C’est tout bon, alors pas de restrictions ! [Grossesse]

Vendredi dernier, je suis allée au laboratoire faire le Test O’ Sullivan, alias le fameux test de glucose qui allait déterminer de toute ma vie mon alimentation pour les mois à venir.

Je ne sais plus trop où j’avais lu ou qui m’avait dit que ce breuvage hyper sucré était écœurant et donnait la gerbe, mais je m’attendais à devoir ingérer l’équivalent de deux grandes bouteilles d’eau d’un liquide imbuvable. Je flippais un peu, d’autant qu’on est venu me chercher avec près d’une heure de retard. Heureusement que sur les conseils de ma doc, j’avais amené un bon bouquin ! 🙂

C’est souvent quand on s’attend au pire que tout paraît facile !

Alors soit je ne ressens pas le goût comme les autres, soit je suis vraiment un bec sucré (chut, ne le répétez pas au « Chef » !), mais j’ai trouvé la taille de cette bouteille ridiculement minuscule et le goût, certes pas gastronomique, mais tout à fait buvable — dans cette quantité-là, j’entends –. 😉

On en a même plaisanté avec la fille qui m’a fait la première prise de sang. J’ai vraiment trouvé que c’était de la rigolade, ce test. J’ai bu la gnôle fiole en 30 secondes chrono.

Trop cool : j’ai bien avancé dans mon livre et j’ai pu zyeuter discrètement les autres PB en salle d’attente 😛

Grâce à la PMA (merci DNLP), je ne crains plus les prises de sang non plus, alors le plus dur, au final, a été de patienter entre deux, de subir le retard accumulé et de retrouver la fournaise de ma voiture garée en plein soleil pour regagner mes pénates.

Les résultats consultés en ligne le soir-même étaient bons.

😀 😀 😀

Vengeance, je vais pouvoir lui rabattre le caquet au « Chef » à la prochaine échographie en octobre !

❤ Gros bisous sucrés à toutes et à tous ! ❤

PS : dans mon prochain billet : « La nuit avec mon « ennemie »… 😉

Publicités

Une échographie du 5e mois en demi-teinte… [Grossesse]

C’est dans une fraîcheur réconfortante après la longue période de canicule que je reviens vers vous pour partager ce moment fort qu’était l’échographie du cinquième mois.

« Fort » en bien et en moins bien…

Nous avions rendez-vous hier après-midi à Moyenne Ville, à l’hôpital de ma gynéco Dr Grande, là où j’accoucherai en fin d’année. J’ai dû patienter une heure et demie la vessie pleine avant que ce soit notre tour…

Nous avons enfin été reçus par le Chef de pôle que nous ne connaissions pas encore… Nous nous en serions bien passés ! Nous avons été très déçus par cet homme qui, peut-être pour impressionner la jeune stagiaire, a voulu nous donner — à tous — un cours magistral…

A peine j’étais installée le ventre à l’air et une fois les premières images affichées à l’écran, qu’il nous a demandé si c’est notre deuxième échographie, ce à quoi nous avons répondu que c’était en réalité notre quatrième…

« Ah bon, et comment ça ? » Et là, j’ai dû lancer un sujet que je n’avais pas envie, mais alors pas du tout envie d’évoquer, surtout pas dans une salle d’échographie : ma fausse couche… 😦 Pour lui, ce n’était pas une raison pour faire des échographies supplémentaires. Nous avons répondu que comme on nous l’avait proposé, on n’allait pas refuser ! Que ça nous avait rassurés, etc.

« Chef » a alors demandé à la stagiaire (et à nous) quelle était l’utilité du suivi de grossesse. Je ne détaillerai pas tout, mais en gros il trouve que ça ne sert à rien d’autre qu’à inquiéter les futurs parents et dépenser des sous. Il a cité l’exemple de la Norvège qui en fait moins que par ici et où soi-disant les résultats sont meilleurs.

Jusque-là tout allait bien. On se disait intérieurement qu’on tombait encore sur un de ces grands pontes qui aiment discourir et étaler leur science devant les stagiaires et les patients… (Souvenez-vous de ce cher GP…!)

Mais il a continué à insister lourdement sur la fausse couche, pendant quelle année et à quel moment de la grossesse, etc. Au bout d’un moment, j’ai senti que ma voix commençait à chevroter et j’ai su que s’il continuait comme ça, j’allais craquer. Mais je n’ai pas osé lui demander de changer de sujet.

Il a quand même réalisé l’échographie. Il a dit que j’avais rempli ma vessie pour rien, que c’étaient les jeunes qui demandaient ça, mais pas lui… Comment j’aurais pu le savoir ? Sinon, il a détaillé les mesures en donnant des explications plus à la stagiaire qu’à nous…

❤ Le plus important, c’est que Babybulle est en pleine forme et qu’il a tout ce qu’il faut là où il faut. ❤

Hier, il était hyper dynamique depuis le matin, comme s’il avait deviné qu’il serait le centre de l’attention ! 😉

Ciconio et moi avions les yeux rivés sur l’écran, tant et si bien que j’ai même zappé complètement une question hors sujet supplémentaire du « Chef ». Je me suis « excusée » en disant que je n’avais pas entendu parce que j’étais absorbée par l’observation de mon bébé (histoire de lui rappeler la véritable raison de notre présence). Nous n’étions pas là pour débattre des pratiques obstétricales ou de mon métier.

Je rêve, où les « grands pontes » — masculins j’entends — ont la fâcheuse tendance à s’écouter parler et à inonder les gens de paroles pour donner leur avis sur tout, même sur les métiers des autres ? J’hallucine. Comme j’ai regretté ma gynéco, toujours si délicate et attentionnée…!

