DPA… [Grossesse]

41 SA / 39 SG / DPA aujourd’hui et R.A.S. ! 😉

Rendez-vous demain après-midi à la maternité pour contrôler tout ça et envisager la suite…!

Bonne soirée à toutes et à tous 🙂

Publicités

De bonnes nouvelles, priorité à la nature [Grossesse] {+Edit}

Tout d’abord, merci à toutes celles qui ont demandé de mes nouvelles, ça me fait chaud au cœur. Même si j’ai moins écrit ici dernièrement, je pense toujours à mes copinautes très souvent, vous savez.

Alors je suis très contente de cette journée, car j’ai terminé ma préparation à l’accouchement ce matin et l’échographie de cet après-midi s’est bien passée.

Mon bébé est toujours en siège décomplété (mais ce n’est pas un scoop, je sentais toujours sa tête en haut à droite).

Il a un BIP (diamètre bipariétal = de la tête) d’environ 100 mm et devrait passer par mon bassin, quelle que soit son orientation au moment de la naissance.

Du coup, on tente la voie basse quand BBBB aura envie de venir, ce qui pourrait arriver bientôt (en tout cas très certainement avant le terme) car mon col est déjà à 3 cm !

La gynéco m’a demandé si j’avais des contractions, ce à quoi j’ai répondu que oui, le soir ou quand je suis fatiguée, par moments… Mais comme elles ne me font pas mal… Je ne pensais pas que mon col commençait déjà à s’ouvrir ! Sûrement que l’homéopathie y contribue !

La gynéco est vachement enthousiaste, elle m’a dit de ne pas hésiter à accoucher ce week-end car elle est de garde 🙂

Par contre, en arrivant chez moi tout à l’heure, j’ai constaté un peu de sang en m’essuyant avec deux minuscules caillots. A votre avis, est-ce dû au toucher vaginal ? J’ai lu que le bouchon muqueux ne devait pas être rouge… et qu’il n’était pas le signe d’un accouchement imminent non plus.

Dois-je appeler la maternité pour en savoir plus ?

Mon homme rentre vers 20h00. Pour l’instant, je ne panique pas 🙂

{Edit : Je n’ai plus de sang du tout maintenant, et ma sage-femme de prépa, contactée par SMS, m’a dit que c’était dû au TV si bébé continuait à bouger et s’il n’y avait plus de perte de sang après. C’est le cas 🙂 Je surveille ça de près quand même mais ça me rassure.}

État des lieux à 38,1 SA [Grossesse]

Quoi de neuf depuis mon dernier article ?

Les derniers rendez-vous

L’obstétricienne

Eh bien rien de bien nouveau… La consultation du 9e mois auprès d’une gynécologue-obstétricienne de l’hôpital a eu lieu la semaine dernière. Dr Vitaminée — comme je vais l’appeler ici parce qu’elle est relativement jeune et un peu speed — a examiné la radio de mon bassin, l’a trouvé de taille correcte et a programmé une nouvelle échographie la semaine prochaine pour savoir si mon bébé pourra « passer ». On a de la chance que dans cet hôpital baby-friendly, la césarienne ne soit pas imposée d’office dans notre cas de « beau bébé en siège ». En revanche, c’est péridurale d’office et ils évitent les déclenchements pour les sièges en cas de dépassement du terme. Pour Dr Vitaminée, si tous les feux sont au vert avant et pendant l’accouchement, la voie basse sera envisagée. Sinon, Ciconio pourra m’accompagner au bloc en cas de césarienne à condition que l’anesthésiste soit d’accord, ce qui est déjà énorme.

Dr Vitaminée a effectué un prélèvement vaginal et un toucher vaginal que j’ai bien senti passer. Gros bémol pour cette doc : c’est la première fois de ma vie que je vis un TV comme celui-là. Elle y est allée comme une bourrine et j’ai eu l’impression qu’elle allait y mettre le bras entier. Excusez-moi de parler crûment, mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti. J’ai serré les mains fort sur la table… Ciconio a même entendu des « bruits de butée », c’est dire !

Si c’est elle qui m’accouche, j’espère vraiment qu’elle sera plus douce !!! :-S

Pour l’accouchement, trois solutions « s’offrent à nous » (j’emploie les guillemets parce qu’à ce niveau on n’a plus guère le choix que de s’adapter à la situation…) :

  1. BBBB « passe » en théorie, puis l’accouchement progresse convenablement : voie basse
  2. BBBB « passe » en théorie, mais l’accouchement ne progresse pas convenablement : césarienne d’urgence
  3. BBBB « ne passe pas », déjà sur le papier : césarienne programmée ou non (on nous laisserait le choix)

L’anesthésiste

La semaine dernière toujours, j’ai rencontré l’une des anesthésistes de l’hôpital. A-do-rable. Bon, il faut la suivre car elle a un accent de l’Est digne de Martha, la prof d’arts plastiques incarnée par Julie Ferrier 😀

Un vrai moulin à paroles ! Remarquez, la pauvre, elle doit en passer du temps à expliquer toujours la même chose aux femmes enceintes concernant la péridurale, etc.

Elle a commencé son speech sur le fait que la péridurale n’était pas obligatoire si la dilatation allait vite et que je ne souffrais pas trop… Après tout son bla-bla, j’ai enfin pu en placer une pour préciser que BBBB était en siège. Elle a rejoint Dr Vitaminée sur ce point : dans mon cas, je n’ai pas trop le choix, c’est péridurale d’office.

Elle a trouvé ma bouche petite, ce qui l’inquiète pour une éventuelle anesthésie générale… Mais ne vous inquiétez pas, c’est très rrarrre !!! Rassurant.

Elle a aussi précisé que je ne devais pas m’inquiéter si je vomissais : C’est pas grrrrave, on nettoierrra tout ! Rassurant.

Elle m’a rapidement fait simuler la position à adopter pour recevoir la péridurale, pour m’entraîner.

