Les suites de ma césarienne [Maternité]

J’avais promis à une copinaute de relater mon expérience personnelle des suites de césarienne.  Mais ça fait un bail, elle a déjà accouché !!!

Enfin, peut-être que mon témoignage sera un peu utile à des futures « césarisées ». 😉

Césarisée je suis, oui. Un comble pour une accouchée n’ayant pas vraiment été « actrice de son accouchement » !

D’où vient ce nom, d’ailleurs ? Contrairement à la légende, le terme ne vient pas de Jules César (qui n’est pas né par césarienne) mais du verbe latin caedere qui signifie « couper ». La césarienne est une intervention chirurgicale qui consiste à extraire un enfant de l’utérus maternel par incision des parois abdominale et utérine. {Source : Césarine – Histoire de la césarienne}

Ma césarienne a été quasiment idyllique : programmée le matin-même pour l’après-midi, donc sans aucune douleur de travail, dans le calme et la bonne humeur.

Seule ombre au tableau : mon mari n’a pas été autorisé à y assister…

On déprécie parfois les accouchements par césarienne car on entend beaucoup parler de « césariennes de convenance ». Je ne lance pas de débat à ce sujet. Vous trouverez toutes les informations utiles et officielles sur l’excellent site Web Césarine qui dresse un état des lieux de la césarienne en France et ailleurs.

Mais aujourd’hui, je voudrais témoigner de « l’après ».

Les premières minutes

Après les deux petits bisous déposés sur le visage et la menotte de mon cigogneau, on l’emmène faire du « peau à plumes » avec son papa Ciconio. La gynéco Dr Dynamique me recoud en précisant qu’elle me fait une jolie cicatrice. Je réponds que ce n’est pas le plus important (je suis tellement heureuse d’avoir enfin accouché de mon bébé en bonne santé !), mais elle rétorque que je pourrai retourner à la plage en bikini et que c’est important quand même. De toute manière, cette cicatrice est masquée par le slip de bain. Exit les cicatrices d’antan qui allaient du pubis au nombril ! Aujourd’hui, la cicatrice est horizontale et se trouve à l’orée du bois 😉

En salle de réveil

Je suis restée en salle de réveil avec BBBB et Ciconio pendant 5 bonnes heures. Avant de retourner dans ma chambre, on m’a demandé d’essayer de me lever, ce que j’ai fait sans trop de problèmes… à la grande stupéfaction des sages-femmes présentes ! En fait, avec le recul, je me suis rendue compte que l’anesthésie faisait encore effet le soir de la césarienne. Car le lendemain a été bien différent.

Là, j’ai compris. J’ai compris pourquoi les sages-femmes s’étaient autant étonné de me voir faire le tour du lit en salle de réveil comme si de rien n’était. Pour moi, la douleur n’a pas été continue, mais fulgurante et assez inattendue. En fait, j’ai dû apprendre à « bouger différemment » car le moindre étirement des abdominaux sectionnés entraînait une sensation de brûlure, surtout à gauche en ce qui me concerne. Tant que j’arrivais à me mouvoir sans solliciter le ventre, tout allait bien.

Vive le harnais situé au-dessus du lit d’hôpital, qui aide bien à passer de la position allongée à assise, et vice-versa, notamment pour allaiter.

J’ai dû me lever le lendemain soir de la césarienne, car on attendait de moi que je refasse pipi normalement ! Elle ont dû insister car je n’en ressentais pas l’envie. J’ai eu peur qu’on me remette une sonde alors je me suis forcée à me lever pour y aller.

J’ai compris ma douleur en sortant de mon lit. Déjà toute une histoire ! Ensuite, j’ai parcouru la chambre à petits pas telle une mémé de 90 ans, courbée en deux. Arrivée aux toilettes, je me suis demandée comment j’allais faire !!! J’ai maudit le fait d’être une fille. Pisser comme un garçon aurait été bien plus facile, j’aurais pu rester debout ! Enfin, si j’étais un mec, je ne serais pas là, le ventre coupé, à souffrir. Mais ceci est un autre débat.

J’ai pensé une seconde à pisser dans la douche, mais c’est dégueulasse, alors j’ai évité. Mais à tous les coups, il y en a qui le font, j’en donnerais mon ventre ma main à couper !

Enfin, à la guerre comme à la guerre, je me suis hissée tant bien que mal sur la lunette et j’ai serré fort, très fort la barrière handicapé en gémissant de douleur. Discrètement quand même, je n’avais pas envie de voir débarquer toute la clique, j’avais déjà assez exposé mon intimité…!

En tous les cas, je vous passe les détails, mais j’ai réussi. Il a fallu me rhabiller sans omettre les magnifaïques bas de contention, et retourner au lit. Même parcours du combattant, mais inversé !

Mais au moins, les dames ont été contentes de pouvoir cocher la mention « a fait pipi » dans mon dossier et moi de ne pas avoir à subir la pose d’une autre sonde et le risque d’une infection urinaire.

Au fil des jours

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’on retient très vite les mouvements à faire — et surtout ceux à éviter — pour ne pas se faire mal et éviter cette foutue sensation de brûlure.