« Le meilleur » a eu lieu à la fin. Babybulle a une semaine d’avance en termes de taille (et donc de poids estimé)… Sans explication, mon homme et moi en aurions juste déduit qu’il s’agit d’un « beau bébé » qui tient de son père (Ciconio est un grand gaillard de large envergure, qui pèse le double de mon poids et a donné du fil à retordre à sa maman à la naissance avec ses larges épaules et ses 4,100 kg fillette (pour toi Miliette)).

Seulement voilà, « Chef », après seulement deux-trois questions sur mon alimentation, pense que j’ai un apport trop important en sucres rapides (ce qui inclut si j’ai bien compris les yaourts aux fruits et les fruits eux-mêmes !!!). Il est vrai qu’à la belle saison, je suis assez friande de fruits, et par malchance et comme je suis honnête, à sa question « Qu’est-ce que vous avez pris comme dessert ce midi, une glace ?! » j’ai dû répondre l’abominable vérité : « Un chocolat liégeois ». « Mais c’est une glace ! » « Non, en crème dessert ! ». Il a lancé l’hypothèse que Babybulle était agité à cause du sucre de mon dessert du midi…! (WTF !!!)

Sur ces entrefaites, il a parlé régime. A l’écouter, je vais devoir manger des légumes matin, midi et soir à la place des fruits et des produits laitiers sucrés. Tenez-vous bien : pas plus d’un yaourt par jour semaine ! Moi qui trouvais sain, rafraîchissant (et plein de vitamines) de me faire un petit jus d’oranges pressées le matin, ben c’est pas bien non plus ! Pour « Chef », c’est même pire que de boire du jus en bouteille !

Je vous épargne la suite, mais il a dû voir mon air décontenancé car il a fini par dire un truc gentil du style que ce bébé avait de la chance parce qu’on voyait qu’il était très attendu. Il soufflait le chaud et le froid en quelque sorte, alors j’en ai eu les larmes aux yeux…

Puis il en a remis une couche sur la fausse couche, ce qui m’a fait couler quelques larmes. Qu’est-ce que je n’avais pas fait là ? Loin de le décourager, « Chef » a entrepris de me réeexpliquer par A + B à quel point on avait « fait une affaire avec cette fausse couche » (oui, en ces termes précis), en avançant des chiffres et des statistiques… Il nous a redemandé comment on faisait les bébés (si si je vous jure) et quand j’ai répondu qu’il fallait déjà un homme et une femme il a regardé la stagiaire en disant de moi que j’avais de bonnes réponses. Vas-y, prends-moi pour une c*nne.

Il a continué ses discours en arguant que pour lui les meilleures mères étaient au final celles qui ne faisaient pas de suivi de grossesse et arrivaient à l’accouchement « la fleur au fusil », parce que le mieux pour une grossesse c’était de ne rien faire de spécial (pourquoi il nous parle de régime sans sucres, alors !!!)… D’un « échange de regards » avec la stagiaire, j’ai compris qu’elle n’était pas du tout de cet avis (moi non plus)… Il a renchéri en disant que les meilleurs résultats en obstétrique avaient eu lieu pendant la guerre (WTF ?!!), par rapport au taux de sucre, etc.

Il a ressoufflé le chaud par une parole gentille, que ça allait bien se passer, que c’était un beau bébé et là j’étais repartie à pleurer (il faut dire que je n’avais pas encore réussi à sécher mes larmes)…

On est ressortis comme ça, tout le monde dans la salle d’attente m’a regardée (ils ont dû croire que notre bébé avait un problème grave !)… Ciconio était furax, même s’il avait gardé le silence pendant tout le discours de la fin sur le régime et la fausse couche.

« Ça n’aurait pas dû se passer comme ça, on aurait dû ressortir de là le sourire aux lèvres ! Ça aurait dû être un bon moment…! »

Je suis bien d’accord.

Après, si « Chef » s’était contenté de me parler de l’apport en sucres, je n’aurais jamais craqué nerveusement ainsi ! Je crois qu’il ne pensait pas à mal… Dans sa volonté de me réexpliquer le pourquoi du comment de la fausse couche et d’expliquer des choses à la stagiaire, il a été hyper relou et a juste été maladroit. Là où je lui en veux, c’est que mes larmes auraient dû lui faire comprendre qu’il fallait changer de sujet et qu’il a persisté dans son délire.

Quant aux fameux sucres rapides, dans tous les cas je devais refaire l’analyse d’urine du 5e mois (urine « perdue » par le laboratoire l’autre jour), et j’aurai le résultat de la glycosurie jeudi midi par courrier.

J’ai appelé ma doc pour savoir si je pouvais d’ores et déjà faire le test O’ Sullivan du glucose initialement prévu pour le 6e mois. Elle m’a donné son feu vert alors je vais essayer de le programmer la semaine prochaine. Elle m’a dit aussi que « Chef » était — je cite — « très bien, mais assez porté sur les régimes sans lactose et sans glucose ». Ça me rassure un petit peu. J’ai googlisé « Chef » et il paraît qu’il roule dans un vieux tacot pourri, a sept enfants et adore les randonnées « nature ». J’adore la nature aussi, sauf quand elle fait sa p*te.

Bref. S’il y a un risque de diabète gestationnel, je préfère le savoir afin de prendre les mesures adéquates s’il le faut !

❤ Mais j’espère que notre petit garçon (oui, BBB est un petit gars, comme je le pressentais depuis le tout début) tient juste de son grand gaillard de papa ❤

128 jours, 20 SA + 1, début du 5e mois – ¡Qué calor! [Grossesse]

Un petit coucou de mes montagnes où le thermomètre a tant grimpé dernièrement, comme partout en France ! J’ai une grande maison ancienne dont les murs sont très très épais, mais la chaleur a fini par s’accumuler tout de même et j’ai un peu souffert de cette ambiance caliente, notamment sur les coups des 16 heures qui rimaient avec douche et/ou brumisateur ! Du coup, je sortais le soir après 21h00 : j’en profitais pour arroser mes fleurs et le jardin, observer les étoiles et la pleine lune. Notre jardin s’améliore petit à petit, alors j’adore y passer des moments de détente « à la fraîche ». Le thermomètre s’est calmé, même si on attend toujours la pluie pour les pauvres plantes et arbres… Les orages annoncés sont tous passés à côté, c’est bien la première fois qu’on pleure pour avoir une bonne drache, comme on dit chez moi.

