Merci à tous, pour votre mobilisation – AMP/TRAVAIL

Les nouvelles du front BAMP!

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

1420023509570 Amendement 301 bis, N’oublions pas les hommes !

Le bureau de l’association BAMP (5 personnes) se mobilise depuis des mois, sur ce projet d’amélioration de la prise en charge sociale des couples salariés et en parcours d’AMP. Suite à vos nombreuses remarques sur les difficultés à concilier le parcours de soin avec une activité professionnelle, suite à notre rencontre en 2013 avec Lucile HERTZOG, sociologue qui réalise sa thèse sur ce sujet, nous avons réalisé un dossier AMP/TRAVAIL que nous avons commencé à présenter aux députés rencontrés en 2014.

Nous avons réalisé, avant l’été 2015,  un document finalisé pour présenter aux sénateurs et députés nos constats et nos propositions. Dans ce document, nous allions plus loin que l’autorisation d’absence votée par le Sénat. En effet, nous avions demandé une protection aussi contre les licenciements abusifs, contre la discrimination et le harcèlement que certains et certaines d’entre-vous vivent dans leur emploi…

View original post 397 mots de plus

Publicités

Ça, c’est fait !

Cette semaine, j’avais décidé d’écrire aux députés de ma circonscription dès que j’aurais une heure devant moi (et les yeux en face des trous surtout !).

C’est désormais chose faite.

L’asso BAMP! et certaines blogueuses PMettes (ex. : Plume) m’ont mâché le travail en donnant la liste des députés de chaque département et en proposant carrément des modèles de lettre.

Grâce à ces dames, j’ai donc mis peu de temps à personnaliser ma lettre et à l’envoyer par e-mail (1 heure montre en main).

3 noms de député(e) vont donc pouvoir passer du bleu au rouge.

Pourtant, j’aurais pu me dire… « À quoi bon, moi je ne suis pas salariée, et je ne retournerai peut-être pas en PMA… Après tout, nos deux IAC n’ont pas fonctionné, c’est finalement DN — pas si « P » que ça pour le coup — qui nous a fait un beau cadeau naturel… Pour la suite, on réessayera naturellement et/ou on adoptera, maintenant qu’on a l’agrément… »

Sauf que non.

Non, malgré notre parcours relativement court et léger (on n’a connu que 2 tentatives, on ignore ce qu’est une FIV !), impossible d’oublier la souffrance que l’infertilité engendre ! Je ne peux qu’être solidaire des personnes qui sont sur ce chemin difficile ou vont devoir l’emprunter un jour.

Je n’écris pas tout ça pour faire la morale ou me déculpabiliser de ma grossesse naturelle miraculeuse (quoique pour cette dernière, c’est possible), mais juste pour vous dire que c’est beaucoup plus rapide et simple qu’il n’y paraît d’écrire à sa/son/ses député(e)(s)…

Je suis persuadée que vous pouvez faire mieux que moi en mettant moins d’1 heure montre en main ! 😉

Alors, à qui le tour ?