Ce qu’il est difficile d’éviter, c’est la douleur qui survient quand on éternue ou qu’on éclate de rire. On fait ce qu’on peut : on se tient le ventre, on retient son souffle… 😀

Pour nous soulager, on nous prescrit de l’ibuprofène et du paracétamol en alternance. Pas miraculeux, mais ça soulage un peu quand même. Ce qui soulage le plus au fond, c’est le repos. C’est fou comme mes sensations étaient différentes selon qu’on était le matin ou le soir. J’avais bien moins mal le matin, et pourtant Dieu sait que j’ai mal dormi à la maternité ! Mon cigogneau tombait de sommeil, mais le bébé de la voisine hurlait jusqu’à 3 heures du mat’ et elle répétait « Emma, calme-toi, Emma, calme-toi… » Je la plaignais mais je me plaignais moi-même aussi car j’étais crevée et même pas à cause de mon bébé qui dormait déjà plusieurs heures d’affilée. C’était horrible. À 7h30, quand c’était enfin calme — j’exagère à peine –, on m’apportait le p’tit déj’ alors que tout ce que je voulais c’était DORMIR et QU’ON ME FOUTE LA PAIX 😉

Au fil des semaines

Je dirais que la cicatrice m’a fait mal pendant 10 jours, qu’elle m’a tiré pendant 3 bonnes semaines et que je l’ai sentie (sans douleur ni sensation d’étirement) pendant 5 semaines. Grosso modo.

Ensuite, plus rien, finito. Il ne reste que la vision de la cicatrice et le petit bourrelet au-dessus. On m’a conseillé de la masser (les premiers jours, je n’en avais vraiment pas envie, déjà la regarder c’était space !). On m’a conseillé de l’hydrater avec de la crème ou de l’huile. Entre nous, je ne l’ai pas beaucoup fait, par paresse, par fatigue, par oubli…

Aujourd’hui, 4 mois et demi plus tard, elle est toujours un peu rose, le bourrelet est toujours là, mais moins prononcé. Je n’ai pas encore retrouvé mes abdos (à voir si je me lance dans la rééducation abdominale). Au toucher, on la devine à peine.

Elle ne me dérange absolument pas.

Le sourire de mon enfant

Lors de la visite de sortie de la maternité, j’ai dit à Dr Dynamique que cette cicatrice ne me dérangeait pas, au contraire ! Pour moi, elle représente « le sourire de mon enfant » !

Césa

Bon, ceci n’est pas mon ventre, hein ! 😛 Mais la cicatrice est jolie ! 😉

C’est une formule qui lui a bien plu ! Ça ne m’étonnerait pas qu’elle la ressorte à ses patientes, d’ailleurs !

Publicités

État des lieux à 38,1 SA [Grossesse]

Quoi de neuf depuis mon dernier article ?

Les derniers rendez-vous

L’obstétricienne

Eh bien rien de bien nouveau… La consultation du 9e mois auprès d’une gynécologue-obstétricienne de l’hôpital a eu lieu la semaine dernière. Dr Vitaminée — comme je vais l’appeler ici parce qu’elle est relativement jeune et un peu speed — a examiné la radio de mon bassin, l’a trouvé de taille correcte et a programmé une nouvelle échographie la semaine prochaine pour savoir si mon bébé pourra « passer ». On a de la chance que dans cet hôpital baby-friendly, la césarienne ne soit pas imposée d’office dans notre cas de « beau bébé en siège ». En revanche, c’est péridurale d’office et ils évitent les déclenchements pour les sièges en cas de dépassement du terme. Pour Dr Vitaminée, si tous les feux sont au vert avant et pendant l’accouchement, la voie basse sera envisagée. Sinon, Ciconio pourra m’accompagner au bloc en cas de césarienne à condition que l’anesthésiste soit d’accord, ce qui est déjà énorme.

Dr Vitaminée a effectué un prélèvement vaginal et un toucher vaginal que j’ai bien senti passer. Gros bémol pour cette doc : c’est la première fois de ma vie que je vis un TV comme celui-là. Elle y est allée comme une bourrine et j’ai eu l’impression qu’elle allait y mettre le bras entier. Excusez-moi de parler crûment, mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti. J’ai serré les mains fort sur la table… Ciconio a même entendu des « bruits de butée », c’est dire !

Si c’est elle qui m’accouche, j’espère vraiment qu’elle sera plus douce !!! :-S

Pour l’accouchement, trois solutions « s’offrent à nous » (j’emploie les guillemets parce qu’à ce niveau on n’a plus guère le choix que de s’adapter à la situation…) :

  1. BBBB « passe » en théorie, puis l’accouchement progresse convenablement : voie basse
  2. BBBB « passe » en théorie, mais l’accouchement ne progresse pas convenablement : césarienne d’urgence
  3. BBBB « ne passe pas », déjà sur le papier : césarienne programmée ou non (on nous laisserait le choix)

L’anesthésiste

La semaine dernière toujours, j’ai rencontré l’une des anesthésistes de l’hôpital. A-do-rable. Bon, il faut la suivre car elle a un accent de l’Est digne de Martha, la prof d’arts plastiques incarnée par Julie Ferrier 😀

Un vrai moulin à paroles ! Remarquez, la pauvre, elle doit en passer du temps à expliquer toujours la même chose aux femmes enceintes concernant la péridurale, etc.

Elle a commencé son speech sur le fait que la péridurale n’était pas obligatoire si la dilatation allait vite et que je ne souffrais pas trop… Après tout son bla-bla, j’ai enfin pu en placer une pour préciser que BBBB était en siège. Elle a rejoint Dr Vitaminée sur ce point : dans mon cas, je n’ai pas trop le choix, c’est péridurale d’office.

Elle a trouvé ma bouche petite, ce qui l’inquiète pour une éventuelle anesthésie générale… Mais ne vous inquiétez pas, c’est très rrarrre !!! Rassurant.

Elle a aussi précisé que je ne devais pas m’inquiéter si je vomissais : C’est pas grrrrave, on nettoierrra tout ! Rassurant.

