Micronutrition : bilan après un mois

Ciconia voulait attendre un mois avant de commenter les effets de la complémentation dans le cadre d’un régime si possible sans gluten et sans lactose de vache que lui a prescrite le micronutritionniste.

Pour ce qui est de la suppression du gluten et du lait de vache, c’est loin d’être parfait (presque parfait pour le lait de vache, mais dur d’être à 0 % de gluten tous les jours, surtout en société), mais comme ce n’était qu’une précaution, Ciconia ne se prend pas trop la tête avec ça.

Quant aux compléments alimentaires : comme elle a commencé à son retour de vacances, ça aide pour la forme générale, mais elle peut désormais dire qu’un mois après, elle conserve sa forme olympique et un moral d’acier 98 % du temps (les jours de fin de cycle suivis du J1 n’en restent pas moins difficiles comme pour toute infertile qui se respecte).

Ce qui est sûr et certain, et a été vérifié dès les premiers jours, c’est que Ciconia DORT COMME UN BÉBÉ QUI VIENT DE NAÎTRE toutes les nuits, et se réveille reposée, dispose et fraîche comme une rose.

Pourvu que ça dure !!! 😀

Publicités

Compte-rendu du micronutritionniste !

Ce matin, Ciconia a reçu par e-mail le compte-rendu du micronutritionniste sur son bilan du mois d’avril. Pour les nouveaux arrivants, il s’agissait d’un bilan sanguin et d’un prélèvement des urines et des selles visant à détecter des carences pouvant entraîner fatigue et hypofertilité (Micronutrition, Kit de prélèvement et Résultats des analyses (micronutrition)).

– Votre bilan confirme l’existence d’un sévère déficit en vitamine B12, et cette situation n’a rien à voir avec d’éventuels déficits d’apports. Elle résulte de la production d’auto-anticorps dirigés contre les récepteurs par lesquels ces vitamines entrent dans nos tissus. Autrement dit, dans un tel contexte, les perturbations immunitaires contribueraient, à terme, à des défaillances dans l’expression des programmes génétiques.

– Le bilan confirme également l’existence d’un sévère déficit en sélénium (suspecté au vu de vos habitudes alimentaires en regard de portions insuffisantes de produits d’origine animale) et en iode. Leur conjonction crée un ralentissement thyroïdien.

De plus, voici ce qu’indiquent les biologistes face à une telle situation :
Conséquences d’une iodurie < 50 μg/l : une carence iodée intense (iodure < 50μg/l voire 25 μg/l) induit généralement l’apparition d’une endémie goitreuse, correspondant à une prévalence du goitre supérieure à 10 % sur l’ensemble de la population. On observe un ensemble de désordres comprenant des goitres, des hypothyroïdies, un retard mental, une hypofertilité.

S’ensuit le protocole de complémentation que l’on ne peut dévoiler pour éviter les pubs, mais qui va coûter bonbon encore… Enfin, au moins quelque chose de concret à quoi se raccrocher et l’espoir d’être en meilleure forme et plus « accueillante » pour d’éventuels cigogneaux, qu’ils viennent à Ciconia et Ciconio naturellement ou via la PMA…

PS : et continuer le régime sans gluten et sans lactose pour optimiser les chances de réussite…

Retour au nid

Ciconia et Ciconio sont de retour de leur migration temporaire en milieu marin qui leur a fait le plus grand bien ! Meilleure forme, meilleur moral, meilleures couleurs, etc. La tempête du premier jour leur avait décoiffé et ensablé le plumage, mais avec le temps assez agréable du reste de la semaine, ils reviennent avec une mine superbe et avouons-le, le bec qui pèle un peu !!! 😉

Ils ont consacré leur dernier jour de vacances sous un grand soleil à lancer leur potager 2014 et à fleurir leurs fenêtres et un petit coin de jardin qu’ils aimeraient convertir en « carré VIP » fleuri. C’est du travail –et un sacré budget–, mais c’est tellement gratifiant et plaisant pour les yeux ! C’est si important de se sentir bien dans son nid.

Sinon, comme vous avez pu le voir hier (https://ciconiatenvapas.wordpress.com/2014/05/05/resultats-des-analyses-micronutrition/), Ciconia a reçu ses résultats d’analyse. Gros OUF de soulagement après avoir craint que Chronopeste ne trouve jamais le chemin du labo ! Ciconia n’aura pas déposé son « colombin enchanté/pailleté » dans la cellophane pour rien (NDLR : petit coucou à Madame Pimpin).