Sinon, je vais bien. Côté physique : c’est parfois un peu déroutant. Ma façon de marcher a déjà changé, c’est qu’il pèse, BBB ! Je suis assez légère au départ, alors forcément, les kilos de plus, je les sens déjà. Et c’est pô fini ! 😉 Mon ventre a bien grossi (on dirait qu’il gonfle d’un coup, par étapes, comme si quelqu’un actionnait une pompe de l’intérieur). Je ne passe plus inaperçue, surtout avec les vêtements d’été. Les gens ne me regardent plus dans les yeux (j’ai dit dans les yeux), mais au niveau du nombril. Des personnes qui ne me parlaient pas au cours de yoga m’ont demandé comment ça allait, posé des questions… Ma voisine me donne des conseils non sollicités… A l’écouter, je devrais rester allongée sans rien faire toute la journée ! Je me trouve déjà super calme et tranquille, il ne faut pas exagérer non plus.

Le rendez-vous de suivi du 4e mois s’est bien passé : le col était bien fermé, la hauteur utérine correcte et les battements de ❤ de BBB bien dynamiques. Les PDS et l’analyse d’urine étaient bonnes.

Seul hic : des douleurs aux côtés (à gauche) depuis 2 semaines, que j’attribue d’après mes lectures au grossissement de l’utérus qui pousse la cage thoracique. Ce n’est pas permanent, mais ça arrive sans crier gare, notamment pendant le travail. J’ai aussi parfois une sorte de douleur de type sciatique dans la fesse droite quand je reste longtemps assise. Du coup j’alterne entre siège et ballon de Pilates… L’autre jour j’avais même envie de taper à l’ordinateur debout, mais je ne suis pas équipée pour… Une idée à creuser, cependant.

Enfin, tout ça m’oblige à faire davantage de pauses pour m’étirer et pratiquer une ou deux postures de yoga appropriées. Ça me soulage sur le moment, mais ça revient comme Clo Clo. Sur les bons conseils de Margou — que je remercie –, j’ai donc commandé entre autres un bouquin de Bernadette De Gasquet qui me guidera plus en détail dans les postures « yogiques » destinées aux PB pour me soulager de ces désagréments. C’est que je ne suis même pas au milieu de ma grossesse — enfin presque –, alors je ne veux pas me laisser bouffer par des douleurs sans rien faire…!

En revanche… Côté moral : excellent ! Depuis que je suis enceinte (enfin, depuis que je suis rassurée sur le bon déroulement de ma grossesse !), j’ai l’impression de savourer la vie deux fois plus. Je revis. C’est comme si pendant 3 ans et demi, ma vie s’était mise entre parenthèses à attendre ce grand événement, même si la première année on n’avait pas encore trop de pression.

C’est un réel bonheur de pouvoir se projeter en réfléchissant à la liste de naissance et à la vie quotidienne qui nous attend ! Dans 2 semaines, nous saurons si Babybulle est une petite ou un petit ! Ses mouvements de plus en plus précis m’aident à patienter, ainsi que les semaines bien chargées niveau boulot, les week-ends de détente au grand air et toutes les joies de l’été. Le mariage de mon frère a lieu dans quelques jours : l’occasion de revoir une grande partie de la famille et des amis, dont certains auront traversé l’Atlantique. J’ai hâte ! J’ai enfin la tenue complète que je porterai au mariage. Mais je vais devoir trouver en vitesse un soutif plus grand que la brassière de mémère que je mettais jusque-là car mes boobs ont eux aussi grossi — encore — !

Pour ce qui est des achats : profitant des soldes, nous nous sommes lancés dans la commande d’un trio poussette/nacelle/siège-auto tout terrain à 3 roues. 😀 On a kiffé de donner nos critères respectifs et de comparer les produits sur le net. Ciconio l’a même essayée en magasin pour voir si elle lui convenait. J’ai pour ma part commandé un haut d’allaitement et un pyjama d’allaitement pour leurs prix attractifs. Nous n’avons encore rien acheté pour le bébé comme vêtements car je n’ai pas encore finalisé la liste des achats à faire cet été. Notre BBB sera un bébé d’hiver, alors les habits d’été, ce n’est pas trop la peine. C’est pour ça que je dois me concentrer sur les habits convenant à toutes les saisons et je ne suis pas encore très au point devant la myriade de produits proposés. Enfin, j’ai plusieurs documents et ouvrages qui vont m’aider à le faire ce week-end. 😀

Fin juin, nous sommes allés voir l’une des sages-femmes libérales qui se chargeront de ma préparation à l’accouchement. J’ai choisi ce cabinet pour pouvoir bénéficier de leurs séances de relaxation, de sophrologie et d’eutonie. Le courant est très bien passé avec cette jeune femme et j’étais presque déçue de savoir que je n’allais pas commencer la préparation avant début octobre (à raison d’une séance hebdomadaire). Je suis persuadée qu’en ce qui me concerne, j’aurai besoin de fortifier mon mental pour faire face à ce grand événement qu’est l’accouchement. J’ai failli mourir à ma naissance et pendant des années, j’ai eu peur d’accoucher (enfin, d’être en danger et surtout de mettre en danger mon bébé). Cette peur s’est atténuée pendant mes années d’infertilité, mon désir d’enfant a dépassé ma peur d’enfanter, mais je trouve bien d’apprendre les clés pour me détendre le jour J afin que tout se passe au mieux.

