Automne : 31 SA/29 SG, soit encore environ 70 jours [Grossesse]

Je suis toujours dans les parages même si je me fais plus discrète pour différentes raisons. Je vous lis toujours, mais je passe moins de temps à commenter par manque d’énergie et aussi une once de culpabilité et de sentiment d’impuissance envers celles et ceux qui n’ont pas ma chance.

Ma chère congénère m’a demandé de mes nouvelles, alors je me lance et je reviens vous raconter les dernières nouvelles.

Ma grossesse se passe bien, rondement bien, même ! 😉 Ventre_18-09-15

Mon bébé gigote beaucoup, alternant entre « migrations sous-marines » et coups de boule/pied, comme si l’attente le faisait piétiner ! Je ressens parfois comme des secousses sismiques quand il bouge d’un coup. J’adore quand il vient se lover sous mes mains et que j’ai la sensation de le caresser. Mon ventre pointe vachement en avant. Je ne suis pas sûre que de dos, les gens voient que je suis enceinte.

Ce que j’aime moins, c’est que Ciconio n’est pas très porté sur tout ça. Il n’a pas la patience suffisante pour poser une main sur mon ventre et attendre de sentir quelque chose. Je crois qu’au fond, c’est encore abstrait pour lui. Certains jours, je suis frustrée de ne pas partager des moments simples comme je l’avais espéré en rêvant d’être enceinte : tous les deux attendris devant le ventre qui se déforme sous les mains du futur papa… Mais il s’est déjà investi autrement avec les travaux de la chambre et la révision de la voiture (pour la sécurité de sa famille !) et se rattrapera à sa façon en étant bel et bien présent quand il verra son fils « dehors », j’imagine !

Au niveau médical, la visite du 7e mois de cette semaine a confirmé que le cœur du bébé bat comme il faut et que mon col est toujours postérieur et tonique. Babybulle a la tête en bas à gauche (ce que j’ignorais car il donne des coups de pieds en bas au milieu ou en bas à gauche). Je le croyais donc encore en siège, mais apparemment il replie ses jambes en ayant le dos contre mon nombril.

Côté forme, je suis assez fatiguée ces jours-ci car mes nuits sont fréquemment entrecoupées de semi-réveils et parfois accompagnées de contractions de Braxton-Hicks. Je recommence donc à faire plus souvent la sieste quand le besoin s’en fait sentir. Sinon, je suis vite essoufflée et j’ai une douleur au côté gauche par moments, des remontées acides, le ventre qui pèse, mais rien d’anormal pour quasiment 7 mois de grossesse. Je porte de temps à autre une ceinture lombaire pour soulager mon dos quand il le faut. La reprise du yoga (où la prof est les autres yogis sont aux petits soins pour moi), m’a déjà un peu soulagée de ces douleurs lombaires et de sciatique. Mais je suis tellement heureuse que ces désagréments sont vraiment plus que secondaires, tant que mon petit garçon se porte bien.

Matériellement parlant, les préparatifs ont bien avancé cet été ! La chambre de BBBB a été repeinte par Ciconio, passant du jaune/vert au blanc/gris clair. Ce décor neutre sera propice à une déco aux couleurs vives digne d’une vraie chambre de bébé. Nous n’avons pas encore vraiment acheté de déco, à part les rideaux de la fenêtre, mais je me dis que je pourrai m’y consacrer en novembre, quand je serai en congé mat’. Nous avions déjà le trio poussette/nacelle/siège-auto, nous avons désormais le couffin de ma famille, délicieusement vintage, des vêtements achetés par mes soins et de nombreux autres prêtés/donnés par la famille et les amis… Notre bébé d’automne n’aura pas froid, c’est clair !

Il ne reste plus qu’à ranger toutes ces affaires dans l’armoire qui contient encore notre bordel et les vêtements de Ciconio, et de prévoir tout le nécessaire pour le change et la toilette. En effet, la table à langer sera en fait mon ancien bureau repeint en gris, qu’il faut réhausser pour atteindre la hauteur idéale (à la fois pour le géant de père et moi-même !). Ciconio a envie de construire le plan à langer lui-même alors j’espère qu’il va bientôt s’y mettre car l’automne étant là, je commence à flipper que BBBB arrive en avance et que tout ne soit pas prêt. Nous devons également acheter les produits pour la toilette et les couches lavables — oui, vous avez bien lu, on y tient –. D’ailleurs, je suis un peu perdue dans tout ça, les produits de toilette, les différents types de couches lavables, etc. C’est le sujet à étudier en priorité ces prochaines semaines.

En octobre auront lieu différents événements que j’ai hâte de vivre et qui annoncent sérieusement le dernier trimestre :

  • La consultation du 8e mois avec une sage-femme de la maternité > J’ai hâte de rencontrer une sage-femme susceptible de m’accoucher, dans les locaux-mêmes de la maternité, et de pouvoir en savoir plus sur l’organisation des accouchements. 🙂
  • La visite des salles d’accouchement > Malheureusement sans mon homme, dont l’emploi du temps ne lui permettra pas de m’accompagner 😦
  • L’échographie du 3e trimestre avec le « Chef » (en espérant qu’en sachant à quoi nous attendre avec lui, ça se passera mieux qu’en juillet !) > J’appréhende quand même qu’il m’embête avec le poids de BBBB et me prédise une césarienne… :-S
  • La première séance de préparation à l’accouchement, mention sophrologie avec une sage-femme libérale 😀 > Vivement que la prépa débute, car je trouve que ça commence tard (7 mois 1/2 en ce qui me concerne). J’ai peur que mon bébé soit prématuré et de ne pas être prête pour l’accouchement. Je sais bien que beaucoup de femmes enceintes éprouvent cette peur, mais rien à faire, je me sentirai mieux une fois la prépa commencée.

Qu’écrire d’autre à part que je savoure véritablement ma grossesse, surtout quand je me remémore les automnes passés…

  • Automne 2011 : on venait de débuter les essais… RAS, mais on ne s’inquiétait pas encore…
  • Automne 2012, nous avions changé de département depuis quelques temps et ce nouveau départ nous faisait espérer une grossesse, mais nous commencions à nous inquiéter un petit peu…
  • Automne 2013 : l’année avait été très difficile. Malgré une grossesse surprise survenant au printemps, juste après l’ordonnance du bilan d’infertilité, la fausse couche nous avait terrassés et nous appréhendions la date d’accouchement prévue à la mi-novembre et la venue de l’hiver le cœur très lourd…
  • Automne 2014 : pas mieux… Nous entamions la PMA avec l’IAC1 en octobre. Par ailleurs, nous avions eu un nouvel espoir en lançant notre projet d’adoption au printemps. Les rendez-vous se terminaient avec les professionnels, mais la conclusion odieuse et incompréhensible de la « psy » alias Maléfique en novembre faisait violemment entrer l’hiver dans nos vies et nos cœurs.

