme fer qu’il pourra m’accompagner. Seulement, l’anesthésiste (encore une femme avec un accent, mais pas la même que l’autre jour) est réticente car c’est « un beau bébé », et elle veut être à 100 % pour moi en cas de complications, sans avoir à gérer mon mari. Nous argumentons gentiment que Ciconio ne va pas tomber dans les pommes (eh oui, il en a vu des vêlages ! LOL), mais rien n’y fait…

Alors nous nous séparons à contrecœur à l’entrée du bloc… Je vois avec peine mon Ciconio les larmes aux yeux et je le rassure et l’encourage avec le sourire : je n’ai pas peur, tout va bien se passer et je compte sur lui pour bien câliner notre bébé et beaucoup lui parler avant mon retour. Un dernier bisou et c’est parti !

À partir de là, tout s’accélère. Il est 14h00 pile quand j’arrive au bloc et pendant une vingtaine de minutes, cinq personnes vont s’affairer autour de moi, telles des fourmis. L’infirmier anesthésiste joue le rôle d’accompagnateur psychologique, si je puis dire. Il me fait rire en appelant ma sonde « mon sac à main » et m’aide à adopter la bonne position pour la rachi-anesthésie. Pour voir si l’anesthésie fonctionne, on m’applique de l’alcool sur le corps et plus ça descend, plus la sensation de froid s’estompe. Plus tard, quand on me demande où on me touche, je réponds « la cuisse gauche, peut-être ? » et tout le monde éclate de rire. Je comprends alors que l’anesthésie est efficace et qu’ils vont bientôt pouvoir commencer.

Dr Dynamique me dit qu’elle me demandera symboliquement de pousser. Mais elle ne m’en reparlera pas et j’oublierai complètement de le faire au moment crucial. Pas grave 😉

Il est 14h21, j’entends « J’incise », ça y est, ils vont chercher mon bébé dans mon ventre. Je suis bien, j’espère que cela n’est pas trop violent pour lui… C’était ma plus grande peur concernant la césarienne : que cela soit violent pour mon bébé, pas préparé… Mais c’est pour son bien, alors…

Ensuite, j’ai l’impression qu’on me ballote dans tous les sens. Je ne sens rien mais il y a beaucoup de mouvement de l’autre côté du champ. Je suis impatiente…!

14h25 : j’entends les exclamations de l’équipe : « Ah oui, quel beau bébé ! » ; « Une belle tête de siège ! » ; « Il se porte bien ! »…

Un membre de l’équipe (je ne me rappelle pas lequel) me fait remarquer qu’un rayon de soleil a percé juste au moment de la naissance. 😀

Et enfin le premier cri de mon petit garçon…

Je demande s’il va bien, car je ne le vois toujours pas, le temps me paraît long… On me répond « oui » et on me l’amène enfin, enveloppé d’un drap, tout mouillé… Seules sa tête et sa menotte droite sortent du drap, il est encore plus beau que je ne l’imaginais… Déjà je constate qu’il a les mêmes cheveux que ses parents, noirs et qui frisottent avec l’humidité… ❤

Ce qui restera gravé en moi à jamais, c’est son regard éveillé, inoubliable, planté droit dans le mien. Comme s’il me reconnaissait ! Ses grands yeux noirs qui me fixaient…

J’ai eu le temps de l’embrasser sur la tête et la menotte, puis il est parti rejoindre son papa pour un moment de complicité « peau à poils »…

Je n’ai même pas « pensé » à pleurer, j’ai juste affiché un sourire béat jusqu’à ce que je rejoigne mes deux hommes.

Babybulle était bien avec son papa. C’était magnifique à voir.

On l’a posé sur moi… Nous étions enfin réunis.

Enfin, il est là… Depuis le temps qu’on l’attendait…! Ce petit bonhomme a changé notre vie !

❤ ❤ ❤

Publicités

État des lieux à 38,1 SA [Grossesse]

Quoi de neuf depuis mon dernier article ?

