De 2014 à 2015

2014-2015Bonne année 2015 à toutes et à tous !

Ça y est, la page de l’année 2015 s’est tournée voilà bientôt une semaine, déjà… Ce fut l’occasion pour beaucoup de blogueurs et blogueuses de faire le point sur l’année écoulée et de coucher sur le clavier leurs espoirs pour 2015. J’ai pour ma part manqué de temps ces dernières semaines pour commenter vos publications et écrire sur ma vie, mais je vous ai lus, tous ! J’ai eu pas mal de travail avant Noël et ensuite les festivités se sont succédé à la vitesse de la lumière.

Le passage d’une année à l’autre

Ciconio et moi avons parcouru 2 500 km pendant les fêtes de fin d’année pour nous rendre dans 3 régions différentes et être reçus dans 10 foyers différents ! Entre les visites, nous sommes rentrés chez nous 2-3 jours pour faire des lessives, prendre soin de nos mascottes et refaire nos sacs pour la destination suivante ! Autant vous dire que nous ne sommes pas au top de notre forme physique, étant rentrés le 4 au soir tard avec seulement le lundi 5 pour récupérer un tant soit peu (Ciconio a même chopé un semblant de gastro et est en arrêt), et moi, aujourd’hui, j’ai baillé toute la sainte journée devant mon PC où le boulot m’attendait déjà.

Ce soir, Ciconio somnole dans le lit et je devrais être sur mon tapis de yoga, mais une panne de chauffage dans la salle nous contraint à annuler la séance. Au lieu de pratiquer chez moi comme je le devrais si j’étais raisonnable, j’ai rouvert une boîte de chocolats belges et je me suis enfilé 3 pralines bien grasses au chocolat blanc… Pas bien !!! Surtout après l’avalanche de plats tous plus riches les uns que les autres depuis 3 semaines ! Enfin, je vais me remettre au sport cette semaine avec la reprise de la zumba jeudi, et dès que mon ostéopathe sexy m’aura remis ma jambe droite en place samedi, je me remettrai à la course à pied.

Si je devais faire le bilan de ces fêtes de fin d’année, je dirais qu’elles se sont déroulées quasiment sans fausses notes. En tous les cas, si elles étaient plus contraignantes quant au kilométrage, je les ai bien mieux vécues que celles de l’année dernière où j’avais fini en larmes dans ma voiture le premier de l’an sans trop savoir pourquoi (avec le recul, j’ai compris que de voir des trentenaires –qui ne sont pas des amis proches– avec gros ventre/bébés/enfants toute la soirée de la Saint-Sylvestre, ajouté à la fatigue, m’avait fait péter les plombs suite à une taquinerie même pas méchante de Ciconio devant ses copains). La honte, car je croyais avoir été discrète alors qu’en fait tous les amis de Ciconio avaient su que j’avais pleuré et je sais qu’ils en ont parlé entre-eux par la suite. En même temps, ça a peut-être eu du bon car je constate que beaucoup d’entre-eux ont du tact avec nous quand il s’agit d’aborder le sujet des enfants. Ils ont compris sans qu’on doive leur donner trop de détails.

Un Noël en famille

Cette année, nous avons passé les jours précédant Noël et le jour de Noël dans ma belle-famille. Je vous vois d’ici, les filles, à attendre impatiemment que je vous narre les dernières remarques de ma belle-mère pour la critiquer et me soutenir. Eh non, elle est tellement adorable que je n’ai rien à lui reprocher ! Elle me fait des compliments et me couvre d’attentions sans pour autant exagérer, et je sais qu’elle m’aime vraiment fort. Et c’est réciproque ! De ce côté-là, rien à signaler. Ciconio a une grande famille et ne compte plus ses cousins, donc les repas chez les uns et les autres ont été très chaleureux.

