C’est tout bon, alors pas de restrictions ! [Grossesse]

Vendredi dernier, je suis allée au laboratoire faire le Test O’ Sullivan, alias le fameux test de glucose qui allait déterminer de toute ma vie mon alimentation pour les mois à venir.

Je ne sais plus trop où j’avais lu ou qui m’avait dit que ce breuvage hyper sucré était écœurant et donnait la gerbe, mais je m’attendais à devoir ingérer l’équivalent de deux grandes bouteilles d’eau d’un liquide imbuvable. Je flippais un peu, d’autant qu’on est venu me chercher avec près d’une heure de retard. Heureusement que sur les conseils de ma doc, j’avais amené un bon bouquin ! 🙂

C’est souvent quand on s’attend au pire que tout paraît facile !

Alors soit je ne ressens pas le goût comme les autres, soit je suis vraiment un bec sucré (chut, ne le répétez pas au « Chef » !), mais j’ai trouvé la taille de cette bouteille ridiculement minuscule et le goût, certes pas gastronomique, mais tout à fait buvable — dans cette quantité-là, j’entends –. 😉

On en a même plaisanté avec la fille qui m’a fait la première prise de sang. J’ai vraiment trouvé que c’était de la rigolade, ce test. J’ai bu la gnôle fiole en 30 secondes chrono.

Trop cool : j’ai bien avancé dans mon livre et j’ai pu zyeuter discrètement les autres PB en salle d’attente 😛

Grâce à la PMA (merci DNLP), je ne crains plus les prises de sang non plus, alors le plus dur, au final, a été de patienter entre deux, de subir le retard accumulé et de retrouver la fournaise de ma voiture garée en plein soleil pour regagner mes pénates.

Les résultats consultés en ligne le soir-même étaient bons.

😀 😀 😀

Vengeance, je vais pouvoir lui rabattre le caquet au « Chef » à la prochaine échographie en octobre !

❤ Gros bisous sucrés à toutes et à tous ! ❤

PS : dans mon prochain billet : « La nuit avec mon « ennemie »… 😉

Publicités

Une échographie du 5e mois en demi-teinte… [Grossesse]

C’est dans une fraîcheur réconfortante après la longue période de canicule que je reviens vers vous pour partager ce moment fort qu’était l’échographie du cinquième mois.

« Fort » en bien et en moins bien…

Nous avions rendez-vous hier après-midi à Moyenne Ville, à l’hôpital de ma gynéco Dr Grande, là où j’accoucherai en fin d’année. J’ai dû patienter une heure et demie la vessie pleine avant que ce soit notre tour…

Nous avons enfin été reçus par le Chef de pôle que nous ne connaissions pas encore… Nous nous en serions bien passés ! Nous avons été très déçus par cet homme qui, peut-être pour impressionner la jeune stagiaire, a voulu nous donner — à tous — un cours magistral…

A peine j’étais installée le ventre à l’air et une fois les premières images affichées à l’écran, qu’il nous a demandé si c’est notre deuxième échographie, ce à quoi nous avons répondu que c’était en réalité notre quatrième…

« Ah bon, et comment ça ? » Et là, j’ai dû lancer un sujet que je n’avais pas envie, mais alors pas du tout envie d’évoquer, surtout pas dans une salle d’échographie : ma fausse couche… 😦 Pour lui, ce n’était pas une raison pour faire des échographies supplémentaires. Nous avons répondu que comme on nous l’avait proposé, on n’allait pas refuser ! Que ça nous avait rassurés, etc.

« Chef » a alors demandé à la stagiaire (et à nous) quelle était l’utilité du suivi de grossesse. Je ne détaillerai pas tout, mais en gros il trouve que ça ne sert à rien d’autre qu’à inquiéter les futurs parents et dépenser des sous. Il a cité l’exemple de la Norvège qui en fait moins que par ici et où soi-disant les résultats sont meilleurs.

Jusque-là tout allait bien. On se disait intérieurement qu’on tombait encore sur un de ces grands pontes qui aiment discourir et étaler leur science devant les stagiaires et les patients… (Souvenez-vous de ce cher GP…!)

Mais il a continué à insister lourdement sur la fausse couche, pendant quelle année et à quel moment de la grossesse, etc. Au bout d’un moment, j’ai senti que ma voix commençait à chevroter et j’ai su que s’il continuait comme ça, j’allais craquer. Mais je n’ai pas osé lui demander de changer de sujet.

Il a quand même réalisé l’échographie. Il a dit que j’avais rempli ma vessie pour rien, que c’étaient les jeunes qui demandaient ça, mais pas lui… Comment j’aurais pu le savoir ? Sinon, il a détaillé les mesures en donnant des explications plus à la stagiaire qu’à nous…

❤ Le plus important, c’est que Babybulle est en pleine forme et qu’il a tout ce qu’il faut là où il faut. ❤

Hier, il était hyper dynamique depuis le matin, comme s’il avait deviné qu’il serait le centre de l’attention ! 😉

Ciconio et moi avions les yeux rivés sur l’écran, tant et si bien que j’ai même zappé complètement une question hors sujet supplémentaire du « Chef ». Je me suis « excusée » en disant que je n’avais pas entendu parce que j’étais absorbée par l’observation de mon bébé (histoire de lui rappeler la véritable raison de notre présence). Nous n’étions pas là pour débattre des pratiques obstétricales ou de mon métier.

Je rêve, où les « grands pontes » — masculins j’entends — ont la fâcheuse tendance à s’écouter parler et à inonder les gens de paroles pour donner leur avis sur tout, même sur les métiers des autres ? J’hallucine. Comme j’ai regretté ma gynéco, toujours si délicate et attentionnée…!