2015 : malgré un échec à l’IAC2 en février, cette année représente pour nous une incroyable (re)naissance. Le rapport d’un nouveau psy  nous permettait d’obtenir le Graal au printemps, simultanément à la perspective d’une nouvelle orientation professionnelle pour Ciconio et à un test de grossesse bleu, positif, à la fonte des neiges… 😀

Cette année est jusqu’ici, tant pour Ciconio et moi-même que nos familles respectives, le début d’un nouveau cycle.

Je croise les doigts pour que la chance continue à nous sourire et qu’elle arrive chez tous ceux parmi vous qui ne l’ont pas encore (re)trouvée.

Publicités

Liebster Award — Partie 1 (publique)

Au retour du mariage en Normandie, j’ai découvert 135 articles WordPress, dont une bonne partie avaient pour titre Liebster Award. Il m’a fallu du temps pour tout lire et tout comprendre, tout en reprenant le travail sur les chapeaux de roue et accuser le coup de l’échec de notre IAC1.

Du coup, je me retrouve probablement la dernière à y participer ! Mais mieux vaut tard que jamais.

Taguée par Madame Pimpin (je n’ai pas vu d’autre tag, mais j’espère que je n’oublie pas une autre copinaute qui m’aurait taguée aussi !), que je remercie et que j’embrasse, voici donc mes réponses aux questions. Pour les anecdotes, j’ai manqué de temps et j’hésite à les publier de crainte d’être reconnue, alors je publierai un article en privé très prochainement. 😉


1- Quel serait ton pouvoir magique ?

Voyager dans le temps. Je sais qu’il ne faut pas interférer avec les événements au risque d’entraîner un effet papillon (ça me fait penser au film, tiens !), mais moi qui aime voyager, j’adorerais voyager ET dans l’espace ET dans le temps. Je pense que la première destination temporelle que je choisirais serait Woodstock. En 1969, ça va de soi. La seconde, sans doute l’Angleterre de l’époque victorienne. Côté riche, bien entendu. Trop glauque sinon.

2- Quel est ton dessert préféré ?

J’adore le chocolat, sous presque toutes ses formes. Bizarrement, c’est encore la mousse que j’apprécie le moins. J’adore la tarte au citron aussi. Alors une part de tarte au citron accompagnée de quelques carrés de bon chocolat (des trois couleurs, je ne suis pas raciste).

3 – Les trois choses essentielles à ton bonheur :

Je vois que tu as souligné le mot « choses », Madame Pimpin. J’imagine donc qu’il faut se concentrer sur les objets. Alors au risque de me mettre certaines copinautes à dos (si je puis dire), je dirais « Jamais sans mon soutien-gorge » ! Je ne suis pas un « grand format », sauf pour la poitrine, que je trouve assez démesurée par rapport au reste du corps ! C’est pourquoi un bon soutif bien enveloppant m’est indispensable. Pour faire du sport, je rajoute même une brassière au-dessus de mon soutien-gorge de sport ! Ensuite, je me vois mal sans mes lentilles/lunettes, et enfin, sans mon ordinateur. C’est mon outil de travail et de loisirs, je passe beaucoup de temps dessus. En me relisant, je me dis que ce n’est pas essentiel à mon bonheur. Je pourrais très bien être heureuse seins nus, à courir sur la plage sans ordinateur et en voyant flou. Oui, sauf que je ne sais pas trop ce que je ferais de ma vie. Ce qui est certain, c’est que cela ferait le bonheur de Ciconio ! Et si Ciconio est heureux… alors… 😉

4 – Ton pire souvenir PMesque :

Je n’ai pas encore beaucoup d’expérience PMesque, mais le pire, bien avant le regard scrutateur et éberlué de l’interne roux (n°3) dirigé pleins feux sur mon intimité lors de l’IAC1, c’est sûrement le moment de doute de Ciconio sur la route du premier rendez-vous au centre de PMA, quand il a eu l’air d’en avoir marre avant même d’avoir commencé. Il m’a vraiment fait peur, cette fois-là. J’ai cru qu’il allait abandonner avant le démarrage et renoncer à tout projet de parentalité. Heureusement, ce n’était qu’un moment de flip de sa part.

5 – Ton meilleur souvenir Pmesque :

J’espère pouvoir un jour dire que mon meilleur souvenir PMesque est la naissance de notre enfant, mais pour l’heure, je dois dire que j’étais assez fière de moi lorsque j’ai fait ma première piqûre seule et que l’infirmière m’a félicitée pour ma précision et mon sang-froid. Un petit pas pour certains, un grand pas pour moi, qui n’avais jamais regardé aucune aiguille me transpercer la peau.

6 – Ton livre, ton film, ta chanson :

Alors mon livre : impossible d’en citer un seul, mais ceux que j’ai déjà lus, relus – et que je relirai à coup sûr – sont : L’Écume des Jours de Boris Vian, Jane Eyre de Charlotte Brontë et Les Quatre Filles du Docteur March de Louisa May Alcott. Ces histoires m’ont marquée, adolescente.

Mon film, là aussi, dur dur de n’en choisir qu’un, mais si je reste sur l’adolescence, alors je me dois de citer : Légendes d’automne. Le film romantique et romanesque par excellence, très agréable à regarder (Brad… !). J’ai encore cette musique en tête. Plus récemment, un film qui me fait pleurer à tous les coups (et ça ne fait pas si longtemps que je me permets de pleurer devant un écran) : Le Premier Jour du Reste de Ta Vie. Je m’identifie à cette famille et je pleure à chaque fois au décès du grand-père, qui me rappelle la perte des miens… Enfin, un thème plus philosophique, je pense à ce film avec Anthony Hopkins (quel acteur !), Instinct, qui fait réfléchir sur l’homme, l’animal et qui est le véritable sauvage sur cette terre… Moi, dès qu’on me parle de la cause des animaux, de toute façon… je suis hypersensible.