Elle attend encore le verdict du micronutritionniste mais si elle a bien compris, elle aurait des carences en vitamine B12 active, sélénium et iode. Même si elle se doute que le micronutritionniste lui prescrira des compléments alimentaires, Ciconia a déjà recherché sur le net comment pallier à ces déficits par l’alimentation. Il faut qu’elle consomme plus de sel marin non raffiné (ça, c’est fait depuis son retour de l’île), d’œufs, de poisson, de bacon, de noix, d’ail, de mûres et d’ananas et qu’elle goûte les noix du Brésil et la spiruline (crue ou lyophilisée). Elle met de côté tout ce qui est fruits de mer –qu’elle déteste– même s’ils regorgent de bienfaits. Rien de bien compliqué donc, et si ça peut finir de la remettre en forme, Ciconia ne demande que ça !

Le saviez-vous ? Ciconia croit encore un tout petit peu aux miracles. Enfin, quand elle a le moral. Car si elle a fait appel à ce micronutritionniste, c’est parce qu’une patiente de son acupunctrice est tombée enceinte « grâce à lui ». En fait, l’acupunctrice a réussi a guérir cette jeune femme de 28 ans de sa ménopause précoce, mais on sait bien qu’avoir un cycle menstruel ne suffit pas. Suite à cela, cette jeune femme a consulté le micronutritionniste qui lui a trouvé une carence en vitamine B12 (vous commencez à comprendre) et lui a prescrit un complément alimentaire en précisant qu’il fallait bien 6 mois pour que le corps se rééquilibre. Paf, le mois d’après elle tombait enceinte. Bon, l’histoire ne dit pas si la grossesse a tenu, mais pour quelqu’un qui n’avait plus ses règles du tout quelques mois auparavant, Ciconia dit bravo !

Quand elle redescend sur terre, Ciconia se dit que dans tous les cas, ce sera bénéfique. Sa santé avant tout. Si jamais ça donne des idées à un petit cigogneau, ce sera la cerise sur le gâteau. 🙂

Micronutrition

Bobo, Ciconia ? Par certains côtés, peut-être ! Elle est assez branchée médecines alternatives et évoquera bientôt ses séances d’acupuncture et d’ostéopathie, mais pour l’heure, elle se penche sur la micronutrition.

Suite aux conseils de son acupunctrice adorée, Ciconia vient de consulter à distance un micronutritionniste renommé pour son infertilité primo-secondaire et sa fatigue récurrente (problèmes peut-être liés et dus à son alimentation). On ne sait jamais, une patiente de l’acupunctrice est tombée enceinte peu de temps après qu’il lui avait décelé une carence en vitamine B12…

Ciconia a dû remplir quatre questionnaires sur son hygiène de vie :

  • DDM = Dépistage de Déficience Micronutritionnelle
  • DNS = Devoirs Non Surveillés Dopamine Noradrénaline Sérotonine
  • QA = Questionnaire Alimentaire
  • QVD = Questionnaire de Vulnérabilité Digestive

Le micronutritionniste procède ainsi : il analyse les résultats de ces questionnaires par e-mail, téléphone ou visio-conférence, puis envoie par la poste un kit de prélèvement en vue d’un bilan sanguin personnalisé et approfondi.

Il s’avère que ce matin Ciconia a reçu ses premières hypothèses et quelques conseils.

D’abord un peu effrayée, elle est finalement contente de ce rapport qui donne des hypothèses aussi détaillées.

Alors ça ne va pas être du gâteau –c’est le cas de le dire– mais Ciconia est motivée.

Objectifs :

  • Renforcer l’immunité en augmentant les portions de protéines
  • « Cicatriser » la muqueuse intestinale –qui souffre peut-être de candidose (beurk)– par une complémentation en probiotiques

Fastoche, me direz-vous ! Pas tant que ça !

S’ensuit une liste d’aliments à privilégier et à éviter momentanément. Ciconia vous épargne les détails, mais en gros, elle va devoir forcer sur les poissons gras, les œufs, les fruits, légumes et amandes (jusque-là tout va bien, il suffit d’augmenter les doses car elle en mange déjà) mais se passer de lait de vache/chèvre, de gluten et de tout ce qui est industrialisé et/ou contient des moisissures et des levures.

Ça tombe bien, Ciconio vient d’entamer un régime sans gluten pour d’autres raisons (quoique cela peut affecter sa fertilité aussi, non mais), alors il va falloir repenser tout ça. Les courses, les habitudes… Le plus dur sera d’abandonner le fromage au pays de Heidi… Mammamia…

Mais ce n’est que temporaire, we can do it!!!

Affaire à suivre après la prise de sang qui confirmera ou infirmera ces hypothèses…!