Bref, j’ai trouvé cette personne très sympathique et j’aimerais bien qu’elle soit de garde le jour J, même si la perspective de ma trop petite bouche et du vomito ont ajouté des craintes à toutes les craintes que j’ai déjà…

La visite des salles de naissance

Une agréable visite. J’avais déjà entre-aperçu les salles d’accouchement lors de mes monitos, mais là une gentille sage-femme nous a fait une visite guidée complète de tout l’étage maternité. Trois salles sont ornées d’une fresque murale : l’une exotique, l’une bucolique, la dernière viticole. 😉 Ayant fait 5 fois les vendanges, je pencherais pour la vision des vignes pendant l’effort. Promesse d’un bon petit verre de Beaujolais comme réconfort après l’effort. Petit clin d’œil à qui se reconnaîtra 😉

J’ai bien aimé l’ambiance décontractée et positive entre les personnes du personnel. Les femmes de ménage riaient aux éclats en travaillant et tout le monde était accueillant et souriant. Bien sûr, il n’y avait personne en salle d’accouchement, alors ça aide à la décontraction. J’imagine qu’un jour de pleine lune l’ambiance aurait été différente. D’ailleurs, c’est vrai, cette histoire de hausse du nombre des naissances à la pleine lune ??? La prochaine a lieu le 25 novembre…!

Mon ressenti

Mes peurs

Inutile de vous dire que je ronge mon frein en attendant l’écho du 20 novembre. Je ne suis pas pressée d’accoucher ; plutôt de savoir à quelle sauce je vais être mangée. Quand on me demande si je suis impatiente, je réponds « oui et non ». Oui, j’ai hâte de faire connaissance avec notre petit garçon et surtout d’être sûre qu’il est né en bonne santé et que cette étape décisive est franchie. Mais non, je n’ai pas hâte d’accoucher. Il reste 3 semaines, aussi. On n’en est pas encore au terme.

J’ai toujours rêvé de devenir maman, jamais d’accoucher. C’était même l’une de mes plus grandes peurs… Je dis « je », car c’est bien moi et moi seule qui vais passer à la casserole. Je sais que je serai seule dans ma peur et ma douleur, même si mon homme sera à mes côtés. Il ne pourra pas ressentir ce que je ressentirai et ne pourra pas faire grand-chose pour me soulager, même si sa présence sera pour moi indispensable.

Concrètement, je crains comme toutes les futures mamans le trajet jusqu’à la maternité. En effet, de lundi prochain aux vacances de Noël, Ciconio suivra sa formation continue à 1h45 de chez nous… Il ne rentrera pas tous les soirs vu la distance (il a une chambre d’étudiant)… Alors je croise les doigts pour avoir le temps de détecter les contractions à temps afin qu’il puisse revenir et me conduire à la maternité en toute « sérénité » !

À l’arrivée à la maternité, j’ai peur de plein de trucs. Bien que cette maternité soit raccord avec beaucoup de mes souhaits : pas de surmédicalisation inutile, encouragement à déambuler et à adopter des positions d’accouchement verticales, pas d’épisiotomie, de césarienne ou autres gestes médicaux sans raison valable, encouragement à pratiquer le peau à peau… J’ai peur de tomber sur une personne pas sympa avec qui je ne me sentirais pas à l’aise… Peur qu’on pratique sur moi des gestes sans me prévenir… Peur d’être instrumentalisée et déshumanisée en quelque sorte. Je m’imagine dans le pire des scénarios à la merci du personnel médical, forcée de me laisser faire, de subir… Mais ça, c’est quand je n’arrive pas à me rendormir au petit matin…!

 Mes espoirs

Je ne vois pas tout en noir, loin de là ! La journée (quand j’ai réussi à dormir correctement la nuit), je me dis que tout va bien se passer, que j’approche du but et que je ne vois pas pourquoi ça n’irait pas pour nous. Je préfère de loin cogiter sur tout ça que de vivre les affres de l’infertilité…! Je suis consciente de notre chance. Je pense à Noël qui va être tellement différent cette année…!

Je me demande quand je vais enfin réaliser pour de bon en fait…! 😉 Sans doute quand je pourrai enfin caresser la petite tête de mon Babybulle… ❤

Prendre la suite des événements comme elle vient… [Grossesse]

À l’envers ? À l’endroit ?

Babybulle garde la tête haute…!

Ce matin, j’ai été accueillie par une sage-femme masquée (à cause d’un petit rhume) qui m’a envoyée illico presto faire un recueil d’urine. Glamour quand tu commences. 😉 Albuminurie OK.

Elle m’a ensuite installée dans une salle de naissance. « Chef » était occupé avec un accouchement, mais heureusement, je ne l’ai attendu qu’un quart d’heure.

Sous les yeux de son interne baraqué — il a tenté pendant environ 2 minutes de retourner mon bébé (VME), sans succès. Je ne peux pas dire que j’aie vraiment eu mal, mais ce n’était pas très agréable non plus. Heureusement que j’avais déjeuné très light. J’avais plus peur que mon petit ait mal, mais je ne crois pas qu’il ait souffert. Je pense que le gynéco sait ce qu’il fait.

Le gynéco n’a pas réussi à le retourner, rien à faire. Je lui suis reconnaissante de ne pas avoir forcé. Il semble que mon petit gars ne puisse plus trop bouger, peut-être par manque de place et/ou de liquide amniotique. Il paraît que je n’ai pas un très gros ventre (dixit le personnel médical et les autres femmes enceintes de mon cours de préparation à l’accouchement).

Il est donc toujours blotti dans mon flanc droit, et c’est bien sa tête que je caresse depuis des semaines à cet endroit-là ❤

Ensuite, j’ai eu droit à 2h30 de monitoring. Heureusement que je m’étais réveillée à 4h30 du matin : ça m’a permis de somnoler assez facilement. Enfin, pas moyen de dormir avec le bruit du monitoring (même si le bruit du battement cardiaque de mon bébé est le plus beau du monde), les voix du personnel dans le couloir, la tondeuse du jardinier dehors et la perceuse de l’ouvrier de la pièce voisine…

Le magazine que j’avais apporté ne m’a pas distraite longtemps. On m’avait conseillée la position sur le côté gauche dans laquelle je n’étais pas forcément super bien pour lire.

Ce monitoring a eu lieu dans une salle de naissance, ce qui m’a permis de voir à quoi ressemble l’étage de la maternité et les salles d’accouchement, même si « ma » salle sert plutôt pour les consultations et n’est pas la plus jolie (sûrement la plus moche, même).