Elle m’a rapidement fait simuler la position à adopter pour recevoir la péridurale, pour m’entraîner.

Bref, j’ai trouvé cette personne très sympathique et j’aimerais bien qu’elle soit de garde le jour J, même si la perspective de ma trop petite bouche et du vomito ont ajouté des craintes à toutes les craintes que j’ai déjà…

La visite des salles de naissance

Une agréable visite. J’avais déjà entre-aperçu les salles d’accouchement lors de mes monitos, mais là une gentille sage-femme nous a fait une visite guidée complète de tout l’étage maternité. Trois salles sont ornées d’une fresque murale : l’une exotique, l’une bucolique, la dernière viticole. 😉 Ayant fait 5 fois les vendanges, je pencherais pour la vision des vignes pendant l’effort. Promesse d’un bon petit verre de Beaujolais comme réconfort après l’effort. Petit clin d’œil à qui se reconnaîtra 😉

J’ai bien aimé l’ambiance décontractée et positive entre les personnes du personnel. Les femmes de ménage riaient aux éclats en travaillant et tout le monde était accueillant et souriant. Bien sûr, il n’y avait personne en salle d’accouchement, alors ça aide à la décontraction. J’imagine qu’un jour de pleine lune l’ambiance aurait été différente. D’ailleurs, c’est vrai, cette histoire de hausse du nombre des naissances à la pleine lune ??? La prochaine a lieu le 25 novembre…!

Mon ressenti

Mes peurs

Inutile de vous dire que je ronge mon frein en attendant l’écho du 20 novembre. Je ne suis pas pressée d’accoucher ; plutôt de savoir à quelle sauce je vais être mangée. Quand on me demande si je suis impatiente, je réponds « oui et non ». Oui, j’ai hâte de faire connaissance avec notre petit garçon et surtout d’être sûre qu’il est né en bonne santé et que cette étape décisive est franchie. Mais non, je n’ai pas hâte d’accoucher. Il reste 3 semaines, aussi. On n’en est pas encore au terme.

J’ai toujours rêvé de devenir maman, jamais d’accoucher. C’était même l’une de mes plus grandes peurs… Je dis « je », car c’est bien moi et moi seule qui vais passer à la casserole. Je sais que je serai seule dans ma peur et ma douleur, même si mon homme sera à mes côtés. Il ne pourra pas ressentir ce que je ressentirai et ne pourra pas faire grand-chose pour me soulager, même si sa présence sera pour moi indispensable.

Concrètement, je crains comme toutes les futures mamans le trajet jusqu’à la maternité. En effet, de lundi prochain aux vacances de Noël, Ciconio suivra sa formation continue à 1h45 de chez nous… Il ne rentrera pas tous les soirs vu la distance (il a une chambre d’étudiant)… Alors je croise les doigts pour avoir le temps de détecter les contractions à temps afin qu’il puisse revenir et me conduire à la maternité en toute « sérénité » !

À l’arrivée à la maternité, j’ai peur de plein de trucs. Bien que cette maternité soit raccord avec beaucoup de mes souhaits : pas de surmédicalisation inutile, encouragement à déambuler et à adopter des positions d’accouchement verticales, pas d’épisiotomie, de césarienne ou autres gestes médicaux sans raison valable, encouragement à pratiquer le peau à peau… J’ai peur de tomber sur une personne pas sympa avec qui je ne me sentirais pas à l’aise… Peur qu’on pratique sur moi des gestes sans me prévenir… Peur d’être instrumentalisée et déshumanisée en quelque sorte. Je m’imagine dans le pire des scénarios à la merci du personnel médical, forcée de me laisser faire, de subir… Mais ça, c’est quand je n’arrive pas à me rendormir au petit matin…!

 Mes espoirs

Je ne vois pas tout en noir, loin de là ! La journée (quand j’ai réussi à dormir correctement la nuit), je me dis que tout va bien se passer, que j’approche du but et que je ne vois pas pourquoi ça n’irait pas pour nous. Je préfère de loin cogiter sur tout ça que de vivre les affres de l’infertilité…! Je suis consciente de notre chance. Je pense à Noël qui va être tellement différent cette année…!

Je me demande quand je vais enfin réaliser pour de bon en fait…! 😉 Sans doute quand je pourrai enfin caresser la petite tête de mon Babybulle… ❤

Second monitoring après la version par manœuvres externes… [Grossesse]

Jeudi soir, après la VME, j’ai eu pas mal de contractions (que je perçois mieux maintenant que je sais à quoi elles correspondent). Je me suis couchée tôt car j’étais fatiguée de ma journée et mon ventre dur était assez inconfortable.

Vendredi matin, après avoir été réveillée à 5h30 par les mouvements vifs de Babybulle, je suis allée chercher ma radio du bassin (et accessoirement de mon petit cigogneau). C’était assez émouvant de découvrir le petit squelette de mon bébé lové entre mes côtes et mon bassin… ❤

Ensuite, j’ai filé à la maternité pour un second monitoring de contrôle.

La sage-femme du premier monito de la veille était bien, mais sans plus. Mais celle qui m’a accueillie ce jour-là pour le 2e monito était vraiment adorable. Déjà, j’ai apprécié qu’elle se présente. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup 😛

En fait, je me suis dit que P’tit Bichon devait beaucoup lui ressembler par sa personnalité (mais pas physiquement car cette sage-femme a les cheveux raides). En tout cas, j’aimerais bien tomber sur elle le jour J. Elle a été super gentille de A à Z alors que le service était blindé ce jour-là et qu’ils avaient même dû envoyer une patiente accoucher à Grande Ville par manque de place !