L’autre nuit, j’ai en quelque sorte revécu ma naissance dans un rêve, métaphoriquement : j’étais dans une grotte, dans une cavité très étroite mais où je tenais debout. Je ne suis déjà pas trop à l’aise dans ce genre de lieu étroit, mais ça allait jusqu’à ce que je me rende compte que je devais m’allonger pour passer par un trou étroit afin de rejoindre la salle suivante. Je commençais à baliser en pensant que je n’y arriverais jamais quand des voix de plusieurs personnes provenant de l’autre côté de la paroi m’ont vivement encouragée à venir. Elles m’ont assuré que j’allais y arriver, que je pouvais le faire et qu’il suffisait de prendre mon courage à deux mains. J’ai donc respiré un bon coup et j’y suis allée. Le passage a été délicat, mais comme je savais qu’on m’attendait à la sortie, j’ai fait des efforts, et j’ai réussi sous les bravos et les applaudissements de mes supporters ! 😉 Peut-être ai-je ressenti ces émotions lors de ma propre naissance ? En tous les cas, ce rêve m’a marquée et je me suis dit que si j’en avais la force, j’encouragerais mon petit bébé lors de sa naissance, car lui aussi va devoir faire des efforts pour venir 😀

100 jours, et mes Kopines de [Grossesse]

Je fais une mini-pause dans mon travail de titan pour écrire un petit post et m’aérer un peu le cerveau.

Aujourd’hui, c’est mon centième jour de grossesse et ça me fait tout bizarre…

Sinon, cette semaine, j’ai découvert une nouvelle Kopine de grossesse, mais oui, la callipyge la plus connue de l’univers, j’ai nommé : KK ! Moi j’dis, tant mieux ! Comme ça je pourrai aller accoucher peinarde, éclipsée par les tribulations de KK à la maternité 😛

La callipyge la plus célèbre du monde

La callipyge la plus célèbre de l’univers

J’ai écrit « nouvelle », parce qu’il y en a déjà une dans ma belle-famille… Enfin, je ne l’appellerais pas « copine de grossesse », mais plutôt « rivale de grossesse » ou « voleuse de grossesse » !

C’est la femme d’un cousin de Ciconio. Une fille avec qui je n’ai jamais eu vraiment d’affinités. Le genre de fille qui est « Belle-et-qui-le-sait », vous voyez ? Et moi je n’aime pas qu’on me regarde de haut.

M’enfin, je n’ai rien contre elle non plus. Je ne peux pas avoir de coup de foudre amical avec tous les cousins-cousines de mon mari… Le problème, c’est que Madame « Belle, qui le sait et te le fait sentir » a jugé bon de tomber enceinte en même temps que moi. De s’en rendre compte une quinzaine de jours après moi (comment est-ce possible, serait-elle OPK ?!) et de l’annoncer à la famille élargie quelques semaines avant nous. Jusque-là pas de souci.

Mais j’appréhende déjà la prochaine cousinade qui a lieu ce mois-ci… Si Madame « Belle, qui le sait et te le fait sentir » est présente, les gens vont comparer nos ventres (au mieux).

Copines de grossesse

Elle, c’est celle en rouge, avec le nombril qui poinnnnnnte !!! 😛

J’appréhende le mariage d’un cousin cet été où Madame « Belle, qui le sait et te le fait sentir » sera présente aussi, sans doute bien plus élégante que moi et où je parie qu’on me parlera d’elle. On sera les deux femmes enceintes en même temps (génial, comme ça rapproche !). Ce n’est sûrement pas grâce à nos grossesses que je me trouverai des points communs avec elle en tout cas !!!

Et puis quand le sexe des bébés sera connu, ça suscitera des commentaires.

Et enfin, quand les bébés seront nés, et grandiront, les comparaisons fuseront. Je le sens d’ici.

Je le sens d’ici que ça ne va pas me plaire.

C’est un gros caprice de PB pourrie-gâtée, je le sais bien ! Mais après toutes ces années d’attente, je me l’explique ainsi : j’aurais voulu une grossesse unique. J’aurais aimé être la seule en ce moment à être enceinte dans la famille. Je sais que c’est complètement égocentrique et égoïste, mais je profite de mon blog pour bitcher — ça faisait longtemps– ! 😛

PS : à prendre bien sûr au second degré, je suis consciente de ma chance immense et cette situation ne viendra en aucun cas gâcher mon plaisir et mon bonheur d’infertile exaucée. 😉

Nonante jours [Grossesse]

Actu

Petit 😉 à nos amis les Belges et les Suisses, il paraît qu’aujourd’hui est mon nonantième jour de grossesse…!

Demain soir, en effet, je pourrai écrire 13 SG sur mon calendrier…! Je ne marque chaque semaine de « gagnée » qu’une fois celle-ci terminée (toujours ces superstitions à la con)… Mais je me surprends à dire de moins en moins souvent la fameuse phrase « si tout se passe bien » à voix haute ou mentalement quand j’évoque mon bébé. Je commence à profiter.

Je n’en reviens pas d’en être « déjà » au tiers… C’est passé lentement et vite à la fois. Drôle de sensation.