J’aimerais bien accoucher dans la salle « Nature » ambiance « Jungle » équipée de tout le nécessaire pour pouvoir être mobile pendant le travail. Après tout, je n’ai pas lu tous ces bouquins et préparé ces exercices pour rien…! Enfin, ça, c’est si je peux accoucher par voie basse…

Le monitoring étant satisfaisant (cœur de BBBB OK et quelques contractions irrégulières coïncidant avec ses mouvements), on m’a envoyée ce midi faire un pelviscanner (radio du bassin) pour voir si Babybulle va pouvoir passer par le bas…

La radiologue m’a fait délirer (ou angoisser ?), car elle a halluciné de me voir arriver pour ça à 35 SA. J’ai expliqué que je portais « un beau bébé », alors elle m’a demandé plusieurs fois avec insistance s’ils allaient déclencher l’accouchement… J’ai répondu qu’on ne m’avait encore rien dit clairement, mais j’ai ma petite idée là-dessus… Premier bébé, en siège, sur la courbe haute… Ça m’étonnerait qu’ils attendent le terme s’ils prévoient un accouchement normal. Après, césa ou pas…? On verra.

Je dois aller chercher les résultats de la radio demain matin juste avant de refaire un monitoring. Pourvu que ce 2e monito ne dure pas aussi longtemps… Heureusement que je n’ai pas trop de travail en ce moment et que mes clients, au courant de ma grossesse, sont compréhensifs sur mes changements d’emploi du temps de dernière minute et ma « semi-disponibilité ». J’ai prévu de m’arrêter le 30 octobre, même si mon congé mat’ officiel de libérale ne commence officiellement que le 21 novembre (14 jours avant la DPA).

Quelque chose me dit que BBBB sera peut-être scorpion plutôt que sagittaire… Mais on va prendre la suite des événements comme elle vient…

Upside down? [Grossesse]

Quelques nouvelles de ce huitième mois…

L’échographie du 3e trimestre que nous redoutions s’est très bien passée. « Chef » était d’excellente humeur et ne m’a pas bassinée du tout avec mon alimentation.

Babybulle est toujours sur la courbe haute (le jour de l’échographie, soit à 33,4 SA, il était déjà estimé à 2,8 kg) ! Tout était OK pour lui à part qu’il se présentait alors en siège décomplété…

Du coup, j’ai rendez-vous demain matin (à 35 SA / 33 SG pile) pour une version par manœuvres externes. Si mon petit garçon ne s’est pas déjà retourné… Car depuis l’écho, j’ai fait divers exercices et postures en cours de yoga, en cours de préparation à l’accouchement et à la maison pour l’inciter à mettre la tête en bas.

Mardi après-midi, la sage-femme qui me prépare à l’accouchement a écouté son cœur et on le percevait nettement en bas à droite de mon nombril. L’espoir qu’il soit maintenant dans le bon sens est donc bien présent, même si je n’ose pas trop me prononcer de peur de me tromper.

Verdict demain matin. J’aimerais bien éviter qu’on force mon bébé à se tourner… Mais s’il faut en passer par là, je suis prête.

Affaire à suivre.

Automne : 31 SA/29 SG, soit encore environ 70 jours [Grossesse]

Je suis toujours dans les parages même si je me fais plus discrète pour différentes raisons. Je vous lis toujours, mais je passe moins de temps à commenter par manque d’énergie et aussi une once de culpabilité et de sentiment d’impuissance envers celles et ceux qui n’ont pas ma chance.

Ma chère congénère m’a demandé de mes nouvelles, alors je me lance et je reviens vous raconter les dernières nouvelles.

Ma grossesse se passe bien, rondement bien, même ! 😉 Ventre_18-09-15

Mon bébé gigote beaucoup, alternant entre « migrations sous-marines » et coups de boule/pied, comme si l’attente le faisait piétiner ! Je ressens parfois comme des secousses sismiques quand il bouge d’un coup. J’adore quand il vient se lover sous mes mains et que j’ai la sensation de le caresser. Mon ventre pointe vachement en avant. Je ne suis pas sûre que de dos, les gens voient que je suis enceinte.

Ce que j’aime moins, c’est que Ciconio n’est pas très porté sur tout ça. Il n’a pas la patience suffisante pour poser une main sur mon ventre et attendre de sentir quelque chose. Je crois qu’au fond, c’est encore abstrait pour lui. Certains jours, je suis frustrée de ne pas partager des moments simples comme je l’avais espéré en rêvant d’être enceinte : tous les deux attendris devant le ventre qui se déforme sous les mains du futur papa… Mais il s’est déjà investi autrement avec les travaux de la chambre et la révision de la voiture (pour la sécurité de sa famille !) et se rattrapera à sa façon en étant bel et bien présent quand il verra son fils « dehors », j’imagine !

Au niveau médical, la visite du 7e mois de cette semaine a confirmé que le cœur du bébé bat comme il faut et que mon col est toujours postérieur et tonique. Babybulle a la tête en bas à gauche (ce que j’ignorais car il donne des coups de pieds en bas au milieu ou en bas à gauche). Je le croyais donc encore en siège, mais apparemment il replie ses jambes en ayant le dos contre mon nombril.

Côté forme, je suis assez fatiguée ces jours-ci car mes nuits sont fréquemment entrecoupées de semi-réveils et parfois accompagnées de contractions de Braxton-Hicks. Je recommence donc à faire plus souvent la sieste quand le besoin s’en fait sentir. Sinon, je suis vite essoufflée et j’ai une douleur au côté gauche par moments, des remontées acides, le ventre qui pèse, mais rien d’anormal pour quasiment 7 mois de grossesse. Je porte de temps à autre une ceinture lombaire pour soulager mon dos quand il le faut. La reprise du yoga (où la prof est les autres yogis sont aux petits soins pour moi), m’a déjà un peu soulagée de ces douleurs lombaires et de sciatique. Mais je suis tellement heureuse que ces désagréments sont vraiment plus que secondaires, tant que mon petit garçon se porte bien.