PS : au cas où quelqu’un se lancerait, voici ma lettre 🙂

Madame la Députée, / Monsieur le Député,
Citoyenne ayant dû avoir recours à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), je sollicite naturellement votre attention sur l’amendement relatif aux salarié(e)s engagé(e)s dans un tel parcours pour cause d’infertilité avérée. Cet amendement, proposé et voté par le sénat, entre dans le projet de loi de modernisation du système de santé.
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’infertilité est loin d’être marginale, puisqu’elle concerne un couple sur six. Vous connaissez forcément autour de vous, voire même dans votre entourage proche, une personne infertile impliquée dans un parcours AMP, mais cela reste un sujet tabou.
Une fois le diagnostic d’infertilité posé, le couple se retrouve dans un véritable parcours du combattant médical. Si, en France, le recours à l’AMP est une chance, il est également très chronophage et requiert une difficile conciliation avec la vie professionnelle.
L’AMP nécessite de fréquents examens médicaux (multiples prises de sang et contrôles échographiques, recueils, ponctions ovocytaires nécessitant obligatoirement une hospitalisation), qui s’effectuent parfois dans un centre éloigné du domicile ou du lieu de travail, voire des deux.
Le salarié se retrouve ainsi à jongler avec ses horaires de travail et les horaires imposés par l’institution médicale. Malgré l’énergie déployée pour arriver à tout concilier dans son agenda, il arrive, malheureusement, que ce dernier doive s’absenter ou répondre à son employeur (ou supérieur hiérarchique) de ses retards. Vous imaginez sans peine les difficultés professionnelles que cela peut engendrer à terme.
En outre, il s’avère que cette absence de prise en compte dans le code du travail contraste avec la protection prévue en cas de don d’ovocyte. En effet, la loi protège les donneuses d’ovocytes qui suivent pourtant exactement le même parcours (nombreux examens, prises de sang, échographies, ponction ovocytaire). L’article L. 1244-5 du code de la santé publique stipule que : « La donneuse bénéficie d’une autorisation d’absence de son employeur pour se rendre aux examens et se soumettre aux interventions nécessaires à la stimulation ovarienne et au prélèvement ovocytaire. Lorsque la donneuse est salariée, l’autorisation est accordée dans les conditions prévues au second alinéa de l’article L. 1225-16 du code du travail ». La référence à cette disposition du code du travail a pour effet d’assimiler l’absence autorisée à une période de travail.
Il apparaît qu’il y a une différence de prise en compte flagrante entre les donneuses d’ovocytes et les patient(e)s atteint(e)s d’infertilité. Infertilité qui – je le rappelle – concerne un couple sur six !
Pour réparer cette injustice, le sénat propose donc cet amendement qui sera inclus dans la loi santé devant être votée à la fin de l’année à l’Assemblée nationale. Cet amendement ne suffit pas : il ne concerne pas les hommes, qui, eux, n’ont aucun régime d’autorisation d’absence alors que leur présence est exigée par la loi à chaque transfert d’embryon, et également exigée par la force des choses en cas de ponction.
Comme des milliers de patients en parcours AMP, mon mari et moi avons dû adapter notre temps de travail en fonction des rendez-vous médicaux et parcourir près de 100 km pour chaque visite. Exerçant une activité libérale, j’ai pu adapter mon temps de travail assez aisément, mais mon mari a dû poser des R.T.T. et demander des autorisations d’absence à sa hiérarchie à plusieurs reprises.
Après deux inséminations artificielles infructueuses, nous avons eu la chance de voir arriver naturellement un petit miracle dans notre vie. En effet, et pour notre plus grand bonheur, nous attendons un petit garçon dont la naissance est prévue début décembre 2015.
Nous n’en oublions pas pour autant tous ces couples à qui la nature n’a pas fait de cadeau.
Pour eux, pour tous les couples infertiles… Il serait temps de faire évoluer notre système de santé et, notamment, le code du travail afin de prévoir un régime d’autorisation d’absences pour les salarié(e)s (femmes ET hommes) bénéficiant d’une assistance médicale à la procréation et empêcher que l’engagement dans un processus de PMA ne puisse entraîner une discrimination à l’embauche.
Pour tout complément d’information, je vous invite à consulter le site de l’association BAMP!, une association de patients AMP et de personnes infertiles, et plus particulièrement cette page :
Je reste bien entendu à votre disposition pour toute question ou tout renseignement complémentaire.
Vous remerciant de l’intérêt que vous voudrez bien prêter à mon courrier, je vous prie d’agréer, Madame la Députée / Monsieur le Député, l’expression de ma considération distinguée.
Madame Ciconia Tenvapas
Adresse du nid
Adresse e-mail

Avez-vous contacté votre député ? Liste

Appel à la mobilisation !
Une heure montre en main pour personnaliser ma lettre et contacter 3 députés.
A qui le tour ?
😉

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Logo de l'Assemblée nationale

BAMP, ses adhérents et les personnes qui se sentent concernées, se mobilisent depuis quelques temps pour que l’Assemblée Nationale, vote l’amendement relatif aux autorisations d’absences des femmes en parcours d’AMP. Amendement proposé et voté au mois de septembre par les sénateurs dans le cadre du projet de loi santé.