Les derniers rendez-vous

L’obstétricienne

Eh bien rien de bien nouveau… La consultation du 9e mois auprès d’une gynécologue-obstétricienne de l’hôpital a eu lieu la semaine dernière. Dr Vitaminée — comme je vais l’appeler ici parce qu’elle est relativement jeune et un peu speed — a examiné la radio de mon bassin, l’a trouvé de taille correcte et a programmé une nouvelle échographie la semaine prochaine pour savoir si mon bébé pourra « passer ». On a de la chance que dans cet hôpital baby-friendly, la césarienne ne soit pas imposée d’office dans notre cas de « beau bébé en siège ». En revanche, c’est péridurale d’office et ils évitent les déclenchements pour les sièges en cas de dépassement du terme. Pour Dr Vitaminée, si tous les feux sont au vert avant et pendant l’accouchement, la voie basse sera envisagée. Sinon, Ciconio pourra m’accompagner au bloc en cas de césarienne à condition que l’anesthésiste soit d’accord, ce qui est déjà énorme.

Dr Vitaminée a effectué un prélèvement vaginal et un toucher vaginal que j’ai bien senti passer. Gros bémol pour cette doc : c’est la première fois de ma vie que je vis un TV comme celui-là. Elle y est allée comme une bourrine et j’ai eu l’impression qu’elle allait y mettre le bras entier. Excusez-moi de parler crûment, mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti. J’ai serré les mains fort sur la table… Ciconio a même entendu des « bruits de butée », c’est dire !

Si c’est elle qui m’accouche, j’espère vraiment qu’elle sera plus douce !!! :-S

Pour l’accouchement, trois solutions « s’offrent à nous » (j’emploie les guillemets parce qu’à ce niveau on n’a plus guère le choix que de s’adapter à la situation…) :

  1. BBBB « passe » en théorie, puis l’accouchement progresse convenablement : voie basse
  2. BBBB « passe » en théorie, mais l’accouchement ne progresse pas convenablement : césarienne d’urgence
  3. BBBB « ne passe pas », déjà sur le papier : césarienne programmée ou non (on nous laisserait le choix)

L’anesthésiste

La semaine dernière toujours, j’ai rencontré l’une des anesthésistes de l’hôpital. A-do-rable. Bon, il faut la suivre car elle a un accent de l’Est digne de Martha, la prof d’arts plastiques incarnée par Julie Ferrier 😀

Un vrai moulin à paroles ! Remarquez, la pauvre, elle doit en passer du temps à expliquer toujours la même chose aux femmes enceintes concernant la péridurale, etc.

Elle a commencé son speech sur le fait que la péridurale n’était pas obligatoire si la dilatation allait vite et que je ne souffrais pas trop… Après tout son bla-bla, j’ai enfin pu en placer une pour préciser que BBBB était en siège. Elle a rejoint Dr Vitaminée sur ce point : dans mon cas, je n’ai pas trop le choix, c’est péridurale d’office.

Elle a trouvé ma bouche petite, ce qui l’inquiète pour une éventuelle anesthésie générale… Mais ne vous inquiétez pas, c’est très rrarrre !!! Rassurant.

Elle a aussi précisé que je ne devais pas m’inquiéter si je vomissais : C’est pas grrrrave, on nettoierrra tout ! Rassurant.

Elle m’a rapidement fait simuler la position à adopter pour recevoir la péridurale, pour m’entraîner.