Matériellement parlant, les préparatifs ont bien avancé cet été ! La chambre de BBBB a été repeinte par Ciconio, passant du jaune/vert au blanc/gris clair. Ce décor neutre sera propice à une déco aux couleurs vives digne d’une vraie chambre de bébé. Nous n’avons pas encore vraiment acheté de déco, à part les rideaux de la fenêtre, mais je me dis que je pourrai m’y consacrer en novembre, quand je serai en congé mat’. Nous avions déjà le trio poussette/nacelle/siège-auto, nous avons désormais le couffin de ma famille, délicieusement vintage, des vêtements achetés par mes soins et de nombreux autres prêtés/donnés par la famille et les amis… Notre bébé d’automne n’aura pas froid, c’est clair !

Il ne reste plus qu’à ranger toutes ces affaires dans l’armoire qui contient encore notre bordel et les vêtements de Ciconio, et de prévoir tout le nécessaire pour le change et la toilette. En effet, la table à langer sera en fait mon ancien bureau repeint en gris, qu’il faut réhausser pour atteindre la hauteur idéale (à la fois pour le géant de père et moi-même !). Ciconio a envie de construire le plan à langer lui-même alors j’espère qu’il va bientôt s’y mettre car l’automne étant là, je commence à flipper que BBBB arrive en avance et que tout ne soit pas prêt. Nous devons également acheter les produits pour la toilette et les couches lavables — oui, vous avez bien lu, on y tient –. D’ailleurs, je suis un peu perdue dans tout ça, les produits de toilette, les différents types de couches lavables, etc. C’est le sujet à étudier en priorité ces prochaines semaines.

En octobre auront lieu différents événements que j’ai hâte de vivre et qui annoncent sérieusement le dernier trimestre :

  • La consultation du 8e mois avec une sage-femme de la maternité > J’ai hâte de rencontrer une sage-femme susceptible de m’accoucher, dans les locaux-mêmes de la maternité, et de pouvoir en savoir plus sur l’organisation des accouchements. 🙂
  • La visite des salles d’accouchement > Malheureusement sans mon homme, dont l’emploi du temps ne lui permettra pas de m’accompagner 😦
  • L’échographie du 3e trimestre avec le « Chef » (en espérant qu’en sachant à quoi nous attendre avec lui, ça se passera mieux qu’en juillet !) > J’appréhende quand même qu’il m’embête avec le poids de BBBB et me prédise une césarienne… :-S
  • La première séance de préparation à l’accouchement, mention sophrologie avec une sage-femme libérale 😀 > Vivement que la prépa débute, car je trouve que ça commence tard (7 mois 1/2 en ce qui me concerne). J’ai peur que mon bébé soit prématuré et de ne pas être prête pour l’accouchement. Je sais bien que beaucoup de femmes enceintes éprouvent cette peur, mais rien à faire, je me sentirai mieux une fois la prépa commencée.

Qu’écrire d’autre à part que je savoure véritablement ma grossesse, surtout quand je me remémore les automnes passés…

  • Automne 2011 : on venait de débuter les essais… RAS, mais on ne s’inquiétait pas encore…
  • Automne 2012, nous avions changé de département depuis quelques temps et ce nouveau départ nous faisait espérer une grossesse, mais nous commencions à nous inquiéter un petit peu…
  • Automne 2013 : l’année avait été très difficile. Malgré une grossesse surprise survenant au printemps, juste après l’ordonnance du bilan d’infertilité, la fausse couche nous avait terrassés et nous appréhendions la date d’accouchement prévue à la mi-novembre et la venue de l’hiver le cœur très lourd…
  • Automne 2014 : pas mieux… Nous entamions la PMA avec l’IAC1 en octobre. Par ailleurs, nous avions eu un nouvel espoir en lançant notre projet d’adoption au printemps. Les rendez-vous se terminaient avec les professionnels, mais la conclusion odieuse et incompréhensible de la « psy » alias Maléfique en novembre faisait violemment entrer l’hiver dans nos vies et nos cœurs.

2015 : malgré un échec à l’IAC2 en février, cette année représente pour nous une incroyable (re)naissance. Le rapport d’un nouveau psy  nous permettait d’obtenir le Graal au printemps, simultanément à la perspective d’une nouvelle orientation professionnelle pour Ciconio et à un test de grossesse bleu, positif, à la fonte des neiges… 😀

Cette année est jusqu’ici, tant pour Ciconio et moi-même que nos familles respectives, le début d’un nouveau cycle.

Je croise les doigts pour que la chance continue à nous sourire et qu’elle arrive chez tous ceux parmi vous qui ne l’ont pas encore (re)trouvée.

C’est tout bon, alors pas de restrictions ! [Grossesse]

Vendredi dernier, je suis allée au laboratoire faire le Test O’ Sullivan, alias le fameux test de glucose qui allait déterminer de toute ma vie mon alimentation pour les mois à venir.

Je ne sais plus trop où j’avais lu ou qui m’avait dit que ce breuvage hyper sucré était écœurant et donnait la gerbe, mais je m’attendais à devoir ingérer l’équivalent de deux grandes bouteilles d’eau d’un liquide imbuvable. Je flippais un peu, d’autant qu’on est venu me chercher avec près d’une heure de retard. Heureusement que sur les conseils de ma doc, j’avais amené un bon bouquin ! 🙂

C’est souvent quand on s’attend au pire que tout paraît facile !

Alors soit je ne ressens pas le goût comme les autres, soit je suis vraiment un bec sucré (chut, ne le répétez pas au « Chef » !), mais j’ai trouvé la taille de cette bouteille ridiculement minuscule et le goût, certes pas gastronomique, mais tout à fait buvable — dans cette quantité-là, j’entends –. 😉

On en a même plaisanté avec la fille qui m’a fait la première prise de sang. J’ai vraiment trouvé que c’était de la rigolade, ce test. J’ai bu la gnôle fiole en 30 secondes chrono.

Trop cool : j’ai bien avancé dans mon livre et j’ai pu zyeuter discrètement les autres PB en salle d’attente 😛

Grâce à la PMA (merci DNLP), je ne crains plus les prises de sang non plus, alors le plus dur, au final, a été de patienter entre deux, de subir le retard accumulé et de retrouver la fournaise de ma voiture garée en plein soleil pour regagner mes pénates.