« Le meilleur » a eu lieu à la fin. Babybulle a une semaine d’avance en termes de taille (et donc de poids estimé)… Sans explication, mon homme et moi en aurions juste déduit qu’il s’agit d’un « beau bébé » qui tient de son père (Ciconio est un grand gaillard de large envergure, qui pèse le double de mon poids et a donné du fil à retordre à sa maman à la naissance avec ses larges épaules et ses 4,100 kg fillette (pour toi Miliette)).

Seulement voilà, « Chef », après seulement deux-trois questions sur mon alimentation, pense que j’ai un apport trop important en sucres rapides (ce qui inclut si j’ai bien compris les yaourts aux fruits et les fruits eux-mêmes !!!). Il est vrai qu’à la belle saison, je suis assez friande de fruits, et par malchance et comme je suis honnête, à sa question « Qu’est-ce que vous avez pris comme dessert ce midi, une glace ?! » j’ai dû répondre l’abominable vérité : « Un chocolat liégeois ». « Mais c’est une glace ! » « Non, en crème dessert ! ». Il a lancé l’hypothèse que Babybulle était agité à cause du sucre de mon dessert du midi…! (WTF !!!)

Sur ces entrefaites, il a parlé régime. A l’écouter, je vais devoir manger des légumes matin, midi et soir à la place des fruits et des produits laitiers sucrés. Tenez-vous bien : pas plus d’un yaourt par jour semaine ! Moi qui trouvais sain, rafraîchissant (et plein de vitamines) de me faire un petit jus d’oranges pressées le matin, ben c’est pas bien non plus ! Pour « Chef », c’est même pire que de boire du jus en bouteille !

Je vous épargne la suite, mais il a dû voir mon air décontenancé car il a fini par dire un truc gentil du style que ce bébé avait de la chance parce qu’on voyait qu’il était très attendu. Il soufflait le chaud et le froid en quelque sorte, alors j’en ai eu les larmes aux yeux…

Puis il en a remis une couche sur la fausse couche, ce qui m’a fait couler quelques larmes. Qu’est-ce que je n’avais pas fait là ? Loin de le décourager, « Chef » a entrepris de me réeexpliquer par A + B à quel point on avait « fait une affaire avec cette fausse couche » (oui, en ces termes précis), en avançant des chiffres et des statistiques… Il nous a redemandé comment on faisait les bébés (si si je vous jure) et quand j’ai répondu qu’il fallait déjà un homme et une femme il a regardé la stagiaire en disant de moi que j’avais de bonnes réponses. Vas-y, prends-moi pour une c*nne.

Il a continué ses discours en arguant que pour lui les meilleures mères étaient au final celles qui ne faisaient pas de suivi de grossesse et arrivaient à l’accouchement « la fleur au fusil », parce que le mieux pour une grossesse c’était de ne rien faire de spécial (pourquoi il nous parle de régime sans sucres, alors !!!)… D’un « échange de regards » avec la stagiaire, j’ai compris qu’elle n’était pas du tout de cet avis (moi non plus)… Il a renchéri en disant que les meilleurs résultats en obstétrique avaient eu lieu pendant la guerre (WTF ?!!), par rapport au taux de sucre, etc.

Il a ressoufflé le chaud par une parole gentille, que ça allait bien se passer, que c’était un beau bébé et là j’étais repartie à pleurer (il faut dire que je n’avais pas encore réussi à sécher mes larmes)…

On est ressortis comme ça, tout le monde dans la salle d’attente m’a regardée (ils ont dû croire que notre bébé avait un problème grave !)… Ciconio était furax, même s’il avait gardé le silence pendant tout le discours de la fin sur le régime et la fausse couche.

« Ça n’aurait pas dû se passer comme ça, on aurait dû ressortir de là le sourire aux lèvres ! Ça aurait dû être un bon moment…! »

Je suis bien d’accord.

Après, si « Chef » s’était contenté de me parler de l’apport en sucres, je n’aurais jamais craqué nerveusement ainsi ! Je crois qu’il ne pensait pas à mal… Dans sa volonté de me réexpliquer le pourquoi du comment de la fausse couche et d’expliquer des choses à la stagiaire, il a été hyper relou et a juste été maladroit. Là où je lui en veux, c’est que mes larmes auraient dû lui faire comprendre qu’il fallait changer de sujet et qu’il a persisté dans son délire.

Quant aux fameux sucres rapides, dans tous les cas je devais refaire l’analyse d’urine du 5e mois (urine « perdue » par le laboratoire l’autre jour), et j’aurai le résultat de la glycosurie jeudi midi par courrier.

J’ai appelé ma doc pour savoir si je pouvais d’ores et déjà faire le test O’ Sullivan du glucose initialement prévu pour le 6e mois. Elle m’a donné son feu vert alors je vais essayer de le programmer la semaine prochaine. Elle m’a dit aussi que « Chef » était — je cite — « très bien, mais assez porté sur les régimes sans lactose et sans glucose ». Ça me rassure un petit peu. J’ai googlisé « Chef » et il paraît qu’il roule dans un vieux tacot pourri, a sept enfants et adore les randonnées « nature ». J’adore la nature aussi, sauf quand elle fait sa p*te.

Bref. S’il y a un risque de diabète gestationnel, je préfère le savoir afin de prendre les mesures adéquates s’il le faut !