Ma chanson, alors là, ça change d’un jour à l’autre. Dernièrement, si tu lis mon blog, ça n’a pas dû t’échapper : Marylin Monroe de Pharrell Williams. Et si je devais emporter de la musique sur une île déserte, j’emmènerais des Préludes et des Nocturnes de Chopin (ce mec devait avoir une connexion directe avec le Ciel…!), un Best Of des Beatles, oh et puis non je ne peux pas choisir. J’emmènerais une connexion Internet juste pour écouter ce qui me chante sur Sp*tify.

7 – Comment as-tu rencontré ta meilleure amie ?

Au collège, on traînait avec des amis communs, puis on s’est rapprochées au lycée quand on s’est retrouvées dans la même classe, pour ne plus jamais se séparer. Nous sommes éloignées géographiquement, mais nous sommes toujours aussi proches et complices. C’est la seule lectrice de mon blog que je connaisse dans la vraie vie, car je peux tout lui dire et elle en sait sans doute plus sur moi que mon propre mari ! Je lui fais entièrement confiance ; c’est ma sœur spirituelle ! ❤

8 – Ton passe temps préféré :

Alors, quand je ne passe pas le plus clair de mon temps à travailler (mais il faut dire que j’adore mon métier, donc je n’ai pas toujours l’impression de bosser), j’adore regarder des séries américaines en VO. J’ai toujours été frustrée de terminer un livre ou un film que j’aime, alors ce concept de série qui traîne en longueur (tant que la qualité y est) me convient parfaitement. J’aime lire, mais comme je lis toute la journée pour mon travail, j’ai pas mal réduit mes temps de lecture hors boulot. Je m’y remets pendant les vacances. J’adore écouter de la musique, en toutes circonstances. Que ferais-je sans musique ???

9 – Le métier que tu exercerais si tu pouvais choisir :

Le métier que j’exerce est celui que j’ai choisi, je l’adore et je ne le regrette pas du tout. Cependant, dans mes rêves de petite fille, j’aurais voulu être… Écrivaine. J’insiste cette fois pour le « e » final. 😉 Ah, si j’avais le talent de mettre toutes mes pensées (et Dieu sait que j’en ai) correctement et joliment sur le papier… Heureusement, mon métier et ce blog me permettent d’écrire un peu, même si ça n’a rien à voir avec la grande littérature.

10 – Ton odeur préférée :

J’hésite entre celle du café moulu et celle de l’amande, pour ce qui est de l’alimentaire. Sinon, mes pussycat dolls, quand elles rentrent du jardin, sentent bon « le frais », un peu comme le linge ! Et elles sont si douces ! ❤

11 – Ton prochain projet à court terme :

J’aimerais dire « avoir un bébé », mais je ne suis plus assez folle pour défier DNLP ! A court terme, c.-à-d. dans trois semaines pile, obtenir l’agrément pour adoption. Le mois prochain, si tout se goupille bien, faire l’IAC2, et puis passer les fêtes le plus sereinement possible, quelles que soient les circonstances. Tenter de garder le moral et la forme est un défi quotidien depuis que l’infertilité a frappé à notre porte.

MERCI à tous pour votre soutien !

C&C vont bien. Hier soir, c’était un peu dur, bien sûr… Ciconia a téléphoné au labo à 16h00 tapantes, mais c’était trop tôt. Elle a rappelé à l’heure indiquée (17h30), et elle a obtenu le résultat suivant : < 3 (avec un espace entre les deux symboles, sinon ça donne un cœur et là Ciconia ne trouve pas le ❤ adapté à la situation !). La secrétaire a précisé « C’est négatif », comme si Ciconia n’avait pas compris. C’est Ciconio, informé par SMS, qui a eu du mal à comprendre. Ciconia a dû lui préciser que « négatif » voulait bien dire « pas enceinte ». Ce à quoi Ciconio a répondu : « Il faut attendre. ». Lorsque Ciconio est arrivé à la maison, Ciconia a dû lui mettre les points sur les i. Non, il ne faut pas rêver : si c’est négatif à 14 DPO, ça ne va pas devenir positif dans quelques jours. L’espoir de Ciconio a mis Ciconia de mauvaise humeur. Elle a commencé à faire la vaisselle puis a jeté le reste dans l’eau sans avoir le courage de continuer. Elle était déjà crevée l’après-midi, mais là elle l’était encore plus depuis le résultat. Elle s’est couchée tôt et s’est endormie tout de suite. Elle était pressée de dormir pour ne plus y penser.

Comme dans la chanson, c’était la jungle dans sa tête.


My Head Is a Jungle [Wankelmut & Emma-Louise]

In a dark room we fight
Make up for our love
I’ve been thinking, thinking ’bout you,
‘Bout us
And we’re moving, slow
Our hearts beat, so fast
I’ve been dreaming, dreaming ’bout you
‘Bout us

Hey
Hey
Hey
Hey

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head, and oh

Oh

I’m speaking
Soft
See the pain in your eyes
I’m feelin’, feelin’ for you, my love

And our bodies, are tired
Our shadows will dance
I’ve been achin’ achin’ for you, my love

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

My love is wasted, sorry for this I never meant to be
Hurting ourselves, hurting ourselves and I’m
Complicated, you won’t get me, I have trouble
Understanding myself, understanding myself and my
Love is wasted, sorry for this I never meant to be
Hurting ourselves, hurting ourselves and I’m
Complicated, you won’t get me I have trouble
Understanding myself, understanding myself

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head is a jungle, jungle
My head

Ho oh oh…


Et puis ce matin, ça allait beaucoup mieux. Après tout, elle ne va quand même pas se laisser abattre à la première tentative ! Elle vous remercie pour toutes vos gentilles attentions depuis hier. Ça l’a beaucoup aidée et elle a trouvé adorable que vous la souteniez alors même que beaucoup d’entre vous en ont connu bien d’autres. L’échec de l’IAC1, ce n’est quand même pas la pire des choses en PMA. C&C en verront sûrement d’autres, alors ce n’est pas le moment de lâcher dès le début.