Les résultats consultés en ligne le soir-même étaient bons.

😀 😀 😀

Vengeance, je vais pouvoir lui rabattre le caquet au « Chef » à la prochaine échographie en octobre !

❤ Gros bisous sucrés à toutes et à tous ! ❤

PS : dans mon prochain billet : « La nuit avec mon « ennemie »… 😉

Une échographie du 5e mois en demi-teinte… [Grossesse]

C’est dans une fraîcheur réconfortante après la longue période de canicule que je reviens vers vous pour partager ce moment fort qu’était l’échographie du cinquième mois.

« Fort » en bien et en moins bien…

Nous avions rendez-vous hier après-midi à Moyenne Ville, à l’hôpital de ma gynéco Dr Grande, là où j’accoucherai en fin d’année. J’ai dû patienter une heure et demie la vessie pleine avant que ce soit notre tour…

Nous avons enfin été reçus par le Chef de pôle que nous ne connaissions pas encore… Nous nous en serions bien passés ! Nous avons été très déçus par cet homme qui, peut-être pour impressionner la jeune stagiaire, a voulu nous donner — à tous — un cours magistral…

A peine j’étais installée le ventre à l’air et une fois les premières images affichées à l’écran, qu’il nous a demandé si c’est notre deuxième échographie, ce à quoi nous avons répondu que c’était en réalité notre quatrième…

« Ah bon, et comment ça ? » Et là, j’ai dû lancer un sujet que je n’avais pas envie, mais alors pas du tout envie d’évoquer, surtout pas dans une salle d’échographie : ma fausse couche… 😦 Pour lui, ce n’était pas une raison pour faire des échographies supplémentaires. Nous avons répondu que comme on nous l’avait proposé, on n’allait pas refuser ! Que ça nous avait rassurés, etc.

« Chef » a alors demandé à la stagiaire (et à nous) quelle était l’utilité du suivi de grossesse. Je ne détaillerai pas tout, mais en gros il trouve que ça ne sert à rien d’autre qu’à inquiéter les futurs parents et dépenser des sous. Il a cité l’exemple de la Norvège qui en fait moins que par ici et où soi-disant les résultats sont meilleurs.

Jusque-là tout allait bien. On se disait intérieurement qu’on tombait encore sur un de ces grands pontes qui aiment discourir et étaler leur science devant les stagiaires et les patients… (Souvenez-vous de ce cher GP…!)

Mais il a continué à insister lourdement sur la fausse couche, pendant quelle année et à quel moment de la grossesse, etc. Au bout d’un moment, j’ai senti que ma voix commençait à chevroter et j’ai su que s’il continuait comme ça, j’allais craquer. Mais je n’ai pas osé lui demander de changer de sujet.

Il a quand même réalisé l’échographie. Il a dit que j’avais rempli ma vessie pour rien, que c’étaient les jeunes qui demandaient ça, mais pas lui… Comment j’aurais pu le savoir ? Sinon, il a détaillé les mesures en donnant des explications plus à la stagiaire qu’à nous…

❤ Le plus important, c’est que Babybulle est en pleine forme et qu’il a tout ce qu’il faut là où il faut. ❤

Hier, il était hyper dynamique depuis le matin, comme s’il avait deviné qu’il serait le centre de l’attention ! 😉

Ciconio et moi avions les yeux rivés sur l’écran, tant et si bien que j’ai même zappé complètement une question hors sujet supplémentaire du « Chef ». Je me suis « excusée » en disant que je n’avais pas entendu parce que j’étais absorbée par l’observation de mon bébé (histoire de lui rappeler la véritable raison de notre présence). Nous n’étions pas là pour débattre des pratiques obstétricales ou de mon métier.

Je rêve, où les « grands pontes » — masculins j’entends — ont la fâcheuse tendance à s’écouter parler et à inonder les gens de paroles pour donner leur avis sur tout, même sur les métiers des autres ? J’hallucine. Comme j’ai regretté ma gynéco, toujours si délicate et attentionnée…!

« Le meilleur » a eu lieu à la fin. Babybulle a une semaine d’avance en termes de taille (et donc de poids estimé)… Sans explication, mon homme et moi en aurions juste déduit qu’il s’agit d’un « beau bébé » qui tient de son père (Ciconio est un grand gaillard de large envergure, qui pèse le double de mon poids et a donné du fil à retordre à sa maman à la naissance avec ses larges épaules et ses 4,100 kg fillette (pour toi Miliette)).

Seulement voilà, « Chef », après seulement deux-trois questions sur mon alimentation, pense que j’ai un apport trop important en sucres rapides (ce qui inclut si j’ai bien compris les yaourts aux fruits et les fruits eux-mêmes !!!). Il est vrai qu’à la belle saison, je suis assez friande de fruits, et par malchance et comme je suis honnête, à sa question « Qu’est-ce que vous avez pris comme dessert ce midi, une glace ?! » j’ai dû répondre l’abominable vérité : « Un chocolat liégeois ». « Mais c’est une glace ! » « Non, en crème dessert ! ». Il a lancé l’hypothèse que Babybulle était agité à cause du sucre de mon dessert du midi…! (WTF !!!)

Sur ces entrefaites, il a parlé régime. A l’écouter, je vais devoir manger des légumes matin, midi et soir à la place des fruits et des produits laitiers sucrés. Tenez-vous bien : pas plus d’un yaourt par jour semaine ! Moi qui trouvais sain, rafraîchissant (et plein de vitamines) de me faire un petit jus d’oranges pressées le matin, ben c’est pas bien non plus ! Pour « Chef », c’est même pire que de boire du jus en bouteille !

Je vous épargne la suite, mais il a dû voir mon air décontenancé car il a fini par dire un truc gentil du style que ce bébé avait de la chance parce qu’on voyait qu’il était très attendu. Il soufflait le chaud et le froid en quelque sorte, alors j’en ai eu les larmes aux yeux…

Puis il en a remis une couche sur la fausse couche, ce qui m’a fait couler quelques larmes. Qu’est-ce que je n’avais pas fait là ? Loin de le décourager, « Chef » a entrepris de me réeexpliquer par A + B à quel point on avait « fait une affaire avec cette fausse couche » (oui, en ces termes précis), en avançant des chiffres et des statistiques… Il nous a redemandé comment on faisait les bébés (si si je vous jure) et quand j’ai répondu qu’il fallait déjà un homme et une femme il a regardé la stagiaire en disant de moi que j’avais de bonnes réponses. Vas-y, prends-moi pour une c*nne.