❤ Mais j’espère que notre petit garçon (oui, BBB est un petit gars, comme je le pressentais depuis le tout début) tient juste de son grand gaillard de papa ❤

128 jours, 20 SA + 1, début du 5e mois – ¡Qué calor! [Grossesse]

Un petit coucou de mes montagnes où le thermomètre a tant grimpé dernièrement, comme partout en France ! J’ai une grande maison ancienne dont les murs sont très très épais, mais la chaleur a fini par s’accumuler tout de même et j’ai un peu souffert de cette ambiance caliente, notamment sur les coups des 16 heures qui rimaient avec douche et/ou brumisateur ! Du coup, je sortais le soir après 21h00 : j’en profitais pour arroser mes fleurs et le jardin, observer les étoiles et la pleine lune. Notre jardin s’améliore petit à petit, alors j’adore y passer des moments de détente « à la fraîche ». Le thermomètre s’est calmé, même si on attend toujours la pluie pour les pauvres plantes et arbres… Les orages annoncés sont tous passés à côté, c’est bien la première fois qu’on pleure pour avoir une bonne drache, comme on dit chez moi.

Sinon, je vais bien. Côté physique : c’est parfois un peu déroutant. Ma façon de marcher a déjà changé, c’est qu’il pèse, BBB ! Je suis assez légère au départ, alors forcément, les kilos de plus, je les sens déjà. Et c’est pô fini ! 😉 Mon ventre a bien grossi (on dirait qu’il gonfle d’un coup, par étapes, comme si quelqu’un actionnait une pompe de l’intérieur). Je ne passe plus inaperçue, surtout avec les vêtements d’été. Les gens ne me regardent plus dans les yeux (j’ai dit dans les yeux), mais au niveau du nombril. Des personnes qui ne me parlaient pas au cours de yoga m’ont demandé comment ça allait, posé des questions… Ma voisine me donne des conseils non sollicités… A l’écouter, je devrais rester allongée sans rien faire toute la journée ! Je me trouve déjà super calme et tranquille, il ne faut pas exagérer non plus.

Le rendez-vous de suivi du 4e mois s’est bien passé : le col était bien fermé, la hauteur utérine correcte et les battements de ❤ de BBB bien dynamiques. Les PDS et l’analyse d’urine étaient bonnes.

Seul hic : des douleurs aux côtés (à gauche) depuis 2 semaines, que j’attribue d’après mes lectures au grossissement de l’utérus qui pousse la cage thoracique. Ce n’est pas permanent, mais ça arrive sans crier gare, notamment pendant le travail. J’ai aussi parfois une sorte de douleur de type sciatique dans la fesse droite quand je reste longtemps assise. Du coup j’alterne entre siège et ballon de Pilates… L’autre jour j’avais même envie de taper à l’ordinateur debout, mais je ne suis pas équipée pour… Une idée à creuser, cependant.

Enfin, tout ça m’oblige à faire davantage de pauses pour m’étirer et pratiquer une ou deux postures de yoga appropriées. Ça me soulage sur le moment, mais ça revient comme Clo Clo. Sur les bons conseils de Margou — que je remercie –, j’ai donc commandé entre autres un bouquin de Bernadette De Gasquet qui me guidera plus en détail dans les postures « yogiques » destinées aux PB pour me soulager de ces désagréments. C’est que je ne suis même pas au milieu de ma grossesse — enfin presque –, alors je ne veux pas me laisser bouffer par des douleurs sans rien faire…!

En revanche… Côté moral : excellent ! Depuis que je suis enceinte (enfin, depuis que je suis rassurée sur le bon déroulement de ma grossesse !), j’ai l’impression de savourer la vie deux fois plus. Je revis. C’est comme si pendant 3 ans et demi, ma vie s’était mise entre parenthèses à attendre ce grand événement, même si la première année on n’avait pas encore trop de pression.

C’est un réel bonheur de pouvoir se projeter en réfléchissant à la liste de naissance et à la vie quotidienne qui nous attend ! Dans 2 semaines, nous saurons si Babybulle est une petite ou un petit ! Ses mouvements de plus en plus précis m’aident à patienter, ainsi que les semaines bien chargées niveau boulot, les week-ends de détente au grand air et toutes les joies de l’été. Le mariage de mon frère a lieu dans quelques jours : l’occasion de revoir une grande partie de la famille et des amis, dont certains auront traversé l’Atlantique. J’ai hâte ! J’ai enfin la tenue complète que je porterai au mariage. Mais je vais devoir trouver en vitesse un soutif plus grand que la brassière de mémère que je mettais jusque-là car mes boobs ont eux aussi grossi — encore — !

Pour ce qui est des achats : profitant des soldes, nous nous sommes lancés dans la commande d’un trio poussette/nacelle/siège-auto tout terrain à 3 roues. 😀 On a kiffé de donner nos critères respectifs et de comparer les produits sur le net. Ciconio l’a même essayée en magasin pour voir si elle lui convenait. J’ai pour ma part commandé un haut d’allaitement et un pyjama d’allaitement pour leurs prix attractifs. Nous n’avons encore rien acheté pour le bébé comme vêtements car je n’ai pas encore finalisé la liste des achats à faire cet été. Notre BBB sera un bébé d’hiver, alors les habits d’été, ce n’est pas trop la peine. C’est pour ça que je dois me concentrer sur les habits convenant à toutes les saisons et je ne suis pas encore très au point devant la myriade de produits proposés. Enfin, j’ai plusieurs documents et ouvrages qui vont m’aider à le faire ce week-end. 😀