Côté forme, c’est encore couci couça. J’ai envie de dire que ça commence à s’améliorer depuis quelques jours, mais il suffit que je croie ça pour que je redevienne une marmotte le lendemain. Enfin, il paraît que les 3 glorieuses m’attendent alors je reste patiente… 🙂

J’ai surtout hâte de sentir les mouvements de Babybulle, car jusqu’ici les seuls mouvements perçus semblaient être ceux de mes viscères ! 😛

À la maison, notre intérieur s’améliore. Alors qu’il n’y avait qu’à poser les meubles au premier étage en emménageant il y a déjà 3 ans, nous n’avons pas encore beaucoup utilisé le rez-de-chaussée, car il y avait tout à faire à cet étage-là. Les peintures murales du rez-de-chaussée ont été terminées la semaine dernière, alors Ciconio y a monté notre bureau double pour que je puisse m’installer dans le véritable bureau bientôt. La pièce où je travaille actuellement sera la chambre de BBB et le bureau sur lequel j’écris ces lignes sera la « commode » sur laquelle je le/la changerai… 😀 Au RDC, le carrelage attendra septembre. En attendant, quelques petits meubles, un vieux réfrigérateur et un peu de vaisselle nous permettent de manger plus facilement en bas, à l’intérieur ou sur la terrasse pour profiter du jardin.

Ciconio a profité de mon week-end de shopping avec une amie pour s’occuper de cet aménagement, sans oublier le ménage et les courses. C’était le bonheur de rentrer sans qu’aucune tâche ne m’attende à la maison. En plus, on aurait dit que j’étais partie un mois tellement mon homme était content de me revoir. 😉 Sacré lui ! ❤

« Problèmes » de riche

Samedi, j’ai loupé mon « concours » des Reines du Shopping, objectif : « être une femme enceinte élégante au mariage de mon frère », car je n’ai rien trouvé… J’ai à peine essayé une robe qui n’allait pas du tout à ma morphologie ! Pas grave, car j’avais déjà fait quelques repérages sur le net. J’ai donc commandé 3 robes chez As*s M*ternity et je croise les plumes et les pattes pour qu’au moins l’une d’elles m’aille…!

L’astuce de l’élastique sur mes slims ne suffit plus alors j’ai commandé deux kits de vêtements basiques à mixer avec mes habits d’été qui me vont encore 😀 Ce n’est pas en soi un problème, mais ça a encore donné l’occasion à ma mère de dire qu’elle, elle n’achetait rien de spécial, juste des coupes amples. Il faut dire que quoi que je dise que ma grossesse, elle met toujours son petit grain de sel et en général, dit le contraire de moi. Rien de grave, mais ça m’énerve quand même un peu. Le jour où elle se contentera d’écouter et de hocher la tête…

Je me « tâte » toujours concernant la garde de BBB l’année prochaine. J’ai décidé de prendre le congé de maternité maximal « généreusement » offert aux indépendants tels que moi, soit 104 jours. Si mes calculs sont bons, comme ce congé doit impérativement débuter 2 semaines avant l’accouchement, il durera jusque fin février, soit aux 3 mois de BBB.

Mais après le congé mat’ ? J’hésite entre :

  1. reprendre à mi-temps pour garder mon bébé chez moi encore un peu, puis le confier à une nourrice du lundi au jeudi, par exemple, quand il sera un petit peu plus grand…
  2. et le confier dès ses 3 mois… D’un côté j’ai peur de perdre des clients (surtout mon client principal) si je suis moins disponible, de l’autre, je suis persuadée que le plus important est de passer du temps avec mon enfant, surtout les premiers mois… En plus je souhaite allaiter si j’y arrive, alors la solution d’attendre un peu avant de faire appel à une nounou est plus séduisante, bien sûr.

Si parmi vous il y a des « PB » ou des jeunes mamans qui travaillent à domicile, je suis preneuse de conseils francs et avisés sur la question.

Ah, l’éternelle dilemme de la maman qui travaille (même en télétravail, ça soulève des questions)…!

Sinon, malgré mes deux derniers posts dans lesquels j’ai osé me confier, j’ai toujours peur de vous faire de le peine, vous qui êtes sur le quai, en souffrance… J’ai opté pour l’estampille [Grossesse] à chaque titre dédié à ce sujet pour que vous sachiez immédiatement ce qu’il en est et que vous ayez le choix de ne pas aller plus loin si vous ne le souhaitez pas. J’espère que c’est correct et que ça vous convient… Et puis, est-ce encore utile de vous redire que je vous souhaite de connaître les mêmes « problèmes de riche » très vite…?!

❤ Gros bisous à tous ❤

Ciconia sort de sa bulle [Grossesse]

Helloooooooo… Par quoi commencer après quasiment un mois de silence radio me concernant (je ne compte pas les articles de BAMP! et de la SSI que j’ai reblogués bien sûr…) ???

Déjà en vous disant que je vous lis toujours, mais que vu ma fatigue intense, j’ai de la difficulté à vous commenter tous. Il y a aussi une certaine réserve de ma part, depuis que je suis passée de l’autre côté : parfois, je ne trouve simplement pas les mots pour vous réconforter… Ce qui ne change pas, c’est le fait que vous soyez dans mes pensées chaque jour. Vous tous.

L’actualité la plus importante, c’est l’échographie tant attendue des 12 SA, qui a en fait eu lieu à 12 SA + 4 j, le 18 mai. Tout va bien ! Bien que nous ayons été plus calmes en salle d’attente (il faut dire que pour une fois, Dr Grande nous a reçus à l’heure), on a quand même eu un peu peur quand on a vu à l’écran Babybulle, notre petit(e) cigogneau/ette, qui ne bougeait pas. On n’a pas vu son cœur battre immédiatement. Heureusement, la gynécologue nous l’a fait écouter avant de commenter quoi que ce soit. En fait, BBB dormait, tout simplement ! Côté mesures, il est toujours dans la moyenne, tout va bien, notamment concernant la clarté nucale.