Il a continué ses discours en arguant que pour lui les meilleures mères étaient au final celles qui ne faisaient pas de suivi de grossesse et arrivaient à l’accouchement « la fleur au fusil », parce que le mieux pour une grossesse c’était de ne rien faire de spécial (pourquoi il nous parle de régime sans sucres, alors !!!)… D’un « échange de regards » avec la stagiaire, j’ai compris qu’elle n’était pas du tout de cet avis (moi non plus)… Il a renchéri en disant que les meilleurs résultats en obstétrique avaient eu lieu pendant la guerre (WTF ?!!), par rapport au taux de sucre, etc.

Il a ressoufflé le chaud par une parole gentille, que ça allait bien se passer, que c’était un beau bébé et là j’étais repartie à pleurer (il faut dire que je n’avais pas encore réussi à sécher mes larmes)…

On est ressortis comme ça, tout le monde dans la salle d’attente m’a regardée (ils ont dû croire que notre bébé avait un problème grave !)… Ciconio était furax, même s’il avait gardé le silence pendant tout le discours de la fin sur le régime et la fausse couche.

« Ça n’aurait pas dû se passer comme ça, on aurait dû ressortir de là le sourire aux lèvres ! Ça aurait dû être un bon moment…! »

Je suis bien d’accord.

Après, si « Chef » s’était contenté de me parler de l’apport en sucres, je n’aurais jamais craqué nerveusement ainsi ! Je crois qu’il ne pensait pas à mal… Dans sa volonté de me réexpliquer le pourquoi du comment de la fausse couche et d’expliquer des choses à la stagiaire, il a été hyper relou et a juste été maladroit. Là où je lui en veux, c’est que mes larmes auraient dû lui faire comprendre qu’il fallait changer de sujet et qu’il a persisté dans son délire.

Quant aux fameux sucres rapides, dans tous les cas je devais refaire l’analyse d’urine du 5e mois (urine « perdue » par le laboratoire l’autre jour), et j’aurai le résultat de la glycosurie jeudi midi par courrier.

J’ai appelé ma doc pour savoir si je pouvais d’ores et déjà faire le test O’ Sullivan du glucose initialement prévu pour le 6e mois. Elle m’a donné son feu vert alors je vais essayer de le programmer la semaine prochaine. Elle m’a dit aussi que « Chef » était — je cite — « très bien, mais assez porté sur les régimes sans lactose et sans glucose ». Ça me rassure un petit peu. J’ai googlisé « Chef » et il paraît qu’il roule dans un vieux tacot pourri, a sept enfants et adore les randonnées « nature ». J’adore la nature aussi, sauf quand elle fait sa p*te.

Bref. S’il y a un risque de diabète gestationnel, je préfère le savoir afin de prendre les mesures adéquates s’il le faut !

❤ Mais j’espère que notre petit garçon (oui, BBB est un petit gars, comme je le pressentais depuis le tout début) tient juste de son grand gaillard de papa ❤

Ciconia sort de sa bulle [Grossesse]

Helloooooooo… Par quoi commencer après quasiment un mois de silence radio me concernant (je ne compte pas les articles de BAMP! et de la SSI que j’ai reblogués bien sûr…) ???

Déjà en vous disant que je vous lis toujours, mais que vu ma fatigue intense, j’ai de la difficulté à vous commenter tous. Il y a aussi une certaine réserve de ma part, depuis que je suis passée de l’autre côté : parfois, je ne trouve simplement pas les mots pour vous réconforter… Ce qui ne change pas, c’est le fait que vous soyez dans mes pensées chaque jour. Vous tous.

L’actualité la plus importante, c’est l’échographie tant attendue des 12 SA, qui a en fait eu lieu à 12 SA + 4 j, le 18 mai. Tout va bien ! Bien que nous ayons été plus calmes en salle d’attente (il faut dire que pour une fois, Dr Grande nous a reçus à l’heure), on a quand même eu un peu peur quand on a vu à l’écran Babybulle, notre petit(e) cigogneau/ette, qui ne bougeait pas. On n’a pas vu son cœur battre immédiatement. Heureusement, la gynécologue nous l’a fait écouter avant de commenter quoi que ce soit. En fait, BBB dormait, tout simplement ! Côté mesures, il est toujours dans la moyenne, tout va bien, notamment concernant la clarté nucale.

La magie a de nouveau opéré quand il s’est mis à agiter les bras et les jambes 😀 Les clichés classiques le montrent de profil (quelle belle mâchoire, quel genou pointu !) et ceux en 3D, vu de haut et levant un bras gauche potelé — avec 5 doigts — pour dire coucou à sa famille. Ce dernier cliché a eu un succès fou dans nos deux familles ! 😉 Et l’histoire du genou « pointu » a fait conclure le papa qu’ils s’agissait d’une fille. Jamais entendu parler de cette légende urbaine, moi ! 😛

Dans la foulée de l’échographie, je suis allée me faire piquer pour le tri-test, ayant accepté de participer à l’étude SAFE 21 (dépistage avancé non invasif de la trisomie 21 sur sang maternel) pendant le premier trimestre. Le résultat de ce dépistage combiné (couplé à la mesure de la clarté nucale lors de l’échographie), est une très bonne nouvelle : je ne fais pas partie du groupe de patientes à risque accru. Merci l’Univers 🙂

Du coup, si je fais l’état des lieux d’une Ciconia « dindisée », ça donne ça :

Et le ventre ?

Jusqu’ici, une seule personne a demandé à le toucher : ma belle-sœur (future femme de mon frère), et j’ai accepté. Il n’est pas encore très visible, mais c’est vrai qu’il est plus dur que d’habitude. Je soupçonne ces deux fiancés de vouloir un bébé bientôt 😛 Mon bidou sort peu à peu, surtout le soir. J’utilise de plus en plus souvent l’astuce de l’élastique pour fermer certains pantalons. Pour le moment, les bas plus confortables me vont encore très bien. Pas encore d’achat de vêtements de maternité ; j’attends d’en avoir vraiment besoin, si possible au moment des soldes début juillet. Je suis contente de savoir que ma garde-robe estivale contient déjà un certain nombre de hauts qui pourront largement me convenir même avec un bidon plus gros.