Fin juin, nous sommes allés voir l’une des sages-femmes libérales qui se chargeront de ma préparation à l’accouchement. J’ai choisi ce cabinet pour pouvoir bénéficier de leurs séances de relaxation, de sophrologie et d’eutonie. Le courant est très bien passé avec cette jeune femme et j’étais presque déçue de savoir que je n’allais pas commencer la préparation avant début octobre (à raison d’une séance hebdomadaire). Je suis persuadée qu’en ce qui me concerne, j’aurai besoin de fortifier mon mental pour faire face à ce grand événement qu’est l’accouchement. J’ai failli mourir à ma naissance et pendant des années, j’ai eu peur d’accoucher (enfin, d’être en danger et surtout de mettre en danger mon bébé). Cette peur s’est atténuée pendant mes années d’infertilité, mon désir d’enfant a dépassé ma peur d’enfanter, mais je trouve bien d’apprendre les clés pour me détendre le jour J afin que tout se passe au mieux.

L’autre nuit, j’ai en quelque sorte revécu ma naissance dans un rêve, métaphoriquement : j’étais dans une grotte, dans une cavité très étroite mais où je tenais debout. Je ne suis déjà pas trop à l’aise dans ce genre de lieu étroit, mais ça allait jusqu’à ce que je me rende compte que je devais m’allonger pour passer par un trou étroit afin de rejoindre la salle suivante. Je commençais à baliser en pensant que je n’y arriverais jamais quand des voix de plusieurs personnes provenant de l’autre côté de la paroi m’ont vivement encouragée à venir. Elles m’ont assuré que j’allais y arriver, que je pouvais le faire et qu’il suffisait de prendre mon courage à deux mains. J’ai donc respiré un bon coup et j’y suis allée. Le passage a été délicat, mais comme je savais qu’on m’attendait à la sortie, j’ai fait des efforts, et j’ai réussi sous les bravos et les applaudissements de mes supporters ! 😉 Peut-être ai-je ressenti ces émotions lors de ma propre naissance ? En tous les cas, ce rêve m’a marquée et je me suis dit que si j’en avais la force, j’encouragerais mon petit bébé lors de sa naissance, car lui aussi va devoir faire des efforts pour venir 😀

Ciconia sort de sa bulle [Grossesse]

Helloooooooo… Par quoi commencer après quasiment un mois de silence radio me concernant (je ne compte pas les articles de BAMP! et de la SSI que j’ai reblogués bien sûr…) ???

Déjà en vous disant que je vous lis toujours, mais que vu ma fatigue intense, j’ai de la difficulté à vous commenter tous. Il y a aussi une certaine réserve de ma part, depuis que je suis passée de l’autre côté : parfois, je ne trouve simplement pas les mots pour vous réconforter… Ce qui ne change pas, c’est le fait que vous soyez dans mes pensées chaque jour. Vous tous.

L’actualité la plus importante, c’est l’échographie tant attendue des 12 SA, qui a en fait eu lieu à 12 SA + 4 j, le 18 mai. Tout va bien ! Bien que nous ayons été plus calmes en salle d’attente (il faut dire que pour une fois, Dr Grande nous a reçus à l’heure), on a quand même eu un peu peur quand on a vu à l’écran Babybulle, notre petit(e) cigogneau/ette, qui ne bougeait pas. On n’a pas vu son cœur battre immédiatement. Heureusement, la gynécologue nous l’a fait écouter avant de commenter quoi que ce soit. En fait, BBB dormait, tout simplement ! Côté mesures, il est toujours dans la moyenne, tout va bien, notamment concernant la clarté nucale.

La magie a de nouveau opéré quand il s’est mis à agiter les bras et les jambes 😀 Les clichés classiques le montrent de profil (quelle belle mâchoire, quel genou pointu !) et ceux en 3D, vu de haut et levant un bras gauche potelé — avec 5 doigts — pour dire coucou à sa famille. Ce dernier cliché a eu un succès fou dans nos deux familles ! 😉 Et l’histoire du genou « pointu » a fait conclure le papa qu’ils s’agissait d’une fille. Jamais entendu parler de cette légende urbaine, moi ! 😛

Dans la foulée de l’échographie, je suis allée me faire piquer pour le tri-test, ayant accepté de participer à l’étude SAFE 21 (dépistage avancé non invasif de la trisomie 21 sur sang maternel) pendant le premier trimestre. Le résultat de ce dépistage combiné (couplé à la mesure de la clarté nucale lors de l’échographie), est une très bonne nouvelle : je ne fais pas partie du groupe de patientes à risque accru. Merci l’Univers 🙂

Du coup, si je fais l’état des lieux d’une Ciconia « dindisée », ça donne ça :

Et le ventre ?

Jusqu’ici, une seule personne a demandé à le toucher : ma belle-sœur (future femme de mon frère), et j’ai accepté. Il n’est pas encore très visible, mais c’est vrai qu’il est plus dur que d’habitude. Je soupçonne ces deux fiancés de vouloir un bébé bientôt 😛 Mon bidou sort peu à peu, surtout le soir. J’utilise de plus en plus souvent l’astuce de l’élastique pour fermer certains pantalons. Pour le moment, les bas plus confortables me vont encore très bien. Pas encore d’achat de vêtements de maternité ; j’attends d’en avoir vraiment besoin, si possible au moment des soldes début juillet. Je suis contente de savoir que ma garde-robe estivale contient déjà un certain nombre de hauts qui pourront largement me convenir même avec un bidon plus gros.

Et la tête ?