Ciconia essaye de voir le positif : elle peut continuer la zumba sans problème et va se remettre à la course à pied pour gommer un peu sa taille épaissie par les traitements (+ la paresse + la bonne bouffe du week-end dernier). Elle se dit aussi que pour la prochaine tentative, le dosage de Gonal-F va être augmenté, ce qui devrait aider l’ovulation. Cette fois-ci, elle avait déjà ovulé lors de l’IAC, alors avec un peu de chance, la prochaine fois, l’IAC sera mieux ciblée.

Et puis demain soir, le frère de Ciconia, sa fiancée et les parents de Ciconia viennent manger. Retrouver le goût des choses simples en attendant le prochain J1. En fonction de la date où il tombera, C&C envisageront l’IAC2 pour novembre ou décembre.

❤ Gros bisous à tous et encore merci. ❤

Entre deux rives : impressions post-IAC + EDIT « Boobs & PDS »

L’Après…

Après-midi de l’IAC : une fois à la maison Ciconia et Ciconio mangent de bon appétit et remettent leur intérieur en ordre. Ciconia se rend à la pharmacie pour commander le Progestan. Ils n’en ont pas, il faut revenir le lendemain matin. Enfin, Ciconia, croulant de fatigue, dort comme un loir de 16h00 à 18h00. Ciconio, tel un Prince Charmant, la réveille pour le repas du soir. Elle mange et se recouche immédiatement. Ça crève, les émotions d’une IAC !

DPO1 : après une excellente nuit de sommeil pour rattraper sa nuit blanche pré-IAC, Ciconia retourne à la pharmacie. Il y a un monde fou ! Heureusement, la gentille pharmacienne (pas la patronne, qui voulait lui refiler ses produits anti-vergetures l’autre jour) avance directement jusqu’à Ciconia pour lui remettre la boîte de Progestan afin qu’elle n’attende pas pour rien. Ciconia la remercie chaudement et la nomme définitivement Sa Pharmacienne Préférée. Puis elle découvre les joies des ovules de progestérone. Enfin, la joie des effets qui s’ensuivent après l’insertion. 😉 Si ce n’était que ça, Ciconia aurait l’esprit tranquille…

…Mais de DPO1 à DPO5 : son utérus, ses ovaires et donc sa tête de linotte cigogne travaillent, travaillent, travaillent… Pesanteur dans l’utérus, sensation de sentir exactement où se trouve son utérus, très légère douleur aux ovaires, mal aux reins, fatigues passagères, jambes lourdes, tout cela amplifié la nuit et selon les postures adoptées pour essayer de dormir. Symptômes qu’elle attribue aux hormones injectées et insérées. Du moins, elle essaye de s’en persuader. Si elle n’était pas un petit peu superstitieuse comme toute PMette qui se respecte, elle serait allée chercher le coussin d’allaitement acheté il y a 1 an 1/2 lors de son début de grossesse pour ce même problème de jambes lourdes. Elle avait commencé à saigner le lendemain de cet achat. 😦 Elle ne s’en est pas resservie depuis la fausse couche. Seul Ciconio l’a utilisé une fois après s’être bloqué le dos…

DPO6 : accalmie dans les symptômes. Ça tombe bien, le travail reprend de plus belle, il faut assurer.

DPO7 : Ciconia ressent à nouveau des tiraillements dans l’utérus, surtout en position assise et allongée jambes repliées. Il faut dire qu’en fin d’après-midi, elle a fait un peu de « sport » pour aller chercher ses habits d’hiver au grenier et nettoyer la cabane des chèvres et tout préparer pour que les mascottes (chèvres et chattes) aient tout ce qu’il faut pendant leur absence. Elle a beau y être allée cool pour manier la fourche à fumier (ça fait rêver, hein !), elle se dit que ses douleurs reviennent à cause de cet exercice.

DPO8 : grand départ pour le week-end de mariage en Normandie. C&C se partagent le volant et rejoignent un couple d’amis parents d’une petite fille de 3 mois sur le parcours. Ils continuent le chemin ensemble en faisant des pauses « biberon ». Ils prennent leurs quartiers dans une chambre d’hôtes de caractère et dînent dans un café de marins super sympa avec le futur marié.

DPO9 : départ sous la pluie pour Le Mont Le Plus Célèbre Du Monde (où l’on fabrique de délicieux biscuits et où les omelettes sont dorées au four à bois). Le ciel s’éclaircit et le soleil arrive dans l’après-midi. Une bien belle journée. Plus de symptômes pour perturber Ciconia, qui commence vraiment à déconnecter, même si la vision du bébé en poussette la fait rêver ainsi que Ciconio…

DPO10 : c’est le mariage ! Ciconia et son amie vont se faire coiffer, maquiller et manucurer le matin pendant que leurs hommes s’occupent du bébé/de leur ourlet de pantalon. Un petit McDo le midi pour ne pas perdre de temps et c’est déjà le moment de se rendre à la cérémonie dans une grand abbaye. Ciconia apprécie tous les instants de ce mariage et toutes les personnes qu’elle revoie ou rencontre, notamment des Espagnoles avec qui elle peut pratiquer la langue de Cervantes, un verre de champagne à la main. (Elle a fait attention à tout jusque-là, mais pour la fête, elle s’autorise deux-trois verres de bulles pour trinquer aux mariés, car après tout, rien ne garantit que cette IAC a marché et elle veut encore se faire plaisir.)

DPO11 : les invités ayant séjourné à proximité sont invités à déguster un buffet, puis tout le monde regagne ses pénates. C&C font un crochet par la Ville Lumière afin de rendre visite au frère de Ciconio.

DPO12 : retour à la maison, fatigués, mais heureux de leur week-end. Il fait beau chez eux alors qu’ils ont eu du brouillard sur toute la route. Ciconia retrouve ses « poupées » avec plaisir et commence à cogiter sur la prise de sang de mercredi…

À l’heure où Ciconia écrit ces lignes, on est J25, DPO13, et la prise de sang est prévue demain. Ce qui la perturbe, c’est le moment de la réception des résultats. En effet, si elle fait la PDS à Petite Ville avec les infirmières habituelles, elle craint de ne recevoir les résultats que vendredi (J28, DPO16)… En revanche, si elle va dans un laboratoire de Moyenne Ville, il y a plus de kilomètres à faire et elle ne sait pas si ça vaut le coup de les faire : ça dépend s’il est possible d’avoir les résultats par téléphone dans la journée ou pas… Elle hésite aussi à faire un test urinaire demain matin avant la prise de sang, sans savoir si la progestérone pourrait influer sur celui-ci.