Et la tête ?

C’est la fête dans la tête ! La plupart du temps je suis plus sereine concernant le déroulement de la grossesse. Le stress me reprend parfois, mais plutôt par rapport à la logistique et aux finances. Eh oui, 2015 annonce de gros changements pour C&C, et pas uniquement dans la composition de notre famille. Ciconio, moins motivé par son métier depuis un moment, a fait une demande de formation continue, et s’il est financé, redeviendra étudiant début septembre pour une année. Fini les lundi à la maison (dommage pour BBB, moi, et les économies de nounou), les bons revenus, etc. Enfin, s’il ne change pas d’orientation après sa formation, il pourra toujours reprendre son poste initial sans problème en septembre 2016. C’est toujours ça. Mais du coup, vu le contexte actuel de mon job en freelance (assez calme depuis avril, plus une saleté de « cliente » qui ne nous a pas payées, mes collègues-amies et moi, pour un gros projet réparti entre nous et ce pour des raisons plus que mystérieuses, et qui de surcroît, ne justifie pas sa décision et ne répond plus aux courriers… J’essaye de rester zen pour BBB), je m’inquiète des finances pour la venue de BBB. À tort, car nous avons des économies, mais il faut croire que j’ai perdu quelques neurones de logique en route…! 😉

Je commence à lire des bouquins sur la grossesse, des plus connus aux moins renommés, et je m’autorise depuis quelques jours à peine à surfer sur les sites de puériculture pour évaluer les must-have et les trucs inutiles (pas facile).

Et le bec ?

Eh bien il a commencé à faire les annonces ! Nos amis les plus proches l’ont su en premier, suivis des parents, frères et sœurs et de ma marraine, ensuite les amis avec lesquels on a passé les vacances (promiscuité oblige) et depuis l’échographie, on continue. C’est désormais officiel. Il paraît que ma voix est plus gaie au téléphone, d’après ma belle-sœur (sœur de Ciconio). Heureusement que je suis plus gaie quand j’évoque la déclaration de grossesse que quand je parlais de PMA ! 😉

Et les oreilles ?

Elles sont témoins de réactions de joie de la part de nos proches quand on leur annonce la bonne nouvelle : comme ça fait du bien de leur faire du bien aussi !

Mes oreilles ont quand même forcément entendu 2-3 réflexions maladroites, vous vous en doutez. Une copine en vacances, en aparté après l’annonce au groupe, m’a demandé : « C’est grâce à la PMA ? » « Non, c’était en cycle de pause… » « Ah, ça devait être un moment où tu y pensais moins ! » > J’ai dû me justifier — encore — et affirmer que non, je n’y pensais pas moins à ce moment-là… J’ai évoqué la progestérone qui a pu aider, etc.

Son mari, au mien (rapport au fait que nous avons attendu longtemps notre bébé) : « Vu votre situation, ça promet (contexte de la conversation : parents protecteurs ou gosse mal élevé, je précise)… > Si l’éducation bonne ou mauvaise des enfants était liée au temps que l’on met à les avoir, ça se saurait. Personnellement, j’en ai vu des enfants C1 mal éduqués et des parents C1 dont les comportements vis-à-vis de leur enfant me « hérissent », il n’y a pas si longtemps d’ailleurs. Bref.

Sinon, la plupart du temps, mes oreilles entendent des conseils inutiles et non sollicités : « Il ne faut plus boire d’alcool, et bien manger » > Oui, je fais déjà tout bien. Et puis c’est vrai que mon sevrage est trop dur avec ma consommation de 2-3 verres d’alcool une fois tous les 2 mois…! *

« Il faut arrêter de courir, maintenant, rester calme » > Je suis une personne calme de nature, je bosse de chez moi, et les sports dynamiques que je pratiquais, je les ai arrêtés. En plus, je n’arrête pas de pioncer ! Tu vois, je fais déjà tout bien. *

Ma mère jusque-là avait fait un sans fautes depuis l’annonce fin avril. Je l’aurais imaginée curieuse de connaître le résultat du tri-test, et pourtant elle m’a quasiment réprimandée de lui avoir envoyé un SMS pour lui dire que le risque de trisomie 21 était faible, par ces mots : « Bon, maintenant, il ne faut plus penser à ça, hein, faut être cool » > Merci, maman, de me culpabiliser, si j’avais su, je ne t’en aurais pas parlé, car manifestement la plus cool des deux concernant ce test, c’est moi. En plus, c’est un test proposé par la gynéco, ce n’est pas moi qui l’ai inventé. Concernant l’amniocentèse qui est donc évitée : « Ah ben encore heureux que tu ne doives pas faire ça, parce que hein…! » > Oui, je suis bien d’accord, contente de ne pas devoir le faire, mais si le risque avait été élevé, je ne garantis pas que je l’aurais refusé, et je ne t’aurais pas demandé ton avis. *

* Inutile de préciser que les réponses en italiques sont restées dans ma tête et ne sont pas sorties de mon bec…! Mais je dois bien dire que les phrases bêtes de ce type font bien moins mal que celles entendues concernant l’infertilité, alors je les retiens parce que c’est ma nature, mais je n’en tiens pas rigueur à ceux qui les profèrent.

Et les yeux ?

Quand ils ne se ferment pas tout seuls de fatigue (Ciconia s’est transformée en marmotte !), ils ne se lassent pas de regarder les échographies de BBB…

Et les pattes ?