Ma maman, en vacances dans le coin en ce moment, m’avait proposé de m’accompagner. C’était cool de sa part. Le monito a duré moins longtemps et en plus j’ai pu papoter avec elle et lui montrer où j’allais accoucher.

J’ai eu moins de contractions que la veille et comme tout allait bien, j’ai pu repartir en milieu de matinée.

Quant à la taille de mon bassin, la sage-femme m’a dit qu’il était bien (23 cm si je ne m’abuse), mais que tout dépendra de la taille de BBBB et de la décision du médecin. En effet, à cause de la présentation en siège, ma visite du 9e mois avec la sage-femme uniquement a été annulée au profit d’un entretien avec une gynécologue-obstétricienne. L’accouchement également, qu’il se fasse par voie basse ou par césarienne, sera supervisé par un médecin.

Il faut encore patienter plusieurs jours avant d’en savoir plus. Mais cette attente n’est vraiment pas difficile par rapport à celle qui a précédé la conception de notre petit miracle surprise.

En attendant, il me reste encore une semaine de travail à mon rythme (c.-à-d. cool), le plein de repos dès que je le peux (j’ai dormi 12 heures cette nuit), une réunion de famille qui s’annonce des plus émouvantes ce soir (mais chut, je ne peux encore rien révéler…!), la réception du colis des couches lavables soigneusement choisies par Ciconio et moi, le cours de préparation à l’accouchement « spécial papas » mardi… 😀

Bon week-end à tous ❤

Prendre la suite des événements comme elle vient… [Grossesse]

À l’envers ? À l’endroit ?

Babybulle garde la tête haute…!

Ce matin, j’ai été accueillie par une sage-femme masquée (à cause d’un petit rhume) qui m’a envoyée illico presto faire un recueil d’urine. Glamour quand tu commences. 😉 Albuminurie OK.

Elle m’a ensuite installée dans une salle de naissance. « Chef » était occupé avec un accouchement, mais heureusement, je ne l’ai attendu qu’un quart d’heure.

Sous les yeux de son interne baraqué — il a tenté pendant environ 2 minutes de retourner mon bébé (VME), sans succès. Je ne peux pas dire que j’aie vraiment eu mal, mais ce n’était pas très agréable non plus. Heureusement que j’avais déjeuné très light. J’avais plus peur que mon petit ait mal, mais je ne crois pas qu’il ait souffert. Je pense que le gynéco sait ce qu’il fait.

Le gynéco n’a pas réussi à le retourner, rien à faire. Je lui suis reconnaissante de ne pas avoir forcé. Il semble que mon petit gars ne puisse plus trop bouger, peut-être par manque de place et/ou de liquide amniotique. Il paraît que je n’ai pas un très gros ventre (dixit le personnel médical et les autres femmes enceintes de mon cours de préparation à l’accouchement).

Il est donc toujours blotti dans mon flanc droit, et c’est bien sa tête que je caresse depuis des semaines à cet endroit-là ❤

Ensuite, j’ai eu droit à 2h30 de monitoring. Heureusement que je m’étais réveillée à 4h30 du matin : ça m’a permis de somnoler assez facilement. Enfin, pas moyen de dormir avec le bruit du monitoring (même si le bruit du battement cardiaque de mon bébé est le plus beau du monde), les voix du personnel dans le couloir, la tondeuse du jardinier dehors et la perceuse de l’ouvrier de la pièce voisine…

Le magazine que j’avais apporté ne m’a pas distraite longtemps. On m’avait conseillée la position sur le côté gauche dans laquelle je n’étais pas forcément super bien pour lire.

Ce monitoring a eu lieu dans une salle de naissance, ce qui m’a permis de voir à quoi ressemble l’étage de la maternité et les salles d’accouchement, même si « ma » salle sert plutôt pour les consultations et n’est pas la plus jolie (sûrement la plus moche, même).

J’aimerais bien accoucher dans la salle « Nature » ambiance « Jungle » équipée de tout le nécessaire pour pouvoir être mobile pendant le travail. Après tout, je n’ai pas lu tous ces bouquins et préparé ces exercices pour rien…! Enfin, ça, c’est si je peux accoucher par voie basse…

Le monitoring étant satisfaisant (cœur de BBBB OK et quelques contractions irrégulières coïncidant avec ses mouvements), on m’a envoyée ce midi faire un pelviscanner (radio du bassin) pour voir si Babybulle va pouvoir passer par le bas…

La radiologue m’a fait délirer (ou angoisser ?), car elle a halluciné de me voir arriver pour ça à 35 SA. J’ai expliqué que je portais « un beau bébé », alors elle m’a demandé plusieurs fois avec insistance s’ils allaient déclencher l’accouchement… J’ai répondu qu’on ne m’avait encore rien dit clairement, mais j’ai ma petite idée là-dessus… Premier bébé, en siège, sur la courbe haute… Ça m’étonnerait qu’ils attendent le terme s’ils prévoient un accouchement normal. Après, césa ou pas…? On verra.

Je dois aller chercher les résultats de la radio demain matin juste avant de refaire un monitoring. Pourvu que ce 2e monito ne dure pas aussi longtemps… Heureusement que je n’ai pas trop de travail en ce moment et que mes clients, au courant de ma grossesse, sont compréhensifs sur mes changements d’emploi du temps de dernière minute et ma « semi-disponibilité ». J’ai prévu de m’arrêter le 30 octobre, même si mon congé mat’ officiel de libérale ne commence officiellement que le 21 novembre (14 jours avant la DPA).