C’est la fête dans la tête ! La plupart du temps je suis plus sereine concernant le déroulement de la grossesse. Le stress me reprend parfois, mais plutôt par rapport à la logistique et aux finances. Eh oui, 2015 annonce de gros changements pour C&C, et pas uniquement dans la composition de notre famille. Ciconio, moins motivé par son métier depuis un moment, a fait une demande de formation continue, et s’il est financé, redeviendra étudiant début septembre pour une année. Fini les lundi à la maison (dommage pour BBB, moi, et les économies de nounou), les bons revenus, etc. Enfin, s’il ne change pas d’orientation après sa formation, il pourra toujours reprendre son poste initial sans problème en septembre 2016. C’est toujours ça. Mais du coup, vu le contexte actuel de mon job en freelance (assez calme depuis avril, plus une saleté de « cliente » qui ne nous a pas payées, mes collègues-amies et moi, pour un gros projet réparti entre nous et ce pour des raisons plus que mystérieuses, et qui de surcroît, ne justifie pas sa décision et ne répond plus aux courriers… J’essaye de rester zen pour BBB), je m’inquiète des finances pour la venue de BBB. À tort, car nous avons des économies, mais il faut croire que j’ai perdu quelques neurones de logique en route…! 😉

Je commence à lire des bouquins sur la grossesse, des plus connus aux moins renommés, et je m’autorise depuis quelques jours à peine à surfer sur les sites de puériculture pour évaluer les must-have et les trucs inutiles (pas facile).

Et le bec ?

Eh bien il a commencé à faire les annonces ! Nos amis les plus proches l’ont su en premier, suivis des parents, frères et sœurs et de ma marraine, ensuite les amis avec lesquels on a passé les vacances (promiscuité oblige) et depuis l’échographie, on continue. C’est désormais officiel. Il paraît que ma voix est plus gaie au téléphone, d’après ma belle-sœur (sœur de Ciconio). Heureusement que je suis plus gaie quand j’évoque la déclaration de grossesse que quand je parlais de PMA ! 😉

Et les oreilles ?

Elles sont témoins de réactions de joie de la part de nos proches quand on leur annonce la bonne nouvelle : comme ça fait du bien de leur faire du bien aussi !

Mes oreilles ont quand même forcément entendu 2-3 réflexions maladroites, vous vous en doutez. Une copine en vacances, en aparté après l’annonce au groupe, m’a demandé : « C’est grâce à la PMA ? » « Non, c’était en cycle de pause… » « Ah, ça devait être un moment où tu y pensais moins ! » > J’ai dû me justifier — encore — et affirmer que non, je n’y pensais pas moins à ce moment-là… J’ai évoqué la progestérone qui a pu aider, etc.

Son mari, au mien (rapport au fait que nous avons attendu longtemps notre bébé) : « Vu votre situation, ça promet (contexte de la conversation : parents protecteurs ou gosse mal élevé, je précise)… > Si l’éducation bonne ou mauvaise des enfants était liée au temps que l’on met à les avoir, ça se saurait. Personnellement, j’en ai vu des enfants C1 mal éduqués et des parents C1 dont les comportements vis-à-vis de leur enfant me « hérissent », il n’y a pas si longtemps d’ailleurs. Bref.

Sinon, la plupart du temps, mes oreilles entendent des conseils inutiles et non sollicités : « Il ne faut plus boire d’alcool, et bien manger » > Oui, je fais déjà tout bien. Et puis c’est vrai que mon sevrage est trop dur avec ma consommation de 2-3 verres d’alcool une fois tous les 2 mois…! *

« Il faut arrêter de courir, maintenant, rester calme » > Je suis une personne calme de nature, je bosse de chez moi, et les sports dynamiques que je pratiquais, je les ai arrêtés. En plus, je n’arrête pas de pioncer ! Tu vois, je fais déjà tout bien. *

Ma mère jusque-là avait fait un sans fautes depuis l’annonce fin avril. Je l’aurais imaginée curieuse de connaître le résultat du tri-test, et pourtant elle m’a quasiment réprimandée de lui avoir envoyé un SMS pour lui dire que le risque de trisomie 21 était faible, par ces mots : « Bon, maintenant, il ne faut plus penser à ça, hein, faut être cool » > Merci, maman, de me culpabiliser, si j’avais su, je ne t’en aurais pas parlé, car manifestement la plus cool des deux concernant ce test, c’est moi. En plus, c’est un test proposé par la gynéco, ce n’est pas moi qui l’ai inventé. Concernant l’amniocentèse qui est donc évitée : « Ah ben encore heureux que tu ne doives pas faire ça, parce que hein…! » > Oui, je suis bien d’accord, contente de ne pas devoir le faire, mais si le risque avait été élevé, je ne garantis pas que je l’aurais refusé, et je ne t’aurais pas demandé ton avis. *

* Inutile de préciser que les réponses en italiques sont restées dans ma tête et ne sont pas sorties de mon bec…! Mais je dois bien dire que les phrases bêtes de ce type font bien moins mal que celles entendues concernant l’infertilité, alors je les retiens parce que c’est ma nature, mais je n’en tiens pas rigueur à ceux qui les profèrent.

Et les yeux ?

Quand ils ne se ferment pas tout seuls de fatigue (Ciconia s’est transformée en marmotte !), ils ne se lassent pas de regarder les échographies de BBB…

Et les pattes ?