Vivement les résultats en tout cas, car si l’IAC1 est un échec, C&C ont prévu d’enchaîner immédiatement sur l’IAC2 ! Pour l’instant, ils nagent entre deux rives, et c’est un petit peu compliqué à gérer.


EDIT « Boobs & PDS » :

Ciconia a omis un symptôme, et pas des moindres. Ses boobs qui déjà d’habitude ne font pas pitié, surtout en seconde partie de cycle, ont encore gagné en ampleur et en sensibilité grâce à notre amie la progestérone.

Sinon, Ciconia va faire sa prise de sang à Petite Ville demain et pourra demander le résultat par téléphone le soir directement au laboratoire. Elle a bien fait de le demander, car visiblement, si on n’en fait pas la demande, ils refusent de donner le résultat par téléphone (ça pourrait être n’importe qui en même temps !).

Merci pour vos encouragements ❤

La première IAC de C&C — Suite et fin

La suite…

8h30 : le GP raccompagne C&C dans une salle d’attente inconnue, dans un autre couloir (celui des salles d’opération et de transfert et des chambres). Il leur explique que dès que Ciconio aura « fini », C&C pourront aller en ville et revenir dans cette salle à 11h00. C&C ont enfin la certitude que l’IAC aura bien lieu. Quelle frayeur ! Comme quoi, on se fait vite des films quand on est stressé et mal informé !

8h35 : une dame (secrétaire ou infirmière ?) demande les pochettes à C&C et envoie Ciconio « faire s’n’affaire ».

Un peu plus tard (interdit de dévoiler le timing du prélèvement de Ciconio !) : Ciconio revient. Il reste pas mal de temps à tuer avant 11h00. Ciconio sort téléphoner au chauffagiste qui installe le chauffage au rez-de-chaussée. Autant utiliser le temps efficacement et utilement ! Ensuite, il choisit de rentrer à la voiture pour écouter la radio et jouer sur son smartphone. Ciconia préfère lire et écouter de la musique dans la salle d’attente pour le confort d’un vrai siège et aller –encore– aux toilettes (c’est le stress, ça).

9h00 : un roux (un autre hein, pas le sage-femme de l’écho, faut suivre !) entre dans la salle d’attente et salue Ciconia. Tout comme dans la salle précédente, aucun des deux n’échange avec l’autre. Jusqu’à ce que…

9h20 : un forte voix masculine en colère tire Ciconia et son voisin de leur songes. C’est le GP ! Il gueule. Si si, on ne saurait dire s’il est dans le couloir ou dans une pièce fermée, mais tout le bâtiment doit l’entendre hurler. Ciconia n’est pas sûre de tout comprendre, mais elle a l’impression qu’une dame (secrétaire ?) a juste posé une question au GP et que ce dernier l’engueule. Il s’agit de Decapeptyl et d’un risque d’hémorragie… Le GP parle d’une ancienne patiente qui était dans la même situation que la patiente en question, et qui avait fait une hémorragie… Il ajoute, toujours aussi fort, qu’à l’échographie c’était tout noir, qu’ils avaient dû lui faire un curetage direct… Tout cela en rabaissant et en humiliant la pauvre dame en public. Le roux numéro 2 regarde Ciconia d’un air entendu (et désapprobateur vis-à-vis du GP), et Ciconia lui lance : « Quelle discrétion ! ». Il confirme : « [Nom de famille du GP], il est vraiment spécial ! ».

10h40 : Ciconia est seule depuis un petit moment. Elle pense que son voisin a rejoint sa femme en chambre de réveil. Ciconio revient après lui avoir fait signe du parking, tout fier d’avoir trouvé un raccourci jusqu’à la voiture (qui passe devant une crèche –NO COMMENT– sauf si c’est un signe).

The End (or the Beginning of Everything?)…

10h45 : une infirmière invite C&C à s’installer en salle de transfert. Il y a un rideau devant le fauteuil de torture, mais la pièce est hyper lumineuse. Ciconia répète les gestes du matin, mais bien plus en confiance vu le comité restreint. L’infirmière a même la bonne idée de lui poser une couverture sur le bas en attendant la gynéco.

10h50 : une brune à lunettes, souriante elle aussi, arrive avec le Graal les petites graines de Ciconio dans une sorte de sachet relié à une seringue (Ciconia n’a pas trop eu le temps de détailler). C’est elle qui a préparé la semence. 😉 Elle félicite Ciconio pour le nombre de spermatozoïdes qui atteignent 9 millions alors qu’elle n’en demandait pas tant (elle précise qu’elle a besoin de 3 millions au minimum). Ciconia félicite son homme en riant. Tout le monde rit, c’est la fête !*

10h51 : bonne nouvelle, c’est Dr Adorable qui va exécuter l’insémination ! Dr Adorable est la GP femme de ce centre. Elle est diamétralement opposée au GP (OUF). C’est une jolie femme d’une quarantaine d’années, au carré ondulé et au large sourire qui fait son entrée. Elle surprend –en bien– C&C par un grand « Bonjour ! » enjoué, digne d’une entrée sur une scène de théâtre. Le hic, c’est que comme toute tête d’affiche qui se respecte, elle est suivie de sa troupe !

10h53 : Ciconia qui pensait bénéficier d’un peu plus d’intimité que le matin se retrouve donc avec : Ciconio à sa gauche, la même infirmière à sa droite (et qui n’est plus si gentille –elle lui confisque sa couverture bien avant de débuter–), et en face Dr Adorable et l’un de ses suivants… Ciconia vous le donne en mille : ROUX lui aussi.**

Et ce n’est ni celui de l’écho, ni le voisin de la salle d’attente. Sûrement un interne. Il ne parle pas et se place JUSTE EN FACE DE CICONIA. Ciconia tente de faire abstraction pendant que tout le monde se prépare. Elle lance des œillades gênées à son homme en riant discrètement mais nerveusement. En elle se mêlent la gêne d’être les cuisses écartées devant ce monde et la joie de ce moment important. Dr Adorable insère le spéculum et on ne sait quoi d’autre dans son intimité et se retourne pour préparer la semence.