Quelque chose me dit que BBBB sera peut-être scorpion plutôt que sagittaire… Mais on va prendre la suite des événements comme elle vient…

Upside down? [Grossesse]

Quelques nouvelles de ce huitième mois…

L’échographie du 3e trimestre que nous redoutions s’est très bien passée. « Chef » était d’excellente humeur et ne m’a pas bassinée du tout avec mon alimentation.

Babybulle est toujours sur la courbe haute (le jour de l’échographie, soit à 33,4 SA, il était déjà estimé à 2,8 kg) ! Tout était OK pour lui à part qu’il se présentait alors en siège décomplété…

Du coup, j’ai rendez-vous demain matin (à 35 SA / 33 SG pile) pour une version par manœuvres externes. Si mon petit garçon ne s’est pas déjà retourné… Car depuis l’écho, j’ai fait divers exercices et postures en cours de yoga, en cours de préparation à l’accouchement et à la maison pour l’inciter à mettre la tête en bas.

Mardi après-midi, la sage-femme qui me prépare à l’accouchement a écouté son cœur et on le percevait nettement en bas à droite de mon nombril. L’espoir qu’il soit maintenant dans le bon sens est donc bien présent, même si je n’ose pas trop me prononcer de peur de me tromper.

Verdict demain matin. J’aimerais bien éviter qu’on force mon bébé à se tourner… Mais s’il faut en passer par là, je suis prête.

Affaire à suivre.

Automne : 31 SA/29 SG, soit encore environ 70 jours [Grossesse]

Je suis toujours dans les parages même si je me fais plus discrète pour différentes raisons. Je vous lis toujours, mais je passe moins de temps à commenter par manque d’énergie et aussi une once de culpabilité et de sentiment d’impuissance envers celles et ceux qui n’ont pas ma chance.

Ma chère congénère m’a demandé de mes nouvelles, alors je me lance et je reviens vous raconter les dernières nouvelles.

Ma grossesse se passe bien, rondement bien, même ! 😉 Ventre_18-09-15

Mon bébé gigote beaucoup, alternant entre « migrations sous-marines » et coups de boule/pied, comme si l’attente le faisait piétiner ! Je ressens parfois comme des secousses sismiques quand il bouge d’un coup. J’adore quand il vient se lover sous mes mains et que j’ai la sensation de le caresser. Mon ventre pointe vachement en avant. Je ne suis pas sûre que de dos, les gens voient que je suis enceinte.

Ce que j’aime moins, c’est que Ciconio n’est pas très porté sur tout ça. Il n’a pas la patience suffisante pour poser une main sur mon ventre et attendre de sentir quelque chose. Je crois qu’au fond, c’est encore abstrait pour lui. Certains jours, je suis frustrée de ne pas partager des moments simples comme je l’avais espéré en rêvant d’être enceinte : tous les deux attendris devant le ventre qui se déforme sous les mains du futur papa… Mais il s’est déjà investi autrement avec les travaux de la chambre et la révision de la voiture (pour la sécurité de sa famille !) et se rattrapera à sa façon en étant bel et bien présent quand il verra son fils « dehors », j’imagine !

Au niveau médical, la visite du 7e mois de cette semaine a confirmé que le cœur du bébé bat comme il faut et que mon col est toujours postérieur et tonique. Babybulle a la tête en bas à gauche (ce que j’ignorais car il donne des coups de pieds en bas au milieu ou en bas à gauche). Je le croyais donc encore en siège, mais apparemment il replie ses jambes en ayant le dos contre mon nombril.

Côté forme, je suis assez fatiguée ces jours-ci car mes nuits sont fréquemment entrecoupées de semi-réveils et parfois accompagnées de contractions de Braxton-Hicks. Je recommence donc à faire plus souvent la sieste quand le besoin s’en fait sentir. Sinon, je suis vite essoufflée et j’ai une douleur au côté gauche par moments, des remontées acides, le ventre qui pèse, mais rien d’anormal pour quasiment 7 mois de grossesse. Je porte de temps à autre une ceinture lombaire pour soulager mon dos quand il le faut. La reprise du yoga (où la prof est les autres yogis sont aux petits soins pour moi), m’a déjà un peu soulagée de ces douleurs lombaires et de sciatique. Mais je suis tellement heureuse que ces désagréments sont vraiment plus que secondaires, tant que mon petit garçon se porte bien.

Matériellement parlant, les préparatifs ont bien avancé cet été ! La chambre de BBBB a été repeinte par Ciconio, passant du jaune/vert au blanc/gris clair. Ce décor neutre sera propice à une déco aux couleurs vives digne d’une vraie chambre de bébé. Nous n’avons pas encore vraiment acheté de déco, à part les rideaux de la fenêtre, mais je me dis que je pourrai m’y consacrer en novembre, quand je serai en congé mat’. Nous avions déjà le trio poussette/nacelle/siège-auto, nous avons désormais le couffin de ma famille, délicieusement vintage, des vêtements achetés par mes soins et de nombreux autres prêtés/donnés par la famille et les amis… Notre bébé d’automne n’aura pas froid, c’est clair !

Il ne reste plus qu’à ranger toutes ces affaires dans l’armoire qui contient encore notre bordel et les vêtements de Ciconio, et de prévoir tout le nécessaire pour le change et la toilette. En effet, la table à langer sera en fait mon ancien bureau repeint en gris, qu’il faut réhausser pour atteindre la hauteur idéale (à la fois pour le géant de père et moi-même !). Ciconio a envie de construire le plan à langer lui-même alors j’espère qu’il va bientôt s’y mettre car l’automne étant là, je commence à flipper que BBBB arrive en avance et que tout ne soit pas prêt. Nous devons également acheter les produits pour la toilette et les couches lavables — oui, vous avez bien lu, on y tient –. D’ailleurs, je suis un peu perdue dans tout ça, les produits de toilette, les différents types de couches lavables, etc. C’est le sujet à étudier en priorité ces prochaines semaines.