Elles tentent de stimuler BBB pour le sentir bouger dans le ventre, mais c’est encore trop tôt : RAS 😉

Conclusion : la vie est belle, rien n’est encore gagné, mais je suis confiante et je garde en tête la date de l’échographie des 5 mois, fin juillet, pour savoir si BBB va bien et s’il s’agit d’un cigogneau ou d’une cigognette 😉

Pour patienter

En attendant la prise de sang de demain, je compte le nombre de « perles » qu’il me reste à enfiler… Une ce soir, une demain matin, et verdict demain soir…OvulesEt je porte mes nouvelles boucles d’oreilles Bouddha achetées à la Boutique des idées fertiles commandée mardi et reçues en un temps record ! Elles sont encore plus jolies en vrai ! 😀Boucle-BouddhaMerci Ajisai pour cette jolie création ! Je vais faire un tabac au cours de yoga !!!

Pour rappel, ces boucles sont offertes par leur créatrice : le produit de la vente sera reversé à l’association BAMP ! qui lutte pour une meilleure prise en charge de l’infertilité.

Bien entendu, j’ai voté une dernière fois pour BAMP! sur la page Facebook du Crédit Agricole de Normandie pour que l’on reste les premiers !!!

MERCI à tous pour votre soutien !

C&C vont bien. Hier soir, c’était un peu dur, bien sûr… Ciconia a téléphoné au labo à 16h00 tapantes, mais c’était trop tôt. Elle a rappelé à l’heure indiquée (17h30), et elle a obtenu le résultat suivant : < 3 (avec un espace entre les deux symboles, sinon ça donne un cœur et là Ciconia ne trouve pas le ❤ adapté à la situation !). La secrétaire a précisé « C’est négatif », comme si Ciconia n’avait pas compris. C’est Ciconio, informé par SMS, qui a eu du mal à comprendre. Ciconia a dû lui préciser que « négatif » voulait bien dire « pas enceinte ». Ce à quoi Ciconio a répondu : « Il faut attendre. ». Lorsque Ciconio est arrivé à la maison, Ciconia a dû lui mettre les points sur les i. Non, il ne faut pas rêver : si c’est négatif à 14 DPO, ça ne va pas devenir positif dans quelques jours. L’espoir de Ciconio a mis Ciconia de mauvaise humeur. Elle a commencé à faire la vaisselle puis a jeté le reste dans l’eau sans avoir le courage de continuer. Elle était déjà crevée l’après-midi, mais là elle l’était encore plus depuis le résultat. Elle s’est couchée tôt et s’est endormie tout de suite. Elle était pressée de dormir pour ne plus y penser.

Comme dans la chanson, c’était la jungle dans sa tête.


My Head Is a Jungle [Wankelmut & Emma-Louise]

In a dark room we fight
Make up for our love
I’ve been thinking, thinking ’bout you,
‘Bout us
And we’re moving, slow
Our hearts beat, so fast
I’ve been dreaming, dreaming ’bout you
‘Bout us

Hey
Hey
Hey
Hey

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head, and oh

Oh

I’m speaking
Soft
See the pain in your eyes
I’m feelin’, feelin’ for you, my love

And our bodies, are tired
Our shadows will dance
I’ve been achin’ achin’ for you, my love

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

My love is wasted, sorry for this I never meant to be
Hurting ourselves, hurting ourselves and I’m
Complicated, you won’t get me, I have trouble
Understanding myself, understanding myself and my
Love is wasted, sorry for this I never meant to be
Hurting ourselves, hurting ourselves and I’m
Complicated, you won’t get me I have trouble
Understanding myself, understanding myself

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

Ho oh oh…


Et puis ce matin, ça allait beaucoup mieux. Après tout, elle ne va quand même pas se laisser abattre à la première tentative ! Elle vous remercie pour toutes vos gentilles attentions depuis hier. Ça l’a beaucoup aidée et elle a trouvé adorable que vous la souteniez alors même que beaucoup d’entre vous en ont connu bien d’autres. L’échec de l’IAC1, ce n’est quand même pas la pire des choses en PMA. C&C en verront sûrement d’autres, alors ce n’est pas le moment de lâcher dès le début.

Ciconia essaye de voir le positif : elle peut continuer la zumba sans problème et va se remettre à la course à pied pour gommer un peu sa taille épaissie par les traitements (+ la paresse + la bonne bouffe du week-end dernier). Elle se dit aussi que pour la prochaine tentative, le dosage de Gonal-F va être augmenté, ce qui devrait aider l’ovulation. Cette fois-ci, elle avait déjà ovulé lors de l’IAC, alors avec un peu de chance, la prochaine fois, l’IAC sera mieux ciblée.

Et puis demain soir, le frère de Ciconia, sa fiancée et les parents de Ciconia viennent manger. Retrouver le goût des choses simples en attendant le prochain J1. En fonction de la date où il tombera, C&C envisageront l’IAC2 pour novembre ou décembre.

❤ Gros bisous à tous et encore merci. ❤

Entre deux rives : impressions post-IAC + EDIT « Boobs & PDS »

L’Après…

Après-midi de l’IAC : une fois à la maison Ciconia et Ciconio mangent de bon appétit et remettent leur intérieur en ordre. Ciconia se rend à la pharmacie pour commander le Progestan. Ils n’en ont pas, il faut revenir le lendemain matin. Enfin, Ciconia, croulant de fatigue, dort comme un loir de 16h00 à 18h00. Ciconio, tel un Prince Charmant, la réveille pour le repas du soir. Elle mange et se recouche immédiatement. Ça crève, les émotions d’une IAC !