La magie a de nouveau opéré quand il s’est mis à agiter les bras et les jambes 😀 Les clichés classiques le montrent de profil (quelle belle mâchoire, quel genou pointu !) et ceux en 3D, vu de haut et levant un bras gauche potelé — avec 5 doigts — pour dire coucou à sa famille. Ce dernier cliché a eu un succès fou dans nos deux familles ! 😉 Et l’histoire du genou « pointu » a fait conclure le papa qu’ils s’agissait d’une fille. Jamais entendu parler de cette légende urbaine, moi ! 😛

Dans la foulée de l’échographie, je suis allée me faire piquer pour le tri-test, ayant accepté de participer à l’étude SAFE 21 (dépistage avancé non invasif de la trisomie 21 sur sang maternel) pendant le premier trimestre. Le résultat de ce dépistage combiné (couplé à la mesure de la clarté nucale lors de l’échographie), est une très bonne nouvelle : je ne fais pas partie du groupe de patientes à risque accru. Merci l’Univers 🙂

Du coup, si je fais l’état des lieux d’une Ciconia « dindisée », ça donne ça :

Et le ventre ?

Jusqu’ici, une seule personne a demandé à le toucher : ma belle-sœur (future femme de mon frère), et j’ai accepté. Il n’est pas encore très visible, mais c’est vrai qu’il est plus dur que d’habitude. Je soupçonne ces deux fiancés de vouloir un bébé bientôt 😛 Mon bidou sort peu à peu, surtout le soir. J’utilise de plus en plus souvent l’astuce de l’élastique pour fermer certains pantalons. Pour le moment, les bas plus confortables me vont encore très bien. Pas encore d’achat de vêtements de maternité ; j’attends d’en avoir vraiment besoin, si possible au moment des soldes début juillet. Je suis contente de savoir que ma garde-robe estivale contient déjà un certain nombre de hauts qui pourront largement me convenir même avec un bidon plus gros.

Et la tête ?

C’est la fête dans la tête ! La plupart du temps je suis plus sereine concernant le déroulement de la grossesse. Le stress me reprend parfois, mais plutôt par rapport à la logistique et aux finances. Eh oui, 2015 annonce de gros changements pour C&C, et pas uniquement dans la composition de notre famille. Ciconio, moins motivé par son métier depuis un moment, a fait une demande de formation continue, et s’il est financé, redeviendra étudiant début septembre pour une année. Fini les lundi à la maison (dommage pour BBB, moi, et les économies de nounou), les bons revenus, etc. Enfin, s’il ne change pas d’orientation après sa formation, il pourra toujours reprendre son poste initial sans problème en septembre 2016. C’est toujours ça. Mais du coup, vu le contexte actuel de mon job en freelance (assez calme depuis avril, plus une saleté de « cliente » qui ne nous a pas payées, mes collègues-amies et moi, pour un gros projet réparti entre nous et ce pour des raisons plus que mystérieuses, et qui de surcroît, ne justifie pas sa décision et ne répond plus aux courriers… J’essaye de rester zen pour BBB), je m’inquiète des finances pour la venue de BBB. À tort, car nous avons des économies, mais il faut croire que j’ai perdu quelques neurones de logique en route…! 😉

Je commence à lire des bouquins sur la grossesse, des plus connus aux moins renommés, et je m’autorise depuis quelques jours à peine à surfer sur les sites de puériculture pour évaluer les must-have et les trucs inutiles (pas facile).

Et le bec ?

Eh bien il a commencé à faire les annonces ! Nos amis les plus proches l’ont su en premier, suivis des parents, frères et sœurs et de ma marraine, ensuite les amis avec lesquels on a passé les vacances (promiscuité oblige) et depuis l’échographie, on continue. C’est désormais officiel. Il paraît que ma voix est plus gaie au téléphone, d’après ma belle-sœur (sœur de Ciconio). Heureusement que je suis plus gaie quand j’évoque la déclaration de grossesse que quand je parlais de PMA ! 😉

Et les oreilles ?

Elles sont témoins de réactions de joie de la part de nos proches quand on leur annonce la bonne nouvelle : comme ça fait du bien de leur faire du bien aussi !

Mes oreilles ont quand même forcément entendu 2-3 réflexions maladroites, vous vous en doutez. Une copine en vacances, en aparté après l’annonce au groupe, m’a demandé : « C’est grâce à la PMA ? » « Non, c’était en cycle de pause… » « Ah, ça devait être un moment où tu y pensais moins ! » > J’ai dû me justifier — encore — et affirmer que non, je n’y pensais pas moins à ce moment-là… J’ai évoqué la progestérone qui a pu aider, etc.

Son mari, au mien (rapport au fait que nous avons attendu longtemps notre bébé) : « Vu votre situation, ça promet (contexte de la conversation : parents protecteurs ou gosse mal élevé, je précise)… > Si l’éducation bonne ou mauvaise des enfants était liée au temps que l’on met à les avoir, ça se saurait. Personnellement, j’en ai vu des enfants C1 mal éduqués et des parents C1 dont les comportements vis-à-vis de leur enfant me « hérissent », il n’y a pas si longtemps d’ailleurs. Bref.

Sinon, la plupart du temps, mes oreilles entendent des conseils inutiles et non sollicités : « Il ne faut plus boire d’alcool, et bien manger » > Oui, je fais déjà tout bien. Et puis c’est vrai que mon sevrage est trop dur avec ma consommation de 2-3 verres d’alcool une fois tous les 2 mois…! *

« Il faut arrêter de courir, maintenant, rester calme » > Je suis une personne calme de nature, je bosse de chez moi, et les sports dynamiques que je pratiquais, je les ai arrêtés. En plus, je n’arrête pas de pioncer ! Tu vois, je fais déjà tout bien. *