Bref, j’ai trouvé cette personne très sympathique et j’aimerais bien qu’elle soit de garde le jour J, même si la perspective de ma trop petite bouche et du vomito ont ajouté des craintes à toutes les craintes que j’ai déjà…

La visite des salles de naissance

Une agréable visite. J’avais déjà entre-aperçu les salles d’accouchement lors de mes monitos, mais là une gentille sage-femme nous a fait une visite guidée complète de tout l’étage maternité. Trois salles sont ornées d’une fresque murale : l’une exotique, l’une bucolique, la dernière viticole. 😉 Ayant fait 5 fois les vendanges, je pencherais pour la vision des vignes pendant l’effort. Promesse d’un bon petit verre de Beaujolais comme réconfort après l’effort. Petit clin d’œil à qui se reconnaîtra 😉

J’ai bien aimé l’ambiance décontractée et positive entre les personnes du personnel. Les femmes de ménage riaient aux éclats en travaillant et tout le monde était accueillant et souriant. Bien sûr, il n’y avait personne en salle d’accouchement, alors ça aide à la décontraction. J’imagine qu’un jour de pleine lune l’ambiance aurait été différente. D’ailleurs, c’est vrai, cette histoire de hausse du nombre des naissances à la pleine lune ??? La prochaine a lieu le 25 novembre…!

Mon ressenti

Mes peurs

Inutile de vous dire que je ronge mon frein en attendant l’écho du 20 novembre. Je ne suis pas pressée d’accoucher ; plutôt de savoir à quelle sauce je vais être mangée. Quand on me demande si je suis impatiente, je réponds « oui et non ». Oui, j’ai hâte de faire connaissance avec notre petit garçon et surtout d’être sûre qu’il est né en bonne santé et que cette étape décisive est franchie. Mais non, je n’ai pas hâte d’accoucher. Il reste 3 semaines, aussi. On n’en est pas encore au terme.

J’ai toujours rêvé de devenir maman, jamais d’accoucher. C’était même l’une de mes plus grandes peurs… Je dis « je », car c’est bien moi et moi seule qui vais passer à la casserole. Je sais que je serai seule dans ma peur et ma douleur, même si mon homme sera à mes côtés. Il ne pourra pas ressentir ce que je ressentirai et ne pourra pas faire grand-chose pour me soulager, même si sa présence sera pour moi indispensable.

Concrètement, je crains comme toutes les futures mamans le trajet jusqu’à la maternité. En effet, de lundi prochain aux vacances de Noël, Ciconio suivra sa formation continue à 1h45 de chez nous… Il ne rentrera pas tous les soirs vu la distance (il a une chambre d’étudiant)… Alors je croise les doigts pour avoir le temps de détecter les contractions à temps afin qu’il puisse revenir et me conduire à la maternité en toute « sérénité » !

À l’arrivée à la maternité, j’ai peur de plein de trucs. Bien que cette maternité soit raccord avec beaucoup de mes souhaits : pas de surmédicalisation inutile, encouragement à déambuler et à adopter des positions d’accouchement verticales, pas d’épisiotomie, de césarienne ou autres gestes médicaux sans raison valable, encouragement à pratiquer le peau à peau… J’ai peur de tomber sur une personne pas sympa avec qui je ne me sentirais pas à l’aise… Peur qu’on pratique sur moi des gestes sans me prévenir… Peur d’être instrumentalisée et déshumanisée en quelque sorte. Je m’imagine dans le pire des scénarios à la merci du personnel médical, forcée de me laisser faire, de subir… Mais ça, c’est quand je n’arrive pas à me rendormir au petit matin…!

 Mes espoirs

Je ne vois pas tout en noir, loin de là ! La journée (quand j’ai réussi à dormir correctement la nuit), je me dis que tout va bien se passer, que j’approche du but et que je ne vois pas pourquoi ça n’irait pas pour nous. Je préfère de loin cogiter sur tout ça que de vivre les affres de l’infertilité…! Je suis consciente de notre chance. Je pense à Noël qui va être tellement différent cette année…!

Je me demande quand je vais enfin réaliser pour de bon en fait…! 😉 Sans doute quand je pourrai enfin caresser la petite tête de mon Babybulle… ❤

Second monitoring après la version par manœuvres externes… [Grossesse]

Jeudi soir, après la VME, j’ai eu pas mal de contractions (que je perçois mieux maintenant que je sais à quoi elles correspondent). Je me suis couchée tôt car j’étais fatiguée de ma journée et mon ventre dur était assez inconfortable.