DPO1 : après une excellente nuit de sommeil pour rattraper sa nuit blanche pré-IAC, Ciconia retourne à la pharmacie. Il y a un monde fou ! Heureusement, la gentille pharmacienne (pas la patronne, qui voulait lui refiler ses produits anti-vergetures l’autre jour) avance directement jusqu’à Ciconia pour lui remettre la boîte de Progestan afin qu’elle n’attende pas pour rien. Ciconia la remercie chaudement et la nomme définitivement Sa Pharmacienne Préférée. Puis elle découvre les joies des ovules de progestérone. Enfin, la joie des effets qui s’ensuivent après l’insertion. 😉 Si ce n’était que ça, Ciconia aurait l’esprit tranquille…

…Mais de DPO1 à DPO5 : son utérus, ses ovaires et donc sa tête de linotte cigogne travaillent, travaillent, travaillent… Pesanteur dans l’utérus, sensation de sentir exactement où se trouve son utérus, très légère douleur aux ovaires, mal aux reins, fatigues passagères, jambes lourdes, tout cela amplifié la nuit et selon les postures adoptées pour essayer de dormir. Symptômes qu’elle attribue aux hormones injectées et insérées. Du moins, elle essaye de s’en persuader. Si elle n’était pas un petit peu superstitieuse comme toute PMette qui se respecte, elle serait allée chercher le coussin d’allaitement acheté il y a 1 an 1/2 lors de son début de grossesse pour ce même problème de jambes lourdes. Elle avait commencé à saigner le lendemain de cet achat. 😦 Elle ne s’en est pas resservie depuis la fausse couche. Seul Ciconio l’a utilisé une fois après s’être bloqué le dos…

DPO6 : accalmie dans les symptômes. Ça tombe bien, le travail reprend de plus belle, il faut assurer.

DPO7 : Ciconia ressent à nouveau des tiraillements dans l’utérus, surtout en position assise et allongée jambes repliées. Il faut dire qu’en fin d’après-midi, elle a fait un peu de « sport » pour aller chercher ses habits d’hiver au grenier et nettoyer la cabane des chèvres et tout préparer pour que les mascottes (chèvres et chattes) aient tout ce qu’il faut pendant leur absence. Elle a beau y être allée cool pour manier la fourche à fumier (ça fait rêver, hein !), elle se dit que ses douleurs reviennent à cause de cet exercice.

DPO8 : grand départ pour le week-end de mariage en Normandie. C&C se partagent le volant et rejoignent un couple d’amis parents d’une petite fille de 3 mois sur le parcours. Ils continuent le chemin ensemble en faisant des pauses « biberon ». Ils prennent leurs quartiers dans une chambre d’hôtes de caractère et dînent dans un café de marins super sympa avec le futur marié.

DPO9 : départ sous la pluie pour Le Mont Le Plus Célèbre Du Monde (où l’on fabrique de délicieux biscuits et où les omelettes sont dorées au four à bois). Le ciel s’éclaircit et le soleil arrive dans l’après-midi. Une bien belle journée. Plus de symptômes pour perturber Ciconia, qui commence vraiment à déconnecter, même si la vision du bébé en poussette la fait rêver ainsi que Ciconio…

DPO10 : c’est le mariage ! Ciconia et son amie vont se faire coiffer, maquiller et manucurer le matin pendant que leurs hommes s’occupent du bébé/de leur ourlet de pantalon. Un petit McDo le midi pour ne pas perdre de temps et c’est déjà le moment de se rendre à la cérémonie dans une grand abbaye. Ciconia apprécie tous les instants de ce mariage et toutes les personnes qu’elle revoie ou rencontre, notamment des Espagnoles avec qui elle peut pratiquer la langue de Cervantes, un verre de champagne à la main. (Elle a fait attention à tout jusque-là, mais pour la fête, elle s’autorise deux-trois verres de bulles pour trinquer aux mariés, car après tout, rien ne garantit que cette IAC a marché et elle veut encore se faire plaisir.)

DPO11 : les invités ayant séjourné à proximité sont invités à déguster un buffet, puis tout le monde regagne ses pénates. C&C font un crochet par la Ville Lumière afin de rendre visite au frère de Ciconio.

DPO12 : retour à la maison, fatigués, mais heureux de leur week-end. Il fait beau chez eux alors qu’ils ont eu du brouillard sur toute la route. Ciconia retrouve ses « poupées » avec plaisir et commence à cogiter sur la prise de sang de mercredi…

À l’heure où Ciconia écrit ces lignes, on est J25, DPO13, et la prise de sang est prévue demain. Ce qui la perturbe, c’est le moment de la réception des résultats. En effet, si elle fait la PDS à Petite Ville avec les infirmières habituelles, elle craint de ne recevoir les résultats que vendredi (J28, DPO16)… En revanche, si elle va dans un laboratoire de Moyenne Ville, il y a plus de kilomètres à faire et elle ne sait pas si ça vaut le coup de les faire : ça dépend s’il est possible d’avoir les résultats par téléphone dans la journée ou pas… Elle hésite aussi à faire un test urinaire demain matin avant la prise de sang, sans savoir si la progestérone pourrait influer sur celui-ci.

Vivement les résultats en tout cas, car si l’IAC1 est un échec, C&C ont prévu d’enchaîner immédiatement sur l’IAC2 ! Pour l’instant, ils nagent entre deux rives, et c’est un petit peu compliqué à gérer.


EDIT « Boobs & PDS » :

Ciconia a omis un symptôme, et pas des moindres. Ses boobs qui déjà d’habitude ne font pas pitié, surtout en seconde partie de cycle, ont encore gagné en ampleur et en sensibilité grâce à notre amie la progestérone.