10h56 : l’impatience d’en finir prend le dessus, et pour cause : le roux numéro 3 n’a pas bougé d’un poil et FIXE L’INTIMITÉ DE CICONIA. VÉ-RI-DIQUE. Non, ce n’est pas une vue de son esprit, Ciconio a ensuite confirmé qu’il avait été choqué de ce regard insistant. Ciconia a toujours un sourire gêné et bête sur la face. Elle donnerait cher pour pouvoir lui foutre une baffe à ce gars pour lui dire de poser ses yeux ailleurs tant que l’IAC n’est pas commencée. Lui crier qu’il la gêne avec son regard, qu’elle se sent trop gênée. Elle s’inquiète alors de son épilation, mais elle sait bien que tout est nickel de ce côté-là. Elle regarde encore Ciconio pour se donner du courage.

10h58 : Dr Adorable annonce qu’elle va commencer. Ciconia sent légèrement le cathéter, mais aucune douleur. Dr Adorable lui demande  plusieurs reprises si elle lui fait mal. Qu’elle est adorable ! Ce n’est pas l’autre GP qui demanderait ça, à son avis !

11h00 : c’est enfin fini, Ciconia doit rester allongée sur le fauteuil incliné pendant une dizaine de minutes. ENFIN, CICONIA PEUT REMETTRE SA COUVERTURE ! 😀 Le roux numéro 3 tend à Ciconio deux ordonnances pour le Progestan et la prise de sang. Il aura au moins été un peu utile, celui-là (bien qu’il ait mal orthographié le nom de famille, m’enfin). Toute la clique se fait la malle en leur disant bonne chance et part inséminer une autre vache impudique femme infertile dans la pièce voisine.

11h15 : avec la satisfaction du devoir accompli, C&C se préparent à quitter le centre de PMA. Ils plaisantent sur cette matinée haute en couleurs (d’automne) et longent la crèche pour regagner leur carrosse. Ciconia incline son fauteuil –ça devient une habitude– et se repose enfin sur la route du retour.

* Ciconio avouera plus tard pour plaisanter qu’à ce moment-là il a eu peur d’une erreur de « sachet » et que si elle accouche d’un bébé roux, il se posera des questions (rapport au voisin dans la salle d’attente) ! Ciconia ne demande que ça, elle adore cette couleur de cheveux !

** Vu la présence non négligeable de roux le jour de l’IAC1, C&C en ont conclu que leur cigogneau serait roux… ou ne serait point.


La suite prochainement… Vous découvrirez comment Ciconia a vécu les premiers moments post-IAC1…

La première IAC de C&C — Partie 2

The début du D-Day…

8h13 : après un passage express aux toilettes et un petit coup de lingette, she’s fresh, fresh! Ciconia est de retour en salle d’attente. C’est l’effervescence ! C’est l’heure d’ouverture des secrétariats et les allées et venues dans les salles d’échographie se succèdent, un vrai moulin ! Elle regarde passer avec une grande admiration une femme –charlotte sur la tête– sur un lit d’hôpital, sans doute pour une FIV… Elle pense à vous, les FIVettes ❤

8h15 : Ciconia observe discrètement ceux qui l’entourent et constate que DNLP a au moins le mérite de n’être ni raciste, ni sexiste, ni quoi que ce soit en -iste ou -phobe. Quand elle frappe, elle ne fait pas de différence. La population est pour le moins hétéroclite. Le point commun : les gens ne lèvent pas vraiment le nez de leur smartphone ou livre. Tout le monde est tendu. Ca fait chier d’être là. Ciconia imagine que ses voisins viennent peut-être pour une énième tentative et enrage pour eux. Puis elle se dit qu’au moins à notre époque, on a un peu d’espoir grâce à la médecine, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques décennies.

8h20 : le GP (le Grand Ponte homme de ce centre dont Ciconia vous avait déjà parlé ici) apostrophe la voisine de Ciconia, et comme celle-ci ne réagit pas suffisamment vite à son goût, il se tourne vers C&C. Et là, C&C se lèvent d’un seul homme tellement l’autorité du GP est forte. Elle essaye précipitamment de rassembler ses affaires déjà éparpillées, sa bouteille, son portable avec l’album GIRL de Pharell qui l’encourage, son magazine. Avec le recul, Ciconia met cette soumission sur le compte du stress. Il leur enjoint de rejoindre les sages-femmes. En italiques s’il-vous-plaît car C&C ont failli se tromper de salle d’écho en cherchant des yeux des femmes. Eh non, il s’agissait de deux hommes (oui oui : le noir et le jeune roux que vous attendiez tous !). C&C ne remettent pas du tout en cause les hommes sages-femmes, mais à ce moment-là, au comble de la nervosité, ils ne s’attendaient pas à eux. Une fois dans la salle, le GP ne prend même pas la peine de dire bonjour (contrairement aux sages-hommes*) ni de dire à Ciconia qu’elle doit se mettre en pôle position tout de suite. Ciconia ose quand même un « Je m’installe ? » pour briser la glace. À croire que c’est le premier jour pour les SH, car ils sont raides comme des piquets. En fait, seul le GP est à l’aise… Enfin, il ne cache pas qu’il est pressé, mais reste tout de même assez courtois (jusque ce qu’il faut). Ciconia enlève donc le bas et se dit que même dans ses rêves les plus fous (qui tout compte fait sont bien sages par rapport à la situation), elle n’aurait jamais imaginé se retrouver nue (à moitié nue, OK, mais bon, c’est le bas qu’elle a dû enlever, quand même) dans la pénombre (heureusement) au milieu de quatre hommes. QUATRE HOMMES. Une première pour Ciconia. Le GP –qui vous le verrez plus tard, est vraiment space–, un jeune roux (25 ans maxi), un noir et… son mari Ciconio qui observe la scène (le plus gêné de tous après Ciconia, sûrement). A l’écran, Ciconia n’a pas le loisir de voir grand chose que déjà, le GP s’exclame : « A ovulé ! » d’un air que C&C ont alors interprété comme embêté. Mais le GP n’est pas facile à déchiffrer. Il a prononcé ces mots comme il aurait dit « A voté ! » et les deux SH opinent du chef (mais Ciconia voit bien qu’ils n’ont rien eu le temps de voir et qu’ils disent oui parce qu’ils ont eux aussi un peu peur du chef !). Le GP avoue qu’il va vite mais que c’est comme ça qu’il doit faire, qu’il ne faut pas perdre de temps. Il se tourne vers Ciconia pour savoir à quand remonte la dernière écho et combien il y avait de follicules. Ciconia le renseigne, le GP n’a pas l’air très content, et du coup Ciconia n’arrive pas à savoir si tout cela est bon ou pas, à part que l’ovulation a déjà eu lieu. Elle remet vite ses habits (vite sortir de là !) et regarde Ciconio qui visiblement partage son incompréhension et son inquiétude. Ils n’osent même pas poser de question et Ciconia commence à se faire un mauvais film (rien d’excitant cette fois) : et si l’IAC était annulée parce que l’ovulation a déjà eu lieu ??? 😦