Vendredi matin, après avoir été réveillée à 5h30 par les mouvements vifs de Babybulle, je suis allée chercher ma radio du bassin (et accessoirement de mon petit cigogneau). C’était assez émouvant de découvrir le petit squelette de mon bébé lové entre mes côtes et mon bassin… ❤

Ensuite, j’ai filé à la maternité pour un second monitoring de contrôle.

La sage-femme du premier monito de la veille était bien, mais sans plus. Mais celle qui m’a accueillie ce jour-là pour le 2e monito était vraiment adorable. Déjà, j’ai apprécié qu’elle se présente. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup 😛

En fait, je me suis dit que P’tit Bichon devait beaucoup lui ressembler par sa personnalité (mais pas physiquement car cette sage-femme a les cheveux raides). En tout cas, j’aimerais bien tomber sur elle le jour J. Elle a été super gentille de A à Z alors que le service était blindé ce jour-là et qu’ils avaient même dû envoyer une patiente accoucher à Grande Ville par manque de place !

Ma maman, en vacances dans le coin en ce moment, m’avait proposé de m’accompagner. C’était cool de sa part. Le monito a duré moins longtemps et en plus j’ai pu papoter avec elle et lui montrer où j’allais accoucher.

J’ai eu moins de contractions que la veille et comme tout allait bien, j’ai pu repartir en milieu de matinée.

Quant à la taille de mon bassin, la sage-femme m’a dit qu’il était bien (23 cm si je ne m’abuse), mais que tout dépendra de la taille de BBBB et de la décision du médecin. En effet, à cause de la présentation en siège, ma visite du 9e mois avec la sage-femme uniquement a été annulée au profit d’un entretien avec une gynécologue-obstétricienne. L’accouchement également, qu’il se fasse par voie basse ou par césarienne, sera supervisé par un médecin.

Il faut encore patienter plusieurs jours avant d’en savoir plus. Mais cette attente n’est vraiment pas difficile par rapport à celle qui a précédé la conception de notre petit miracle surprise.

En attendant, il me reste encore une semaine de travail à mon rythme (c.-à-d. cool), le plein de repos dès que je le peux (j’ai dormi 12 heures cette nuit), une réunion de famille qui s’annonce des plus émouvantes ce soir (mais chut, je ne peux encore rien révéler…!), la réception du colis des couches lavables soigneusement choisies par Ciconio et moi, le cours de préparation à l’accouchement « spécial papas » mardi… 😀

Bon week-end à tous ❤

Prendre la suite des événements comme elle vient… [Grossesse]

À l’envers ? À l’endroit ?

Babybulle garde la tête haute…!

Ce matin, j’ai été accueillie par une sage-femme masquée (à cause d’un petit rhume) qui m’a envoyée illico presto faire un recueil d’urine. Glamour quand tu commences. 😉 Albuminurie OK.

Elle m’a ensuite installée dans une salle de naissance. « Chef » était occupé avec un accouchement, mais heureusement, je ne l’ai attendu qu’un quart d’heure.

Sous les yeux de son interne baraqué — il a tenté pendant environ 2 minutes de retourner mon bébé (VME), sans succès. Je ne peux pas dire que j’aie vraiment eu mal, mais ce n’était pas très agréable non plus. Heureusement que j’avais déjeuné très light. J’avais plus peur que mon petit ait mal, mais je ne crois pas qu’il ait souffert. Je pense que le gynéco sait ce qu’il fait.

Le gynéco n’a pas réussi à le retourner, rien à faire. Je lui suis reconnaissante de ne pas avoir forcé. Il semble que mon petit gars ne puisse plus trop bouger, peut-être par manque de place et/ou de liquide amniotique. Il paraît que je n’ai pas un très gros ventre (dixit le personnel médical et les autres femmes enceintes de mon cours de préparation à l’accouchement).