En octobre auront lieu différents événements que j’ai hâte de vivre et qui annoncent sérieusement le dernier trimestre :

  • La consultation du 8e mois avec une sage-femme de la maternité > J’ai hâte de rencontrer une sage-femme susceptible de m’accoucher, dans les locaux-mêmes de la maternité, et de pouvoir en savoir plus sur l’organisation des accouchements. 🙂
  • La visite des salles d’accouchement > Malheureusement sans mon homme, dont l’emploi du temps ne lui permettra pas de m’accompagner 😦
  • L’échographie du 3e trimestre avec le « Chef » (en espérant qu’en sachant à quoi nous attendre avec lui, ça se passera mieux qu’en juillet !) > J’appréhende quand même qu’il m’embête avec le poids de BBBB et me prédise une césarienne… :-S
  • La première séance de préparation à l’accouchement, mention sophrologie avec une sage-femme libérale 😀 > Vivement que la prépa débute, car je trouve que ça commence tard (7 mois 1/2 en ce qui me concerne). J’ai peur que mon bébé soit prématuré et de ne pas être prête pour l’accouchement. Je sais bien que beaucoup de femmes enceintes éprouvent cette peur, mais rien à faire, je me sentirai mieux une fois la prépa commencée.

Qu’écrire d’autre à part que je savoure véritablement ma grossesse, surtout quand je me remémore les automnes passés…

  • Automne 2011 : on venait de débuter les essais… RAS, mais on ne s’inquiétait pas encore…
  • Automne 2012, nous avions changé de département depuis quelques temps et ce nouveau départ nous faisait espérer une grossesse, mais nous commencions à nous inquiéter un petit peu…
  • Automne 2013 : l’année avait été très difficile. Malgré une grossesse surprise survenant au printemps, juste après l’ordonnance du bilan d’infertilité, la fausse couche nous avait terrassés et nous appréhendions la date d’accouchement prévue à la mi-novembre et la venue de l’hiver le cœur très lourd…
  • Automne 2014 : pas mieux… Nous entamions la PMA avec l’IAC1 en octobre. Par ailleurs, nous avions eu un nouvel espoir en lançant notre projet d’adoption au printemps. Les rendez-vous se terminaient avec les professionnels, mais la conclusion odieuse et incompréhensible de la « psy » alias Maléfique en novembre faisait violemment entrer l’hiver dans nos vies et nos cœurs.

2015 : malgré un échec à l’IAC2 en février, cette année représente pour nous une incroyable (re)naissance. Le rapport d’un nouveau psy  nous permettait d’obtenir le Graal au printemps, simultanément à la perspective d’une nouvelle orientation professionnelle pour Ciconio et à un test de grossesse bleu, positif, à la fonte des neiges… 😀

Cette année est jusqu’ici, tant pour Ciconio et moi-même que nos familles respectives, le début d’un nouveau cycle.

Je croise les doigts pour que la chance continue à nous sourire et qu’elle arrive chez tous ceux parmi vous qui ne l’ont pas encore (re)trouvée.

La Cigogne et la Sage-femme

La cigogne ayant déjà planifié
Pour novembre sa deuxième IAC
Se trouva fort dépourvue
Quand elle essuya un refus.
Pas un seul espoir de continuer
Sur sa lancée.
Elle alla crier famine
Chez la Sage-femme de Grande Ville
Lui quémandant Gonal-F et Ovitrelle
Dans l’espoir d’abriter sous son aile
Un petit cigogneau
Tout doux, tout beau.
« J’enchaînerai, leur dit-elle,
Avant la Noël, foi d’animal,
l’IAC2, c’est le principal. »
La Sage-femme n’est pas influençable :
C’est là son moindre défaut.
Dr Adorable vous a autorisée à enchaîner ?
Dit-elle à cette quémandeuse.
– Oui, absolument.
Elle me l’a autorisé, ne vous déplaise.
– Elle vous l’a autorisé ? j’en suis fort aise.
Eh bien ! patientez maintenant.

La première IAC de C&C — Suite et fin

La suite…

8h30 : le GP raccompagne C&C dans une salle d’attente inconnue, dans un autre couloir (celui des salles d’opération et de transfert et des chambres). Il leur explique que dès que Ciconio aura « fini », C&C pourront aller en ville et revenir dans cette salle à 11h00. C&C ont enfin la certitude que l’IAC aura bien lieu. Quelle frayeur ! Comme quoi, on se fait vite des films quand on est stressé et mal informé !

8h35 : une dame (secrétaire ou infirmière ?) demande les pochettes à C&C et envoie Ciconio « faire s’n’affaire ».

Un peu plus tard (interdit de dévoiler le timing du prélèvement de Ciconio !) : Ciconio revient. Il reste pas mal de temps à tuer avant 11h00. Ciconio sort téléphoner au chauffagiste qui installe le chauffage au rez-de-chaussée. Autant utiliser le temps efficacement et utilement ! Ensuite, il choisit de rentrer à la voiture pour écouter la radio et jouer sur son smartphone. Ciconia préfère lire et écouter de la musique dans la salle d’attente pour le confort d’un vrai siège et aller –encore– aux toilettes (c’est le stress, ça).

