État des lieux à 38,1 SA [Grossesse]

Quoi de neuf depuis mon dernier article ?

Les derniers rendez-vous

L’obstétricienne

Eh bien rien de bien nouveau… La consultation du 9e mois auprès d’une gynécologue-obstétricienne de l’hôpital a eu lieu la semaine dernière. Dr Vitaminée — comme je vais l’appeler ici parce qu’elle est relativement jeune et un peu speed — a examiné la radio de mon bassin, l’a trouvé de taille correcte et a programmé une nouvelle échographie la semaine prochaine pour savoir si mon bébé pourra « passer ». On a de la chance que dans cet hôpital baby-friendly, la césarienne ne soit pas imposée d’office dans notre cas de « beau bébé en siège ». En revanche, c’est péridurale d’office et ils évitent les déclenchements pour les sièges en cas de dépassement du terme. Pour Dr Vitaminée, si tous les feux sont au vert avant et pendant l’accouchement, la voie basse sera envisagée. Sinon, Ciconio pourra m’accompagner au bloc en cas de césarienne à condition que l’anesthésiste soit d’accord, ce qui est déjà énorme.

Dr Vitaminée a effectué un prélèvement vaginal et un toucher vaginal que j’ai bien senti passer. Gros bémol pour cette doc : c’est la première fois de ma vie que je vis un TV comme celui-là. Elle y est allée comme une bourrine et j’ai eu l’impression qu’elle allait y mettre le bras entier. Excusez-moi de parler crûment, mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti. J’ai serré les mains fort sur la table… Ciconio a même entendu des « bruits de butée », c’est dire !

Si c’est elle qui m’accouche, j’espère vraiment qu’elle sera plus douce !!! :-S

Pour l’accouchement, trois solutions « s’offrent à nous » (j’emploie les guillemets parce qu’à ce niveau on n’a plus guère le choix que de s’adapter à la situation…) :

  1. BBBB « passe » en théorie, puis l’accouchement progresse convenablement : voie basse
  2. BBBB « passe » en théorie, mais l’accouchement ne progresse pas convenablement : césarienne d’urgence
  3. BBBB « ne passe pas », déjà sur le papier : césarienne programmée ou non (on nous laisserait le choix)

L’anesthésiste

La semaine dernière toujours, j’ai rencontré l’une des anesthésistes de l’hôpital. A-do-rable. Bon, il faut la suivre car elle a un accent de l’Est digne de Martha, la prof d’arts plastiques incarnée par Julie Ferrier 😀

Un vrai moulin à paroles ! Remarquez, la pauvre, elle doit en passer du temps à expliquer toujours la même chose aux femmes enceintes concernant la péridurale, etc.

Elle a commencé son speech sur le fait que la péridurale n’était pas obligatoire si la dilatation allait vite et que je ne souffrais pas trop… Après tout son bla-bla, j’ai enfin pu en placer une pour préciser que BBBB était en siège. Elle a rejoint Dr Vitaminée sur ce point : dans mon cas, je n’ai pas trop le choix, c’est péridurale d’office.

Elle a trouvé ma bouche petite, ce qui l’inquiète pour une éventuelle anesthésie générale… Mais ne vous inquiétez pas, c’est très rrarrre !!! Rassurant.

Elle a aussi précisé que je ne devais pas m’inquiéter si je vomissais : C’est pas grrrrave, on nettoierrra tout ! Rassurant.

Elle m’a rapidement fait simuler la position à adopter pour recevoir la péridurale, pour m’entraîner.