*Je me permets de masculiniser cette profession. Je suis pour la féminisation des noms et dans ce cas-là, le contraire me paraît normal aussi. Et puis c’est plus rapide à écrire ! 😛


La suite prochainement… Vous découvrirez si Ciconia, telle une vache, a quand même été inséminée ce jour-là…

La première IAC de C&C — Partie 1

The Before du Grand Jour…

Vous connaissez la loi des séries ? Elle s’applique souvent ! La semaine précédant les premières piqûres et toutes les questions qui allaient avec, Ciconia avait assez peu de travail. Bien évidemment, tout s’est accéléré au début du cycle. J1 s’est pointé lors du départ en week-end à Frites Région, donc essai de la cup majoritairement en voiture et chez ses amis (autant vous dire qu’aucune erreur n’était permise) ! 😛 Dès J6, les premières injections de Gonal-F s’étaient très bien déroulées et Ciconia avait pu se piquer dès le deuxième soir et enfin toute seule comme une grande par la suite. Sans douleur, sans effets secondaires, l’idéal. L’échographie du J9 avait démontré 2 follicules et le déclenchement à l’Ovitrelle avait été prévu pour le J10. J11, veille de l’IAC, la tension atteignait son paroxysme ! C’était pour le lendemain ! Mais il fallait d’abord terminer tous les projets professionnels en cours afin d’être aussi sereine que possible pour l’IAC. Ce jour-là, Ciconia a travaillé jusqu’à 21h00, a préparé son « sac spécial IAC » (contenant bien entendu de quoi grailler, à boire, un magazine, son téléphone et sa musique et ses écouteurs) et s’est couchée tôt. Mais elle a passé une nuit atroce. Comme elle était tendue comme un string malgré tous ses efforts pour respirer par le ventre, son cerveau ne faisait que ressasser ce qui allait se passer le mercredi, réveillant ainsi toutes les tensions habituelles de son corps en période de stress : bruxisme, douleur au tendon qui a vite envahi tout le côté droit de la tête au pied… Sans compter qu’elle a fait de drôles de rêves dont elle ne se souvenait plus distinctement au réveil… Elle a dû dormir 4 heures en tout et pour tout…! 😦

5h45 : radio-réveil. Nooooooon ! Je n’ai pas assez dormi ! NO WAY! Ah si, c’est le grand jour, pas le choix ! Il faut se lever et réveiller Ciconio à 6h00. Coup d’œil au miroir dans la salle de bain : whaou, super fraîche et rayonnante quelle face de déterrée !

6h35 : départ pour Grande Ville. Le deal était que Ciconia conduirait à l’aller et Ciconio au retour. Heureusement qu’elle a bu un peu de café car en plus il y a du brouillard. Tout ce qu’elle aime. Elle hésite sur l’itinéraire à plusieurs carrefours car elle n’a pas encore tout à fait intégré la route, et là en plus il fait noir. Ça soulève l’exaspération de Ciconio qui lui non plus ne s’est pas levé du bon pied !

7h30 : le brouillard se dissipe et le jour se lèèèèèèèèève. Regarde le jour se lève. Dans la tendresse sur la ville. Tu me fais vivre. Comme dans un rêve. Tout ce que j’aime. Non, cette chanson ne fait pas partie de la playlist de Ciconia. C’est juste que dans la vie, elle trouve toujours des paroles de chanson en rapport avec les événements. Parenthèse refermée. Le trajet est interminable. Heureusement qu’il y a la radio pour se donner du courage.

7h50 : C&C sont coincés dans un bouchon à l’entrée de Grande Ville à cause d’un feu rouge situé juste avant un rond-point. Feu rouge qui est censé réguler la circulation, mais qui en fait crée tout seul un embouteillage. Ciconia peste, car elle voit bien qu’ils vont arriver en retard au rendez-vous de 8h00. Ciconio la met en garde : si elle continue comme ça elle va foncer dans la voiture de devant. Ciconia respire par le ventre pour patienter calmement.

8h00 : C&C passent enfin le feu et peuvent rouler normalement jusqu’au centre de PMA.

8h10 : Arrivée dans la salle d’attente. Il y a déjà une dizaine de personnes. Ciconia se laisse choir sur l’une des dernières chaises disponibles et souffle enfin.


La suite prochainement… Vous découvrirez comment Ciconia, dans ses rêves les plus fous, n’aurait jamais imaginé se retrouver nue dans la pénombre entourée de quatre hommes : un vieux médecin trop space, un noir, un jeune roux et… son mari qui observe la scène.

En plein dedans

Ciconia n’a pas encore eu le temps de revenir vers vous depuis vendredi ! Elle a un taf monstre, ce qui l’a obligée à bosser samedi et l’oblige encore à se magner pour finir tous les projets d’ici mardi soir, car l’IAC est prévue mercredi matin !

Note importante : Ciconia est la chef des piquouses, maintenant ! L’infirmière l’a félicitée samedi sur son aptitude à se piquer seule sans hésitation ! Ben oui, faut bien rentrer dans le lard à un moment donné ! Elle a même varié les plaisirs en essayant la cuisse hier soir. Ça rentre comme dans du beurre ! Il faut bien dire que c’est facile avec les stylos. Une fois la première étape psychologique du Je me pique toute seule passée, c’est de la rigolade ! 😛

Dimanche matin, C&C sont partis à 8h00 tapantes pour leur rendez-vous de 10h00 au centre de PMA de Grande Ville. J9 : première écho ! Ciconio a déposé Ciconia à 9h30 pour aller faire des courses pendant qu’elle allait se faire endoéchographier. Ciconia pensait se retrouver dans une salle d’attente comble, mais elle était deuxième. Le couloir de la PMA n’était même pas ouvert à 9h40 et il a fallu que l’autre PMette et Ciconia attendent debout.