BAMP souhaite que les HOMMES ne soient pas oubliés dans cette loi. Ils sont aussi des patients en parcours d’AMP, ils ont aussi besoin d’autorisation d’absence et de protection dans leur parcours professionnel. C’est pour ces deux raisons (que l’amendement soit maintenu et que les hommes y soient ajoutés) que nous nous mobilisons. Si vous souhaitez plus d’informations sur ce point ou recevoir les documents de travail réalisés par l’association Bamp : collectif@bamp.fr

  • Lundi 5 octobre, BAMP a reçu par courrier une réponse (suite à l’envoi des mails par l’asso) de Monsieur Stéphane Saint André, député de la 9ème circonscription…

View original post 2 447 mots de plus

Automne : 31 SA/29 SG, soit encore environ 70 jours [Grossesse]

Je suis toujours dans les parages même si je me fais plus discrète pour différentes raisons. Je vous lis toujours, mais je passe moins de temps à commenter par manque d’énergie et aussi une once de culpabilité et de sentiment d’impuissance envers celles et ceux qui n’ont pas ma chance.

Ma chère congénère m’a demandé de mes nouvelles, alors je me lance et je reviens vous raconter les dernières nouvelles.

Ma grossesse se passe bien, rondement bien, même ! 😉 Ventre_18-09-15

Mon bébé gigote beaucoup, alternant entre « migrations sous-marines » et coups de boule/pied, comme si l’attente le faisait piétiner ! Je ressens parfois comme des secousses sismiques quand il bouge d’un coup. J’adore quand il vient se lover sous mes mains et que j’ai la sensation de le caresser. Mon ventre pointe vachement en avant. Je ne suis pas sûre que de dos, les gens voient que je suis enceinte.

Ce que j’aime moins, c’est que Ciconio n’est pas très porté sur tout ça. Il n’a pas la patience suffisante pour poser une main sur mon ventre et attendre de sentir quelque chose. Je crois qu’au fond, c’est encore abstrait pour lui. Certains jours, je suis frustrée de ne pas partager des moments simples comme je l’avais espéré en rêvant d’être enceinte : tous les deux attendris devant le ventre qui se déforme sous les mains du futur papa… Mais il s’est déjà investi autrement avec les travaux de la chambre et la révision de la voiture (pour la sécurité de sa famille !) et se rattrapera à sa façon en étant bel et bien présent quand il verra son fils « dehors », j’imagine !

Au niveau médical, la visite du 7e mois de cette semaine a confirmé que le cœur du bébé bat comme il faut et que mon col est toujours postérieur et tonique. Babybulle a la tête en bas à gauche (ce que j’ignorais car il donne des coups de pieds en bas au milieu ou en bas à gauche). Je le croyais donc encore en siège, mais apparemment il replie ses jambes en ayant le dos contre mon nombril.

Côté forme, je suis assez fatiguée ces jours-ci car mes nuits sont fréquemment entrecoupées de semi-réveils et parfois accompagnées de contractions de Braxton-Hicks. Je recommence donc à faire plus souvent la sieste quand le besoin s’en fait sentir. Sinon, je suis vite essoufflée et j’ai une douleur au côté gauche par moments, des remontées acides, le ventre qui pèse, mais rien d’anormal pour quasiment 7 mois de grossesse. Je porte de temps à autre une ceinture lombaire pour soulager mon dos quand il le faut. La reprise du yoga (où la prof est les autres yogis sont aux petits soins pour moi), m’a déjà un peu soulagée de ces douleurs lombaires et de sciatique. Mais je suis tellement heureuse que ces désagréments sont vraiment plus que secondaires, tant que mon petit garçon se porte bien.

Matériellement parlant, les préparatifs ont bien avancé cet été ! La chambre de BBBB a été repeinte par Ciconio, passant du jaune/vert au blanc/gris clair. Ce décor neutre sera propice à une déco aux couleurs vives digne d’une vraie chambre de bébé. Nous n’avons pas encore vraiment acheté de déco, à part les rideaux de la fenêtre, mais je me dis que je pourrai m’y consacrer en novembre, quand je serai en congé mat’. Nous avions déjà le trio poussette/nacelle/siège-auto, nous avons désormais le couffin de ma famille, délicieusement vintage, des vêtements achetés par mes soins et de nombreux autres prêtés/donnés par la famille et les amis… Notre bébé d’automne n’aura pas froid, c’est clair !