Bref, j’ai trouvé cette personne très sympathique et j’aimerais bien qu’elle soit de garde le jour J, même si la perspective de ma trop petite bouche et du vomito ont ajouté des craintes à toutes les craintes que j’ai déjà…

La visite des salles de naissance

Une agréable visite. J’avais déjà entre-aperçu les salles d’accouchement lors de mes monitos, mais là une gentille sage-femme nous a fait une visite guidée complète de tout l’étage maternité. Trois salles sont ornées d’une fresque murale : l’une exotique, l’une bucolique, la dernière viticole. 😉 Ayant fait 5 fois les vendanges, je pencherais pour la vision des vignes pendant l’effort. Promesse d’un bon petit verre de Beaujolais comme réconfort après l’effort. Petit clin d’œil à qui se reconnaîtra 😉

J’ai bien aimé l’ambiance décontractée et positive entre les personnes du personnel. Les femmes de ménage riaient aux éclats en travaillant et tout le monde était accueillant et souriant. Bien sûr, il n’y avait personne en salle d’accouchement, alors ça aide à la décontraction. J’imagine qu’un jour de pleine lune l’ambiance aurait été différente. D’ailleurs, c’est vrai, cette histoire de hausse du nombre des naissances à la pleine lune ??? La prochaine a lieu le 25 novembre…!

Mon ressenti

Mes peurs

Inutile de vous dire que je ronge mon frein en attendant l’écho du 20 novembre. Je ne suis pas pressée d’accoucher ; plutôt de savoir à quelle sauce je vais être mangée. Quand on me demande si je suis impatiente, je réponds « oui et non ». Oui, j’ai hâte de faire connaissance avec notre petit garçon et surtout d’être sûre qu’il est né en bonne santé et que cette étape décisive est franchie. Mais non, je n’ai pas hâte d’accoucher. Il reste 3 semaines, aussi. On n’en est pas encore au terme.

J’ai toujours rêvé de devenir maman, jamais d’accoucher. C’était même l’une de mes plus grandes peurs… Je dis « je », car c’est bien moi et moi seule qui vais passer à la casserole. Je sais que je serai seule dans ma peur et ma douleur, même si mon homme sera à mes côtés. Il ne pourra pas ressentir ce que je ressentirai et ne pourra pas faire grand-chose pour me soulager, même si sa présence sera pour moi indispensable.

Concrètement, je crains comme toutes les futures mamans le trajet jusqu’à la maternité. En effet, de lundi prochain aux vacances de Noël, Ciconio suivra sa formation continue à 1h45 de chez nous… Il ne rentrera pas tous les soirs vu la distance (il a une chambre d’étudiant)… Alors je croise les doigts pour avoir le temps de détecter les contractions à temps afin qu’il puisse revenir et me conduire à la maternité en toute « sérénité » !

À l’arrivée à la maternité, j’ai peur de plein de trucs. Bien que cette maternité soit raccord avec beaucoup de mes souhaits : pas de surmédicalisation inutile, encouragement à déambuler et à adopter des positions d’accouchement verticales, pas d’épisiotomie, de césarienne ou autres gestes médicaux sans raison valable, encouragement à pratiquer le peau à peau… J’ai peur de tomber sur une personne pas sympa avec qui je ne me sentirais pas à l’aise… Peur qu’on pratique sur moi des gestes sans me prévenir… Peur d’être instrumentalisée et déshumanisée en quelque sorte. Je m’imagine dans le pire des scénarios à la merci du personnel médical, forcée de me laisser faire, de subir… Mais ça, c’est quand je n’arrive pas à me rendormir au petit matin…!

 Mes espoirs

Je ne vois pas tout en noir, loin de là ! La journée (quand j’ai réussi à dormir correctement la nuit), je me dis que tout va bien se passer, que j’approche du but et que je ne vois pas pourquoi ça n’irait pas pour nous. Je préfère de loin cogiter sur tout ça que de vivre les affres de l’infertilité…! Je suis consciente de notre chance. Je pense à Noël qui va être tellement différent cette année…!