9h00 : un roux (un autre hein, pas le sage-femme de l’écho, faut suivre !) entre dans la salle d’attente et salue Ciconia. Tout comme dans la salle précédente, aucun des deux n’échange avec l’autre. Jusqu’à ce que…

9h20 : un forte voix masculine en colère tire Ciconia et son voisin de leur songes. C’est le GP ! Il gueule. Si si, on ne saurait dire s’il est dans le couloir ou dans une pièce fermée, mais tout le bâtiment doit l’entendre hurler. Ciconia n’est pas sûre de tout comprendre, mais elle a l’impression qu’une dame (secrétaire ?) a juste posé une question au GP et que ce dernier l’engueule. Il s’agit de Decapeptyl et d’un risque d’hémorragie… Le GP parle d’une ancienne patiente qui était dans la même situation que la patiente en question, et qui avait fait une hémorragie… Il ajoute, toujours aussi fort, qu’à l’échographie c’était tout noir, qu’ils avaient dû lui faire un curetage direct… Tout cela en rabaissant et en humiliant la pauvre dame en public. Le roux numéro 2 regarde Ciconia d’un air entendu (et désapprobateur vis-à-vis du GP), et Ciconia lui lance : « Quelle discrétion ! ». Il confirme : « [Nom de famille du GP], il est vraiment spécial ! ».

10h40 : Ciconia est seule depuis un petit moment. Elle pense que son voisin a rejoint sa femme en chambre de réveil. Ciconio revient après lui avoir fait signe du parking, tout fier d’avoir trouvé un raccourci jusqu’à la voiture (qui passe devant une crèche –NO COMMENT– sauf si c’est un signe).

The End (or the Beginning of Everything?)…

10h45 : une infirmière invite C&C à s’installer en salle de transfert. Il y a un rideau devant le fauteuil de torture, mais la pièce est hyper lumineuse. Ciconia répète les gestes du matin, mais bien plus en confiance vu le comité restreint. L’infirmière a même la bonne idée de lui poser une couverture sur le bas en attendant la gynéco.

10h50 : une brune à lunettes, souriante elle aussi, arrive avec le Graal les petites graines de Ciconio dans une sorte de sachet relié à une seringue (Ciconia n’a pas trop eu le temps de détailler). C’est elle qui a préparé la semence. 😉 Elle félicite Ciconio pour le nombre de spermatozoïdes qui atteignent 9 millions alors qu’elle n’en demandait pas tant (elle précise qu’elle a besoin de 3 millions au minimum). Ciconia félicite son homme en riant. Tout le monde rit, c’est la fête !*

10h51 : bonne nouvelle, c’est Dr Adorable qui va exécuter l’insémination ! Dr Adorable est la GP femme de ce centre. Elle est diamétralement opposée au GP (OUF). C’est une jolie femme d’une quarantaine d’années, au carré ondulé et au large sourire qui fait son entrée. Elle surprend –en bien– C&C par un grand « Bonjour ! » enjoué, digne d’une entrée sur une scène de théâtre. Le hic, c’est que comme toute tête d’affiche qui se respecte, elle est suivie de sa troupe !

10h53 : Ciconia qui pensait bénéficier d’un peu plus d’intimité que le matin se retrouve donc avec : Ciconio à sa gauche, la même infirmière à sa droite (et qui n’est plus si gentille –elle lui confisque sa couverture bien avant de débuter–), et en face Dr Adorable et l’un de ses suivants… Ciconia vous le donne en mille : ROUX lui aussi.**

Et ce n’est ni celui de l’écho, ni le voisin de la salle d’attente. Sûrement un interne. Il ne parle pas et se place JUSTE EN FACE DE CICONIA. Ciconia tente de faire abstraction pendant que tout le monde se prépare. Elle lance des œillades gênées à son homme en riant discrètement mais nerveusement. En elle se mêlent la gêne d’être les cuisses écartées devant ce monde et la joie de ce moment important. Dr Adorable insère le spéculum et on ne sait quoi d’autre dans son intimité et se retourne pour préparer la semence.

10h56 : l’impatience d’en finir prend le dessus, et pour cause : le roux numéro 3 n’a pas bougé d’un poil et FIXE L’INTIMITÉ DE CICONIA. VÉ-RI-DIQUE. Non, ce n’est pas une vue de son esprit, Ciconio a ensuite confirmé qu’il avait été choqué de ce regard insistant. Ciconia a toujours un sourire gêné et bête sur la face. Elle donnerait cher pour pouvoir lui foutre une baffe à ce gars pour lui dire de poser ses yeux ailleurs tant que l’IAC n’est pas commencée. Lui crier qu’il la gêne avec son regard, qu’elle se sent trop gênée. Elle s’inquiète alors de son épilation, mais elle sait bien que tout est nickel de ce côté-là. Elle regarde encore Ciconio pour se donner du courage.

10h58 : Dr Adorable annonce qu’elle va commencer. Ciconia sent légèrement le cathéter, mais aucune douleur. Dr Adorable lui demande  plusieurs reprises si elle lui fait mal. Qu’elle est adorable ! Ce n’est pas l’autre GP qui demanderait ça, à son avis !

11h00 : c’est enfin fini, Ciconia doit rester allongée sur le fauteuil incliné pendant une dizaine de minutes. ENFIN, CICONIA PEUT REMETTRE SA COUVERTURE ! 😀 Le roux numéro 3 tend à Ciconio deux ordonnances pour le Progestan et la prise de sang. Il aura au moins été un peu utile, celui-là (bien qu’il ait mal orthographié le nom de famille, m’enfin). Toute la clique se fait la malle en leur disant bonne chance et part inséminer une autre vache impudique femme infertile dans la pièce voisine.