Elles tentent de stimuler BBB pour le sentir bouger dans le ventre, mais c’est encore trop tôt : RAS 😉

Conclusion : la vie est belle, rien n’est encore gagné, mais je suis confiante et je garde en tête la date de l’échographie des 5 mois, fin juillet, pour savoir si BBB va bien et s’il s’agit d’un cigogneau ou d’une cigognette 😉

Nouvelles fraîches [Grossesse]

Un mini ourson qui gigote : voilà qui on a eu l’émotion et la chance de voir lundi midi à l’échographie des 9 SA + 4 j. 😀Ourson-Lu

Chaque jour est une victoire supplémentaire, mais c’est tout de même avec une mine angoissée que Ciconio et moi sommes entrés dans la salle d’échographie, la peur au ventre qu’une mauvaise nouvelle vienne tout gâcher. Je parie que le couple passant après nous nous a vus ressortir transfigurés !

Il s’était écoulé 19 jours depuis la première échographie des 6 SA + 6 j. Toujours aussi maternelle et psychologue avec nous, Dr Grande a tout de suite tenté l’échographie par le ventre pour nous rassurer. L’évolution de Babybulle, comme j’aime l’appeler, a été fulgurante ! D’un petit point à peine perceptible à l’écran, il est devenu un petit ourson au chocolat de Lu (sans les oreilles) qui se met soudainement à gigoter ! Il a quand même fallu repasser en mode endochattal pour mieux l’observer. 😉 Peut-être était-ce la dernière fois qu’il fallait passer par le bas pour bien le voir.

Lundi, donc, BBB alias Babybulle mesurait près de 3 cm (contre à peine 4 mm 19 jours auparavant)…! La photo en 3D nous a même permis de distinguer son visage, ses petits bras et jambes en formation et l’ébauche des mains encore palmées. Cette fois, on a entendu son cœur battre à tout rompre…

Bref, difficile de retranscrire l’émotion qui nous a submergés, déjà quand on a su que le cœur battait bien et qu’il avait grandi comme il le fallait, et encore plus quand il s’est mis à bouger. Il ressemblait déjà tellement à un bébé que c’en était chavirant… Je n’ai pas pu retenir ma petite larme à ce moment-là, et ensuite nous sommes restés silencieux car les mots n’avaient plus leur place. Sans prononcer un mot, Dr Grande m’a tendu une compresse en guise de mouchoir… Je l’adore, cette femme : elle a toujours l’attitude qui convient à la situation. Pour nous, couple angoissé qu’un autre malheur survienne — mais qui espérons si fort que cette fois-ci soit la bonne –, quel réconfort de pouvoir compter sur une gynécologue aussi humaine, délicate et compétente !

Inutile de vous dire que BBB en 3D orne nos fonds d’écran à tous les deux et que nous ne nous lassons pas de l’admirer… J’imagine ce petit être virevoltant au fond de moi, dans sa bulle, et je suis émue comme ce n’est pas permis.

Nous avons encore un peu peur, bien sûr, mais le fait d’avoir dépassé le stade de la fausse couche d’il y a 2 ans nous relaxe un petit peu. Ce soir marque le terme des 10 SA. Les 12 SA fatidiques ne sont donc plus très loin : prochain rendez-vous le 18 mai.

Côté santé, je suis assez fatiguée, mais ça va. Heureusement que ma charge de travail est légère en ce moment, cela me permet de faire des siestes chaque jour. Je me réveille souvent à 4-5 heures du matin pour aller au toilettes, mais après je n’arrive pas à me rendormir… Ou alors seulement vers 7h00… Du coup, souvent, après-midi, je tombe comme une masse ! J’ai encore souvent des tiraillements et des pesanteurs dans le ventre, je crains toujours d’apercevoir du sang, mais pour le moment — je touche du bois et du singe — rien de tel. Mon ventre commence à se voir un peu plus depuis 2 semaines. C’était surtout frappant sur une photo prise de profil la semaine dernière où j’ai clairement vu que j’avais mangé trop de chocolat pris du ventre. Pour l’instant, ça ne fait pas encore ventre de femme enceinte, sauf un peu le soir après manger. Ma poitrine est bien visible elle aussi (comme si elle avait besoin de ça !!!)… et hypersensible ! L’autre matin, au lever, j’avais l’impression d’avoir couru un marathon : mes tétons ne supportaient plus le contact du tissu ! Je raconte les détails, excusez-moi…! LOL Pour ce qui est de l’alimentation, je digère mal parfois, il paraît que je mange plus (je ne m’en rends pas vraiment compte), je mange facilement des bananes et du pain (pour leur index glycémique élevé peut-être) 😉 mais je n’ai pas trop de dégoûts (sauf le café que je n’ai plus du tout envie de boire) et j’ai juste subi 2-3 nausées depuis le début de la grossesse. Je suis consciente de ma chance à ce niveau-là. En revanche, quand j’ai faim, il faut que je mange tout de suite, et quand je n’ai plus faim, il faut que je m’arrête tout de suite aussi. Space… 🙂

La semaine dernière, nous avons pris l’avion pour fêter nos anniversaires lors d’une petite escapade plus au Sud. Ce week-end, nous repartons pour la péninsule ibérique ; il y aura quelques centaines de kilomètres à faire en voiture également une fois atterri, alors j’ai un peu peur que cela me fatigue ou influe sur BBB… Mais nous avons le feu vert de Dr Grande et nous allons prendre toutes les précautions nécessaires pour que cela se passe bien : dormir dans un hôtel suisse à deux pas de l’aéroport pour ne pas prendre la route en pleine nuit le jour du décollage, faire de multiples pauses là-bas sur la route avant de passer une semaine en mode farniente au bord de la piscine entourés de nos amis et de leurs enfants.

Dire que j’appréhendais cette semaine de vacances avec 3 couples d’amis, tous parents… Comme je le disais à mes amis chères déjà au courant : « Depuis je suis enceinte, ça change tout… » !

Rien n’est encore gagné, et je suis persuadée qu’on ne soufflera vraiment que début décembre, à l’arrivée de BBB… Mais j’ai envie d’y croire, parce que Ciconio, BBB (et moi aussi) le valons bien. Notre famille mérite que je sois aussi zen et positive que possible. Je me dis — sans pour autant trop culpabiliser de mes émotions — que BBB ressent sûrement mes états d’âme et que je me dois de lui faire confiance. C’est déjà très bien parti. Je suis déjà un peu PB, dans le sens où je parle à BBB pour lui dire que tout va bien se passer pour lui et qu’il n’a qu’une seule chose à faire : bien grandir. « Nous, on s’occupe du reste ! »