L’autre PMette lançait des regards en coin à Ciconia quand elle pensait qu’elle ne la regardait pas. On aurait dit qu’elle avait envie de parler mais qu’elle n’osait pas. Pourtant, Ciconia lui a bien tendu une perche en lui demandant si c’était bien là que les écho avaient lieu pour la PMA le dimanche. « Je pense que oui », lui a-t-elle répondu, mais sans développer. Elle était trop occupée à répondre à des SMS. De toute façon, Dr AGP (la jeune gynéco en charge de leur dossier au centre de PMA) est arrivée à 9h50 et a démarré de suite avec l’autre PMette, donc l’attente n’a pas été longue.

L’autre PMette est restée 5 min montre en main dans la salle de consultation dont les murs ne sont pas très épais. Ciconia a tout entendu ce qui se disait. Il faut dire qu’il n’y avait personne dans ce bâtiment à part la doc et les deux PMettes. Pas de « bruit de couloir » pour masquer la conversation ! Ciconia a donc appris que l’autre PMette devait se déclencher à l’Ovitrelle le soir-même et commencer les rapports mardi. Une stim’ simple, donc. En quittant le bâtiment, l’autre PMette a tout de même adressé un sourire timide à Ciconia en lui disant au revoir. 😉

Au tour de Ciconia : Dr AGP remplit le formulaire de l’IAC en lui posant quelques questions sur son protocole. Elles plaisantent sur l’expression « Ça rentre comme dans du beurre » à l’évocation des stylos de Gonal-F et ni une, ni deux, Ciconia se retrouve les quatre deux fers en l’air pour l’écho endovaginale. D’emblée, Ciconia aperçoit deux grosses tâches noires : deux beaux follicules sont déjà au taquet : l’un mature (19 mm) et l’autre quasiment (16 mm). Dr AGP la félicite pour son bel endomètre et sa belle glaire (oui, la PMA redéfinit toute la notion du compliment, mais Ciconia les accepte tous). On décide donc de prévoir la dernière stim’ au Gonal le soir-même (dimanche) et de déclencher à l’Ovitrelle lundi à 21h00 (ce soir, donc).  Ainsi, le follicule de 16 mm a encore le temps de se développer et avec un peu de chance, les deux seront fin prêts pour mercredi matin, jour de l’IAC qu’on espère U. Et nul besoin de refaire une écho à Moyenne Ville avec Dr Grande (tant mieux). 10h05, trois couples sont arrivés en salle d’attente entre-temps.

10h10 et Ciconia est déjà dehors, enfin dans le hall du CHRU car elle a bêtement oublié son portable dans la voiture et ne peut donc pas prévenir Ciconio qu’elle a déjà fini. Elle qui s’imaginait poireauter des heures, c’est une bonne surprise. Bon on verra mercredi : ce ne sera sûrement pas la même histoire en semaine. Pour tuer le temps, elle commande un jus d’oranges pressées qu’elle n’a pas pu se faire à la maison, faute de denrées disponibles. Elle le savoure jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive qu’elle est cernée d’affiches prônant l’allaitement. Pas le choix, si elle veut que Ciconio la voie en entrant dans le hall, elle n’a pas d’autre lieu où s’asseoir. Du coup, elle se dit que ça doit être un signe que ce cycle-ci c’est la bonne. Comme s’il n’y avait jamais eu de signe auparavant (laisse-moi rire). On s’occupe comme on peut.

Sa dernière occupation avant le retour de son homme, Ciconia s’en serait bien passée : suivre des yeux une femme enceinte de 4-5 mois peut-être, qui sort de l’hôpital pour s’en griller une à la vue de tous. Et elle déguste, la PB indigne, vas-y que je prends des airs pour sucer ma clope et même que j’en ai rien à foutre de fumer alors que je suis enceinte et par-dessus le marché, devant un hôpital. Même pas la décence de faire ça discrètement !

Oui, Ciconia le sait que ce n’est pas beau de juger. N’empêche que. N’empêche que. Grrrrrrrrr… N’empêche que tu fumes et que pendant ce temps-là, un joli couple sort du bâtiment PMA en parlant de mercredi matin, et Ciconia se dit qu’elle les reverra peut-être le jour de l’IAC dans la salle d’attente. N’empêche que tu fumes et que pendant ce temps-là, y’en a qui se piquent pour avoir ta chance. N’empêche que tu fumes et que pendant ce temps-là, y’en a qui flippent à mort parce qu’elles ont enfin ta chance, qu’elles ont parfois déjà eu cette chance mais qu’elles l’ont vue s’envoler parmi les étoiles alors qu’elles n’avaient pris aucun risque. VDM. V pour vision ou pour vie, c’est selon.

Bref, Ciconia s’égare. Elle ne va pas refaire le monde, et surtout pas celui des PB indignes. C&C se sont ensuite promenés dans la vieille ville avant l’arrivée de la pluie. Ils ont passé un bon moment à longer le fleuve et à admirer les jolies pierres. Ils ont même plaisanté en disant qu’ils allaient enlever les jumelles en poussette croisées au détour d’une ruelle. Just kidding. [D’ailleurs en parlant de jumelles, la PB la plus célèbre du monde attendrait des jumelles. Info ou intox ?]

Mais revenons-en à nos cigogneaux : Ciconia a même pris quelques photos pour faire semblant qu’ils étaient venus dans le seul but de faire du tourisme. Le midi, ils ont dégusté des plats délicieux (et équilibrés –spéciale dédicace à Miliette rapport aux légumes et aux protéines– !) dans un restaurant exotique à souhait. Ils ont fait le plein de vitamines et d’épices. Il faut dire qu’il faut tenir le rythme, et ce n’est que le début.

Mercredi, c’est le premier jour du reste de leur vie. Ou pas. On le saura d’ici Halloween. Mercredi, c’est la fête d’un des proches de Ciconia. Encore un signe. Ou pas. On le saura d’ici Halloween. Dommage qu’on ne fête pas vraiment Halloween dans nos contrées… Ça aurait aidé Ciconia à patienter. Il y aura le mariage d’un ami en Normandie le 25 en attendant. Pas de bol, est-ce que Ciconia osera boire des bulles sans connaître le verdict de cette IAC ??? Pour l’occasion, elle s’est acheté une robe colorée sur Internet. Pourvu qu’elle lui aille, qu’elle la rende belle et l’aide à patienter !

Pour le moment, cap sur l’IAC de mercredi. 🙂