Ma mère jusque-là avait fait un sans fautes depuis l’annonce fin avril. Je l’aurais imaginée curieuse de connaître le résultat du tri-test, et pourtant elle m’a quasiment réprimandée de lui avoir envoyé un SMS pour lui dire que le risque de trisomie 21 était faible, par ces mots : « Bon, maintenant, il ne faut plus penser à ça, hein, faut être cool » > Merci, maman, de me culpabiliser, si j’avais su, je ne t’en aurais pas parlé, car manifestement la plus cool des deux concernant ce test, c’est moi. En plus, c’est un test proposé par la gynéco, ce n’est pas moi qui l’ai inventé. Concernant l’amniocentèse qui est donc évitée : « Ah ben encore heureux que tu ne doives pas faire ça, parce que hein…! » > Oui, je suis bien d’accord, contente de ne pas devoir le faire, mais si le risque avait été élevé, je ne garantis pas que je l’aurais refusé, et je ne t’aurais pas demandé ton avis. *

* Inutile de préciser que les réponses en italiques sont restées dans ma tête et ne sont pas sorties de mon bec…! Mais je dois bien dire que les phrases bêtes de ce type font bien moins mal que celles entendues concernant l’infertilité, alors je les retiens parce que c’est ma nature, mais je n’en tiens pas rigueur à ceux qui les profèrent.

Et les yeux ?

Quand ils ne se ferment pas tout seuls de fatigue (Ciconia s’est transformée en marmotte !), ils ne se lassent pas de regarder les échographies de BBB…

Et les pattes ?

Elles tentent de stimuler BBB pour le sentir bouger dans le ventre, mais c’est encore trop tôt : RAS 😉

Conclusion : la vie est belle, rien n’est encore gagné, mais je suis confiante et je garde en tête la date de l’échographie des 5 mois, fin juillet, pour savoir si BBB va bien et s’il s’agit d’un cigogneau ou d’une cigognette 😉

Concours HASTAG Semaine de sensibilisation sur l’infertilité

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Les adhérentes BAMP de la blogosphère PMA vous proposent un concours pour la Semaine de Sensibilisation sur l’Infertilité ! Trouver le hastag de la S.S.I.

Un hastag pour parler d’infertilité, un hastag pour mobiliser, un hastag explicite, un hastag pour parler de la Semaine de Sensibilisation sur l’Infertilité, un hastag efficace, un hastag BAMP !

A vous, Mesdames et Messieurs de trouver THE hastag qui puisse remporter ce concours.

Voici la présentation de ce jeu concours faite par PrincessePi

« L’objectif est simple, c’est à VOUS de trouver le meilleur hashtag pour parler sur les réseaux sociaux de la Semaine de sensibilisation sur l’infertilité qui aura lieu du 18 au 24 mai 2015. Tu te rappelles du #1CoupleSur6 de nos copines Québécoises ? C’est un peu l’idée.

Qu’est ce qu’il y a à gagner ?

On savait bien que c’est ce qui t’intéresserait le plus, petite coquine vénale. Un…

View original post 187 mots de plus

Faut que je reste cool (zen, soyons zen) ! [Grossesse]

Depuis la nouvelle du plus il y a 8 jours, j’essaye de rester cool.

En apparence, j’y parviens aisément. Physiquement, rien à signaler à part cette sensation de pesanteur qui revient parfois. Pas de nausées. Mais de la fatigue : j’ai la forme un jour sur deux. Je fais des siestes, même en semaine (l’avantage de bosser chez soi). Je prends consciencieusement mes compléments alimentaires et j’essaye de bien manger. Je bois même du jus de légumes ! Bref, rien de bien nouveau par rapport à il y a une semaine.

Le problème, c’est mes mains. Depuis les rendez-vous avec le nouveau psy, j’avais eu des bouffées de chaleur certaines nuits, qui m’avaient donné des boutons de chaleur. Boutons que j’ai grattés, grattés, grattés jusqu’à avoir de belles mains bien gercées et bien rouges. Magnifaïques !

Il suffirait d’arrêter de me gratter ! Oui, sauf que ça devient une mauvaise habitude, un peu comme se ronger les ongles ou grincer des dents. Inarrêtable, comme dirait un commentateur sportif. Et l’huile d’amande douce à grands renforts ne suffit plus. Ça ne passe pas… Même ma journée de yoga hier n’a pas changé la donne.

Je me trouve dans la période critique, celle où ma fausse couche avait commencé il y a deux ans. Pour tout vous dire, comparé à il y a deux ans, tout est décalé de deux semaines (date des règles, date estimée de conception etc.). Hier, c’était la date anniversaire de la confirmation de ma fausse couche… Il y a deux ans, c’était le vendredi saint. On avait passé un week-end de Pâques de m*rde. Enfin, ç’aurait pu être pire si mes parents et ma sœur n’avaient pas fait 600 km pour le passer avec nous.

Chat échaudé…

Du coup, j’ai beau tenter d’éloigner ces mauvais souvenirs de ma tête et de me persuader que cette fois-ci sera la bonne, ça reste difficile. Ciconio aussi est stressé, tous les jours il me demande si je n’ai pas mal au ventre. J’ai beau lui expliquer que les tiraillements, c’est normal en début de grossesse, je vois bien que ça l’inquiète.

On ne pense qu’au 8 avril, date où Dr Grande nous confirmera une grossesse évolutive, si tout se passe bien.

Pour en revenir à mon problème de mains : ce matin, je me suis pointée à la pharmacie, ne sachant pas trop d’avance comment expliquer leur état. Si j’étais tombée sur la brune aux cheveux courts — la gentille qui court me donner ma commande pour que je ne fasse pas la queue — je ne me serais pas trop inquiétée. Mais elle ne travaillait pas ce matin et je suis tombée sur la patronne. Pour ceux qui ont bonne mémoire, c’est elle qui m’avait conseillé d’acheter ce qu’il fallait pour les vergetures alors que j’achetais du Spéciale Foldingue.