Il ne reste plus qu’à ranger toutes ces affaires dans l’armoire qui contient encore notre bordel et les vêtements de Ciconio, et de prévoir tout le nécessaire pour le change et la toilette. En effet, la table à langer sera en fait mon ancien bureau repeint en gris, qu’il faut réhausser pour atteindre la hauteur idéale (à la fois pour le géant de père et moi-même !). Ciconio a envie de construire le plan à langer lui-même alors j’espère qu’il va bientôt s’y mettre car l’automne étant là, je commence à flipper que BBBB arrive en avance et que tout ne soit pas prêt. Nous devons également acheter les produits pour la toilette et les couches lavables — oui, vous avez bien lu, on y tient –. D’ailleurs, je suis un peu perdue dans tout ça, les produits de toilette, les différents types de couches lavables, etc. C’est le sujet à étudier en priorité ces prochaines semaines.

En octobre auront lieu différents événements que j’ai hâte de vivre et qui annoncent sérieusement le dernier trimestre :

  • La consultation du 8e mois avec une sage-femme de la maternité > J’ai hâte de rencontrer une sage-femme susceptible de m’accoucher, dans les locaux-mêmes de la maternité, et de pouvoir en savoir plus sur l’organisation des accouchements. 🙂
  • La visite des salles d’accouchement > Malheureusement sans mon homme, dont l’emploi du temps ne lui permettra pas de m’accompagner 😦
  • L’échographie du 3e trimestre avec le « Chef » (en espérant qu’en sachant à quoi nous attendre avec lui, ça se passera mieux qu’en juillet !) > J’appréhende quand même qu’il m’embête avec le poids de BBBB et me prédise une césarienne… :-S
  • La première séance de préparation à l’accouchement, mention sophrologie avec une sage-femme libérale 😀 > Vivement que la prépa débute, car je trouve que ça commence tard (7 mois 1/2 en ce qui me concerne). J’ai peur que mon bébé soit prématuré et de ne pas être prête pour l’accouchement. Je sais bien que beaucoup de femmes enceintes éprouvent cette peur, mais rien à faire, je me sentirai mieux une fois la prépa commencée.

Qu’écrire d’autre à part que je savoure véritablement ma grossesse, surtout quand je me remémore les automnes passés…

  • Automne 2011 : on venait de débuter les essais… RAS, mais on ne s’inquiétait pas encore…
  • Automne 2012, nous avions changé de département depuis quelques temps et ce nouveau départ nous faisait espérer une grossesse, mais nous commencions à nous inquiéter un petit peu…
  • Automne 2013 : l’année avait été très difficile. Malgré une grossesse surprise survenant au printemps, juste après l’ordonnance du bilan d’infertilité, la fausse couche nous avait terrassés et nous appréhendions la date d’accouchement prévue à la mi-novembre et la venue de l’hiver le cœur très lourd…
  • Automne 2014 : pas mieux… Nous entamions la PMA avec l’IAC1 en octobre. Par ailleurs, nous avions eu un nouvel espoir en lançant notre projet d’adoption au printemps. Les rendez-vous se terminaient avec les professionnels, mais la conclusion odieuse et incompréhensible de la « psy » alias Maléfique en novembre faisait violemment entrer l’hiver dans nos vies et nos cœurs.

2015 : malgré un échec à l’IAC2 en février, cette année représente pour nous une incroyable (re)naissance. Le rapport d’un nouveau psy  nous permettait d’obtenir le Graal au printemps, simultanément à la perspective d’une nouvelle orientation professionnelle pour Ciconio et à un test de grossesse bleu, positif, à la fonte des neiges… 😀

Cette année est jusqu’ici, tant pour Ciconio et moi-même que nos familles respectives, le début d’un nouveau cycle.

Je croise les doigts pour que la chance continue à nous sourire et qu’elle arrive chez tous ceux parmi vous qui ne l’ont pas encore (re)trouvée.