Il est donc toujours blotti dans mon flanc droit, et c’est bien sa tête que je caresse depuis des semaines à cet endroit-là ❤

Ensuite, j’ai eu droit à 2h30 de monitoring. Heureusement que je m’étais réveillée à 4h30 du matin : ça m’a permis de somnoler assez facilement. Enfin, pas moyen de dormir avec le bruit du monitoring (même si le bruit du battement cardiaque de mon bébé est le plus beau du monde), les voix du personnel dans le couloir, la tondeuse du jardinier dehors et la perceuse de l’ouvrier de la pièce voisine…

Le magazine que j’avais apporté ne m’a pas distraite longtemps. On m’avait conseillée la position sur le côté gauche dans laquelle je n’étais pas forcément super bien pour lire.

Ce monitoring a eu lieu dans une salle de naissance, ce qui m’a permis de voir à quoi ressemble l’étage de la maternité et les salles d’accouchement, même si « ma » salle sert plutôt pour les consultations et n’est pas la plus jolie (sûrement la plus moche, même).

J’aimerais bien accoucher dans la salle « Nature » ambiance « Jungle » équipée de tout le nécessaire pour pouvoir être mobile pendant le travail. Après tout, je n’ai pas lu tous ces bouquins et préparé ces exercices pour rien…! Enfin, ça, c’est si je peux accoucher par voie basse…

Le monitoring étant satisfaisant (cœur de BBBB OK et quelques contractions irrégulières coïncidant avec ses mouvements), on m’a envoyée ce midi faire un pelviscanner (radio du bassin) pour voir si Babybulle va pouvoir passer par le bas…

La radiologue m’a fait délirer (ou angoisser ?), car elle a halluciné de me voir arriver pour ça à 35 SA. J’ai expliqué que je portais « un beau bébé », alors elle m’a demandé plusieurs fois avec insistance s’ils allaient déclencher l’accouchement… J’ai répondu qu’on ne m’avait encore rien dit clairement, mais j’ai ma petite idée là-dessus… Premier bébé, en siège, sur la courbe haute… Ça m’étonnerait qu’ils attendent le terme s’ils prévoient un accouchement normal. Après, césa ou pas…? On verra.

Je dois aller chercher les résultats de la radio demain matin juste avant de refaire un monitoring. Pourvu que ce 2e monito ne dure pas aussi longtemps… Heureusement que je n’ai pas trop de travail en ce moment et que mes clients, au courant de ma grossesse, sont compréhensifs sur mes changements d’emploi du temps de dernière minute et ma « semi-disponibilité ». J’ai prévu de m’arrêter le 30 octobre, même si mon congé mat’ officiel de libérale ne commence officiellement que le 21 novembre (14 jours avant la DPA).

Quelque chose me dit que BBBB sera peut-être scorpion plutôt que sagittaire… Mais on va prendre la suite des événements comme elle vient…

Upside down? [Grossesse]

Quelques nouvelles de ce huitième mois…

L’échographie du 3e trimestre que nous redoutions s’est très bien passée. « Chef » était d’excellente humeur et ne m’a pas bassinée du tout avec mon alimentation.

Babybulle est toujours sur la courbe haute (le jour de l’échographie, soit à 33,4 SA, il était déjà estimé à 2,8 kg) ! Tout était OK pour lui à part qu’il se présentait alors en siège décomplété…

Du coup, j’ai rendez-vous demain matin (à 35 SA / 33 SG pile) pour une version par manœuvres externes. Si mon petit garçon ne s’est pas déjà retourné… Car depuis l’écho, j’ai fait divers exercices et postures en cours de yoga, en cours de préparation à l’accouchement et à la maison pour l’inciter à mettre la tête en bas.

Mardi après-midi, la sage-femme qui me prépare à l’accouchement a écouté son cœur et on le percevait nettement en bas à droite de mon nombril. L’espoir qu’il soit maintenant dans le bon sens est donc bien présent, même si je n’ose pas trop me prononcer de peur de me tromper.

Verdict demain matin. J’aimerais bien éviter qu’on force mon bébé à se tourner… Mais s’il faut en passer par là, je suis prête.

Affaire à suivre.