11h15 : avec la satisfaction du devoir accompli, C&C se préparent à quitter le centre de PMA. Ils plaisantent sur cette matinée haute en couleurs (d’automne) et longent la crèche pour regagner leur carrosse. Ciconia incline son fauteuil –ça devient une habitude– et se repose enfin sur la route du retour.

* Ciconio avouera plus tard pour plaisanter qu’à ce moment-là il a eu peur d’une erreur de « sachet » et que si elle accouche d’un bébé roux, il se posera des questions (rapport au voisin dans la salle d’attente) ! Ciconia ne demande que ça, elle adore cette couleur de cheveux !

** Vu la présence non négligeable de roux le jour de l’IAC1, C&C en ont conclu que leur cigogneau serait roux… ou ne serait point.


La suite prochainement… Vous découvrirez comment Ciconia a vécu les premiers moments post-IAC1…

La première IAC de C&C — Partie 2

The début du D-Day…

8h13 : après un passage express aux toilettes et un petit coup de lingette, she’s fresh, fresh! Ciconia est de retour en salle d’attente. C’est l’effervescence ! C’est l’heure d’ouverture des secrétariats et les allées et venues dans les salles d’échographie se succèdent, un vrai moulin ! Elle regarde passer avec une grande admiration une femme –charlotte sur la tête– sur un lit d’hôpital, sans doute pour une FIV… Elle pense à vous, les FIVettes ❤

8h15 : Ciconia observe discrètement ceux qui l’entourent et constate que DNLP a au moins le mérite de n’être ni raciste, ni sexiste, ni quoi que ce soit en -iste ou -phobe. Quand elle frappe, elle ne fait pas de différence. La population est pour le moins hétéroclite. Le point commun : les gens ne lèvent pas vraiment le nez de leur smartphone ou livre. Tout le monde est tendu. Ca fait chier d’être là. Ciconia imagine que ses voisins viennent peut-être pour une énième tentative et enrage pour eux. Puis elle se dit qu’au moins à notre époque, on a un peu d’espoir grâce à la médecine, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques décennies.

8h20 : le GP (le Grand Ponte homme de ce centre dont Ciconia vous avait déjà parlé ici) apostrophe la voisine de Ciconia, et comme celle-ci ne réagit pas suffisamment vite à son goût, il se tourne vers C&C. Et là, C&C se lèvent d’un seul homme tellement l’autorité du GP est forte. Elle essaye précipitamment de rassembler ses affaires déjà éparpillées, sa bouteille, son portable avec l’album GIRL de Pharell qui l’encourage, son magazine. Avec le recul, Ciconia met cette soumission sur le compte du stress. Il leur enjoint de rejoindre les sages-femmes. En italiques s’il-vous-plaît car C&C ont failli se tromper de salle d’écho en cherchant des yeux des femmes. Eh non, il s’agissait de deux hommes (oui oui : le noir et le jeune roux que vous attendiez tous !). C&C ne remettent pas du tout en cause les hommes sages-femmes, mais à ce moment-là, au comble de la nervosité, ils ne s’attendaient pas à eux. Une fois dans la salle, le GP ne prend même pas la peine de dire bonjour (contrairement aux sages-hommes*) ni de dire à Ciconia qu’elle doit se mettre en pôle position tout de suite. Ciconia ose quand même un « Je m’installe ? » pour briser la glace. À croire que c’est le premier jour pour les SH, car ils sont raides comme des piquets. En fait, seul le GP est à l’aise… Enfin, il ne cache pas qu’il est pressé, mais reste tout de même assez courtois (jusque ce qu’il faut). Ciconia enlève donc le bas et se dit que même dans ses rêves les plus fous (qui tout compte fait sont bien sages par rapport à la situation), elle n’aurait jamais imaginé se retrouver nue (à moitié nue, OK, mais bon, c’est le bas qu’elle a dû enlever, quand même) dans la pénombre (heureusement) au milieu de quatre hommes. QUATRE HOMMES. Une première pour Ciconia. Le GP –qui vous le verrez plus tard, est vraiment space–, un jeune roux (25 ans maxi), un noir et… son mari Ciconio qui observe la scène (le plus gêné de tous après Ciconia, sûrement). A l’écran, Ciconia n’a pas le loisir de voir grand chose que déjà, le GP s’exclame : « A ovulé ! » d’un air que C&C ont alors interprété comme embêté. Mais le GP n’est pas facile à déchiffrer. Il a prononcé ces mots comme il aurait dit « A voté ! » et les deux SH opinent du chef (mais Ciconia voit bien qu’ils n’ont rien eu le temps de voir et qu’ils disent oui parce qu’ils ont eux aussi un peu peur du chef !). Le GP avoue qu’il va vite mais que c’est comme ça qu’il doit faire, qu’il ne faut pas perdre de temps. Il se tourne vers Ciconia pour savoir à quand remonte la dernière écho et combien il y avait de follicules. Ciconia le renseigne, le GP n’a pas l’air très content, et du coup Ciconia n’arrive pas à savoir si tout cela est bon ou pas, à part que l’ovulation a déjà eu lieu. Elle remet vite ses habits (vite sortir de là !) et regarde Ciconio qui visiblement partage son incompréhension et son inquiétude. Ils n’osent même pas poser de question et Ciconia commence à se faire un mauvais film (rien d’excitant cette fois) : et si l’IAC était annulée parce que l’ovulation a déjà eu lieu ??? 😦

*Je me permets de masculiniser cette profession. Je suis pour la féminisation des noms et dans ce cas-là, le contraire me paraît normal aussi. Et puis c’est plus rapide à écrire ! 😛


La suite prochainement… Vous découvrirez si Ciconia, telle une vache, a quand même été inséminée ce jour-là…