Concours HASTAG Semaine de sensibilisation sur l’infertilité

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Les adhérentes BAMP de la blogosphère PMA vous proposent un concours pour la Semaine de Sensibilisation sur l’Infertilité ! Trouver le hastag de la S.S.I.

Un hastag pour parler d’infertilité, un hastag pour mobiliser, un hastag explicite, un hastag pour parler de la Semaine de Sensibilisation sur l’Infertilité, un hastag efficace, un hastag BAMP !

A vous, Mesdames et Messieurs de trouver THE hastag qui puisse remporter ce concours.

Voici la présentation de ce jeu concours faite par PrincessePi

« L’objectif est simple, c’est à VOUS de trouver le meilleur hashtag pour parler sur les réseaux sociaux de la Semaine de sensibilisation sur l’infertilité qui aura lieu du 18 au 24 mai 2015. Tu te rappelles du #1CoupleSur6 de nos copines Québécoises ? C’est un peu l’idée.

Qu’est ce qu’il y a à gagner ?

On savait bien que c’est ce qui t’intéresserait le plus, petite coquine vénale. Un…

View original post 187 mots de plus

News en pagaille

Un article un peu pêle-mêle-tout pour vous donner quelques nouvelles de ces derniers jours, en écrivant les idées comme elles viennent 😉

J’ai eu un travail de dingue alors j’ai pu lire, mais très peu commenter vos blogs depuis plusieurs semaines. Vous m’en voyez désolée.

Le nouveau psy !

Lundi, 2e entretien avec le nouveau psychologue pour l’adoption : 1h30 d’échanges enrichissants. Nous étions à l’aise. Il nous a posé des questions un peu plus approfondies, mais Dieu merci, pas sur la PMA. Nous n’avons donc pas dû « enjoliver la réalité » et avons exposé notre souhait d’adopter sans pour autant renoncer réellement à une éventuelle parentalité biologique, même si l’espoir reste très faible. Nous espérons que ce point précis ne lui donnera pas des envies d’émettre un avis réservé ou défavorable… Rien n’est encore acquis, nous en sommes conscients… Il peut être sympathique et cacher son jeu, on n’en sait rien. En tous les cas, nous en sommes ressortis avec des titres de livres intéressants sur la parentalité et l’adoption, à ma demande. Je l’ai vraiment bien aimé cet homme, alors j’espère qu’il nous a appréciés aussi…! Verdict fin avril. J’espère tant une bonne nouvelle pour mon anniversaire !

Ma mère…

J’ai fait mon « coming-out adoptivesque » à mes parents par e-mail dimanche. Ma mère n’a lu mon e-mail que lundi et s’est empressée d’y répondre par téléphone. Sa première phrase très enthousiaste « Ah c’est super, c’est une bonne idée ! » m’a fait chaud au cœur. Malheureusement — comme d’habitude, j’ai envie de dire — la douche froide n’a pas tardé : Amélie-flaque« Justement, avec ton père, on se disait que vous devriez vous lancer dans l’adoption, comme ça, ça débloquerait peut-être les choses ! ». J’ai rétorqué que ce n’était pas le but pour nous (en m’autocensurant concernant son idée de déblocage) et j’ai tenté d’expliquer rapidement comment s’était passée la procédure, l’AS, Maléfique, le nouveau psy, etc. Ma mère ne m’a pas crue quand j’ai dit qu’on n’allait pas adopter par défaut. « Ben si, quand même !!! » qu’elle m’a dit, d’un ton assuré (ma mère croit toujours avoir raison). Je redis non, elle renchérit : « Ben si, vous n’adopteriez pas si vous aviez déjà eu des enfants ! », je répète que si, peut-être, sauf si on avait eu des triplés ! Ce à quoi elle a ajouté, une fois encore, la fameuse phrase : « D’ailleurs, peut-être que bientôt ça va arriver de façon naturelle ! » « L’espoir fait vivre ! » ai-je répondu laconiquement. Le retour de ma sœur au bercail nous a empêchées de poursuivre : ma mère a changé de sujet pour ne pas qu’elle entende (à ma demande de confidentialité). Voilà, encore une fois, j’ai été déçue de sa réaction. Ciconio, qui voulait savoir comment avaient réagi mes parents, a lui aussi été déçu et m’a regardé d’un air triste… Il n’a pas fait de commentaire car il s’agit de ma mère, mais je sais bien qu’il pense comme moi. On commence à avoir l’habitude.