Sinon, Ciconia va faire sa prise de sang à Petite Ville demain et pourra demander le résultat par téléphone le soir directement au laboratoire. Elle a bien fait de le demander, car visiblement, si on n’en fait pas la demande, ils refusent de donner le résultat par téléphone (ça pourrait être n’importe qui en même temps !).

Merci pour vos encouragements ❤

Écho, séro, blogo

Quel titre, me direz-vous ! Alors…:

Pourquoi écho ? Parce que Ciconia est faiblasse de la vessie et des reins, et suite à une gêne persistante d’une semaine, elle a décidé de se servir enfin de son ordonnance pour une échographie des voies urinaires et rénales. Elle la détenait depuis sa dernière cystite en avril, mais n’avait pas franchi le pas. Il faut dire qu’elle avait toujours rêvé de faire cette fameuse échographie pour laquelle  « on n’enlève pas sa culotte » et surtout « on fait plus ample connaissance avec son bébé ». Et psychologiquement parlant, c’est un peu dur d’aller faire ça sans être enceinte. Point de bébé, faut pas rêver. Ciconia a quand même regardé si son utérus n’était plus défectueux au cas où, sur un malentendu. 😛 Mais la seule échographie avec bébé, c’est sur Face de bouc qu’elle a le loisir de la regarder. Ah non, c’est vrai, elle a masqué cette publication. Bref, on s’égare. Une vessie bien pleine (félicitations madame — merci monsieur) et un système urinaire et rénal parfait. Rassurant. Puis le praticien lui a même montré les follicules en développement dans ses ovaires. Ce que Ciconio a trouvé super, car il a cru que le fait que sa femme ait plusieurs follicules donnerait plus de chances de réussite de grossesse ce mois-ci. RIRES (notez la police jaune). Moins rassurant. OK, Ciconia prévoit de lui apprendre deux-trois trucs théoriques sur la reproduction humaine, parce qu’à l’évidence, il a encore des lacunes…

Pourquoi séro ? Parce que la première insémination de C&C est prévue pour octobre. Du coup, il faut mettre à jour le bilan sérologique. Ciconia : check (samedi matin). Ciconio : check (en ce moment-même). Si personne n’a contracté la syphilis, on va pouvoir y aller.

Pourquoi blogo ? Ben quelle question ! Parce que Ciconia suit toutes vos aventures mais peine à commenter tous les articles, faute de temps, faute d’avoir accès à son ordi (squatté par Ciconio qui concocte un petit PowerPouèt pour le mariage d’un ami), mais aussi parce qu’elle est maintenant abonnée à 95 blogs, oui mesdames-messieurs. Elle pensait en lire une soixantaine, mais non : près de cent, dont seulement 2-3 qui ne sont pas dédiés à la PMA ! C’est dingue d’être aussi nombreux sur la toile et si isolés dans la vie « réelle » ! Mais revenons à nos moutons. Voilà pourquoi Ciconia n’est pas toujours hyper réactive sur chacun de vos blogs, même si elle essaye. C’est aussi pour ça qu’elle n’a pas –encore– participé au Défi de Gifette ! Mais si elle a le temps de le faire, ce sera avec plaisir ! En tous les cas, elle vous souhaite le meilleur à toutes et à tous.

Spermogramme + test de survie OK > Protocole d’IAC1 établi

Tout est dans le titre !

Merci les copinautes pour vos commentaires toujours pertinents ! Ciconia n’a pas pensé à tout demander à AGP et a lu les derniers commentaires trop tard, mais ce n’est pas grave. Elle se dit que ce sera une IAC d’essai, au moins pour voir comment elle supporte les stimulations et comment se passe l’organisation générale.

Alors les résultats de Ciconio sont plus que louables. Ciconia va pouvoir le féliciter ! 😛 En revanche, Ciconia a bien pensé à Boule de Mousse quand AGP a ajouté que souvent, lorsque les analyses ne donnent rien de précis, c’est que les ovaires sont faibles. Et là, Ciconia a eu un petit coup au ❤ : cela confirmerait son hypothèse que le problème vient d’elle… 😦

Enfin, on part sur les IAC, comme prévu. Le dossier est presque complet : ne manquent que les sérologies récentes et encore une paperasse pour la Sécu.

Rien ne presse, car cette IAC aura lieu au plus tôt en septembre. Si Ciconia a des cycles réguliers d’ici-là, elle devrait voir arriver le J1 vers le 12 septembre (ce sera bien la première fois qu’elle sera contente de le voir, celui-là !). Si Ciconia ne se trompe pas, l’insémination aurait lieu au début de l’automne.

Quant aux stimulations, AGP reste sur GONAL-F et OVITRELLE, comme prévu initialement. Le protocole standard visiblement :

  • Injections de GONAL-F en J6, J7 et J8
  • Échographie de contrôle à la Moyenne Ville en J9 avec sa gynéco de ville, Dr Grande
  • Selon les conclusions de l’échographie : injection d’OVITRELLE
  • Environ 2 jours plus tard : insémination au centre de PMA à la Grande Ville

Pour ce qui est de la logistique, Ciconia bénéficiera de toutes les échographies de contrôle à la Moyenne Ville (à l’hôpital de sa gynéco de ville, Dr Grande).

Si une échographie devait tomber un week-end ou un jour férié, Ciconia devrait se rendre au centre de PMA, OPEN 24/7 (jours fériés compris).

Seule ombre au tableau : déterminer quel matin aura lieu l’insémination pour que Ciconio manque le travail (Ciconia est plus flexible).

Enfin, vous connaissez tout ça. C&C ont tout l’été pour prendre des forces avant le début de la bataille.