Vous auriez vu sa tête quand je lui ai montré honteusement mes mains. Ce n’est quand même pas si horrible que ça. Je vous jure ! Il y a juste 3-4 plaques rouges et sèches, des sortes d’engelures, rien de bien méchant. Ben madame est resté polie dans ses propos, mais alors, j’ai pu lire le dégoût dans ses yeux, comme si j’avais la lèpre. Elle s’est dite dubitative quant aux boutons de chaleur : « Il ne fait pas très chaud en ce moment ! ». Ben non conn*sse, je suis au courant qu’on n’est pas en été dans ces contrées, mais je ne viens pas de te dire que j’avais des bouffées de chaleur la nuit ? Ou je dois te faire un dessin ? Si je te dis que c’est des boutons de chaleur ! En plus, vive l’intimité dans une pharmacie, j’étais là à expliquer, me justifier presque, avec deux gars juste derrière mon dos. Je pense que tout le monde m’a prise pour une folle ! Ou alors je suis parano. En plus, j’ai été obligée de lui demander si cette crème était compatible avec une grossesse car je fais hyper gaffe à tout ce que je me mets sur la peau aussi. Et ce n’est sûrement pas à elle que j’aurais voulu parler de ma grossesse en premier !

En tous les cas, je suis ressortie de là avec une crème et des compresses pour me protéger les mains et m’empêcher de les gratter. Mais alors, le regard de la patronne de la pharmacie… J’en ai eu les larmes aux yeux sur le chemin du retour, et j’ai même versé ma petite larme chez moi. Pour une fois que je m’étais maquillée, en plus !

Bref, je suis retournée à la pharmacie. Et p*t*in, la boss, si je pouvais l’éviter la prochaine fois…!

Je mets tout ça sur le compte de ma nervosité vu les circonstances, et ma fatigue. Il n’y a objectivement rien de grave dans tout ça, mais on va dire que c’est encore un coup des hormones ! Pour le moment, tout va bien, on va essayer de se concentrer sur ça.

Zen, soyons zen !

News en pagaille

Un article un peu pêle-mêle-tout pour vous donner quelques nouvelles de ces derniers jours, en écrivant les idées comme elles viennent 😉

J’ai eu un travail de dingue alors j’ai pu lire, mais très peu commenter vos blogs depuis plusieurs semaines. Vous m’en voyez désolée.

Le nouveau psy !

Lundi, 2e entretien avec le nouveau psychologue pour l’adoption : 1h30 d’échanges enrichissants. Nous étions à l’aise. Il nous a posé des questions un peu plus approfondies, mais Dieu merci, pas sur la PMA. Nous n’avons donc pas dû « enjoliver la réalité » et avons exposé notre souhait d’adopter sans pour autant renoncer réellement à une éventuelle parentalité biologique, même si l’espoir reste très faible. Nous espérons que ce point précis ne lui donnera pas des envies d’émettre un avis réservé ou défavorable… Rien n’est encore acquis, nous en sommes conscients… Il peut être sympathique et cacher son jeu, on n’en sait rien. En tous les cas, nous en sommes ressortis avec des titres de livres intéressants sur la parentalité et l’adoption, à ma demande. Je l’ai vraiment bien aimé cet homme, alors j’espère qu’il nous a appréciés aussi…! Verdict fin avril. J’espère tant une bonne nouvelle pour mon anniversaire !

Ma mère…

J’ai fait mon « coming-out adoptivesque » à mes parents par e-mail dimanche. Ma mère n’a lu mon e-mail que lundi et s’est empressée d’y répondre par téléphone. Sa première phrase très enthousiaste « Ah c’est super, c’est une bonne idée ! » m’a fait chaud au cœur. Malheureusement — comme d’habitude, j’ai envie de dire — la douche froide n’a pas tardé : Amélie-flaque« Justement, avec ton père, on se disait que vous devriez vous lancer dans l’adoption, comme ça, ça débloquerait peut-être les choses ! ». J’ai rétorqué que ce n’était pas le but pour nous (en m’autocensurant concernant son idée de déblocage) et j’ai tenté d’expliquer rapidement comment s’était passée la procédure, l’AS, Maléfique, le nouveau psy, etc. Ma mère ne m’a pas crue quand j’ai dit qu’on n’allait pas adopter par défaut. « Ben si, quand même !!! » qu’elle m’a dit, d’un ton assuré (ma mère croit toujours avoir raison). Je redis non, elle renchérit : « Ben si, vous n’adopteriez pas si vous aviez déjà eu des enfants ! », je répète que si, peut-être, sauf si on avait eu des triplés ! Ce à quoi elle a ajouté, une fois encore, la fameuse phrase : « D’ailleurs, peut-être que bientôt ça va arriver de façon naturelle ! » « L’espoir fait vivre ! » ai-je répondu laconiquement. Le retour de ma sœur au bercail nous a empêchées de poursuivre : ma mère a changé de sujet pour ne pas qu’elle entende (à ma demande de confidentialité). Voilà, encore une fois, j’ai été déçue de sa réaction. Ciconio, qui voulait savoir comment avaient réagi mes parents, a lui aussi été déçu et m’a regardé d’un air triste… Il n’a pas fait de commentaire car il s’agit de ma mère, mais je sais bien qu’il pense comme moi. On commence à avoir l’habitude.

J1 ?

Sinon, le petit J1 est demandé à l’accueil…! J28 aujourd’hui, j’attends le prochain cycle de pied ferme pour pouvoir me jeter à corps perdu dans le protocole d’IAC3 avec une insémination fin mars-début avril si tout va bien.

Et après ?

Ensuite, nous profiterons de 3 jours de détente dans une destination inconnue pour mon anniversaire, quelques jours avant la présentation auprès du Conseil de famille pour la demande d’agrément, puis passerons une semaine au soleil avec des amis (et leurs enfants…). Et si IAC4 il doit y avoir, je pense que ce ne sera pas avant fin mai/début juin.