J1 ?

Sinon, le petit J1 est demandé à l’accueil…! J28 aujourd’hui, j’attends le prochain cycle de pied ferme pour pouvoir me jeter à corps perdu dans le protocole d’IAC3 avec une insémination fin mars-début avril si tout va bien.

Et après ?

Ensuite, nous profiterons de 3 jours de détente dans une destination inconnue pour mon anniversaire, quelques jours avant la présentation auprès du Conseil de famille pour la demande d’agrément, puis passerons une semaine au soleil avec des amis (et leurs enfants…). Et si IAC4 il doit y avoir, je pense que ce ne sera pas avant fin mai/début juin.

#1CoupleSur6 #VagueEspoir

La reine de la PMA

Ce week-end, le Quebec se mobilise pour le maintien de son programme de procréation assistée.

Une Marche de l’Espoir est organisée à Montréal samedi et une autre à Québec dimanche.
On ne peut pas être à leurs côtés, alors montrons leur notre soutien en inondant la blogoshpère des hashtags #1CoupleSur6 et #VagueEspoir.

VE_BannerFB_851x315px_01

La remise en cause du remboursement des traitements peut très bien nous arriver prochainement en France car on a bien compris que l’infertilité et la PMA n’était pas une priorité du gouvernement, ni des hôpitaux (vous aussi, vous avez parfois l’impression d’être des patientes de seconde zone parquées au sous-sol dans des locaux pas très modernes ?).

Alors soutenons, au moins virtuellement, nos amis Québécois !

#1CoupleSur6  #VagueEspoir

VE_ProfilFacebook_800px

View original post

Hier, aujourd’hui, demain

Hier… la félicité.

Il y a deux ans, à cette époque, je portais mon premier enfant. J’avais tardé à faire le test de grossesse… Puis une indescriptible félicité m’avait habitée deux petites semaines…

Mélancolie.

Aujourd’hui… des hauts, des bas.

Le moral qui va à peu près bien, la forme qui pourrait s’améliorer — vade retro torticolio !

Mon énervement en apprenant que le « téléphone arabe » marche à fond dans la famille éloignée avec des conclusions hâtives et des gens qui prêchent le faux pour savoir le vrai… Et puis qu’importe.

La joie de voir sortir les premières fleurs et mes mascottes prendre le soleil avec délectation…

Au jour le jour.

Demain, l’espoir fait vivre.

Le second entretien avec le nouveau psychologue lundi, l’IAC3 qui se profile à la frontière entre mars et avril, un printemps supplémentaire à ajouter à mon compteur en avril simultanément au verdict du rapport psy, des vacances au soleil en mai avec des amis de Ciconio en étant le seul couple sans enfants…

Appréhension et grandes espérances.

Agenda T.V. – Les maternelles – L’AMP, quand ça ne marche pas

Vu et approuvé ce matin.
Le lien du replay en EDIT dès qu’il sera disponible sur la toile.
BISOUS

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

les maternelles 2

Un petit rappel, le jeudi 5 mars 8 h 55 : émission sur « L’amp, quand ça ne marche pas »……

Demain donc.

Les Maternelles avec du BAMP dedans ? Oui, car des adhérents ont témoigné, suite à l’appel à témoignage, des journalistes pour la préparation de l’émission.

Nous attendons vos retours sur le traitement de ce sujet difficile : sortir d’un parcours AMP sans enfant.

Le collectif BAMP, porte une attention particulière aux personnes qui sortent du parcours d’amp sans enfant. En entrant en PMA, nous sommes tous potentiellement en « risque » d’en sortir sans enfant. Car aucune statistique, aucun médecin, ne peuvent certifier que le traitement médical de l’infertilité puisse aboutir automatiquement à une grossesse et à un bébé.

Nous souhaitons donner la parole aux couples, aux personnes qui vivent cette situation, qui se trouvent dans les étapes douloureuses du deuil de la grossesse, du deuil de l’enfant qui n’arrivera jamais…

View original post 66 mots de plus