Je me demande quand je vais enfin réaliser pour de bon en fait…! 😉 Sans doute quand je pourrai enfin caresser la petite tête de mon Babybulle… ❤

Publicités

15 réflexions sur “État des lieux à 38,1 SA [Grossesse]

  1. On pensera l’une à l’autre le 20 alors, première écho pour moi et peut-être dernière pour toi 😉
    Je comprends tes inquiétudes, mais tout va bien se passer ! En tout cas, je te le souhaite et je croise pour ça ! Bonne dernière ligne droite ! Bises

  2. Aaaaaaah voilà les nouvelles ! Contente de te lire. Bon alors pour le vomito, je te rassure, a priori une femme sur 2 vomi le jour de son accouchement, donc pas d’angoisse, c’est du déjà vu. Pour le reste, a fortiori avec un bébé en siège, ça semble plutôt légitime et normal de flipper un minimum (si ça peut t’aider, je compatis, pour les jumeaux, le 2ème bébé arrive 90% du temps en siège car on va le chercher en le tirant par le pied – oui c’est vrai !). Après, tu devrais peut être quand même prévoir un moyen d’aller à la mater sans attendre Ciconio et qu’il te rejoigne là-bas, moi je sais que ça me rassurerait (et c’est d’ailleurs ça qui me stresse aujourd’hui, appeler le bon interlocuteur : taxi, samu, pompiers en fonction de ce qu’il se passe, de quand ça se passe, etc). Bref, le terme arrive et je crois que les peurs et appréhensions font partie de ce dernier round (j’étais au tél avec une amie qui a déjà un enfant et qui doit accoucher sous peu et elle a malgré tout aujourd’hui ces craintes dont tu parles). Quant à ne pas réaliser, ça me rassure ! A part le gros ventre que je balade fièrement, je n’arrive pas du tout à imaginer que 2 petits êtres vont en sortir bientôt et que ce seront mes bébés. Peut être en effet qu’on ne réalisera vraiment que quand on les entendra pleurer et qu’on pourra les avoir (enfin) dans nos bras…
    Prends bien soin de toi en tous cas, très heureuse d’avoir de tes jolies nouvelles ❤

    • Coucou ! Mes voisins (en retraite et présents 24H/24, 7j/7) peuvent me conduire si nécessaire. Ma sœur n’habite pas loin non plus… 😉
      Merci pour tes encouragements, idem pour toi, repose-toi bien en mode mamie même si ce n’est pas ta nature ! J’avoue que même si je ne suis pas hyperactive de nature, je m’ennuie parfois en ce moment, maintenant que tout est prêt… Du coup aujourd’hui je vais préparer des lasagnes à congeler pour le retour à la maison, quand je n’aurai plus le temps 🙂
      Gros bisous !

  3. Ce sont des bonnes nouvelles dans l’ensemble ! Peu importe la façon dont vient bébé, ce qui compte c’est qu’il sorte en bonne santé ! Moi je suis à 37+4jrs aujourd’hui et j’ai plein d’appréhensions et de craintes vis à vis du jour J, je n’arrive même pas vraiment à réaliser que ca va arriver tout bientôt ! Bises !

    • Ça me rassure ! Les gens pas directement concernés ont trop tendance à nous dire que tout ira bien en niant nos craintes, donc je n’ose pas toujours les formuler… Courage à toi aussi (et bonne épilation) ! 🙂

  4. C’est vrai que le petit matin et la nuit est général sont propices à cogiter. Ma psy m’avait déjà dit que c’est normal: la nuit on est fatigué, donc on a tendance à être plus fragile et on peut avoir plus de pensées stressantes.
    Concernant tes craintes sur l’accouchement, même si je ne suis pas encore enceinte, je sais que c’est le genre de truc qui me ferait peur: de me sentir instrumentalisée et de sentir que je n’ai pas de contrôle sur ce qui se passe. Dis-toi que tu peux toujours t’exprimer sur ce que tu veux ou non (et si tu peux pas le faire, ton chéri le fera à ta place!).
    Je t’envoie mes bonnes pensées pour ces derniers miles.

  5. Craintes légitimes, je te suis à la culotte (37sa) et j’évite de penser à ça, advienne que pourra. Je rejoins Nanou sur le moyen de locomotion au cas où même si j’entends souvent dire qu’on a le temps de se rendre à la mater quand les contractions débutent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s