Le 22, nous avons chacun fait une séance de magnétisme et d’hypnose chez un rebouteux du coin, dans un village perdu d’Auvergne. Ce fut mémorable pour moi qui suis véritablement entrée en hypnose sans m’en rendre compte. Cette expérience m’a marquée, je dois dire. Elle fera l’objet d’un post à part, car cela vaut vraiment le coup de tout vous raconter en détail comment j’ai mentalement « aspiré le négatif » présent dans mon inconscient, mon conscient, mon utérus et bien plus encore… 😉

Le 24, nous avons rendu visite aux grands-parents maternels de Ciconio. Ils sont toujours contents de nous voir, mais perdent la mémoire à cause de l’âge et cela donne des questions du type : « Alors, il y a de l’avancement ? » Devant notre mine étonnée : « Au niveau du ventre ? » (Comprendre, alors, toujours pas de gros ventre ?) Et ce genre de phrases est répété plusieurs fois en quelques minutes. Mais ce n’est pas malintentionné et on sait que c’est parce qu’ils croisent les doigts pour nous.

Le 25, nous étions invités chez la sœur de Ciconio, qui a deux enfants (un garçon et une fille). Il fallait voir le sapin ! Ça faisait des années que je n’avais pas vu autant de cadeaux d’un coup ! Et il n’y a que deux enfants dans la famille (pour le moment) ! Avec le frère de Ciconio, célibataire, nous avons offert aux neveux un baby-foot. Les deux oncles ont donc passé un bon moment de l’après-midi du 25 à monter l’engin. Je soupçonne ma belle-soeur et son homme d’en avoir bien profité au nouvel an avec leurs amis. Nous, on a dû partir peu de temps après le montage car Ciconio bossait le 26.

Le week-end des 27-28, nous étions conviés chez mon frère et sa fiancée, les futurs mariés de l’an 2015. Un mariage mixte s’il-vous-plaît (spéciale dédi à Bounty). J’ai bien apprécié ces moments avec eux et mes parents et ma sœur qui étaient aussi de la partie, pour fêter Noël avec les miens. Mon frère a récemment emménagé au pays des cigognes, c’est donc tout naturellement que nous sommes allés à l’un des marchés de Noël les plus célèbres. J’ai adoré cette ambiance, les maisons, les décorations, le pain d’épices, les senteurs de cannelle et de gingembre, même si le froid piquait sérieusement !

Il piquait les petites cigognes aussi… J’ai eu mal au cœur de voir mes congénères transies de froid… clouées au sol par un affreux grillage avec aucun toit pour les abriter des pluies verglaçantes et rien pour les protéger des -10°C qu’il faisait ce jour-là… Tout cela pour pour une seule raison : essayer de multiplier le nombre de cigognes dans la région en empêchant les jeunes d’émigrer. Après quelques années, elles sont déboussolées et ne savent plus comment partir, alors elles restent. Sauf que les obliger à rester est une chose, mais ne pas leur offrir d’abri en est une autre. Le comble : les outils de jardin étaient abrités dans une jolie remise, juste à côté ! On sait dépenser des sous pour protéger les outils, mais pas les animaux… Brigitte, si tu m’entends… Non, sérieusement, ça m’a vraiment dégoûtée. Pas étonnant qu’elles ne trouvent plus le chemin des copinautes, après !

Un Nouvel An sous le signe de l’amitié

Après une matinée de travail chargée pour Ciconio, nous avons pris le large (pour la troisième fois) pour finir l’année en beauté et en amitié à Frites Région (ma région d’origine ainsi que celle de Miss France 2015 :-P). Il fallait se costumer en « héroïne ou héros de notre enfance ou adolescence ». Dévoiler notre déguisement risquerait de mettre à mal notre anonymat, mais nous avons quelques photos d’anthologie ! 😀

C’est passé à la vitesse de l’éclair : les douze coups de minuit se sont invités au beau milieu de mon assiette de dinde, des jeux de société ont rythmé les premières heures de 2015 dans les rires et la bonne humeur. Comme c’est simple et agréable d’être avec ses meilleurs amis, on est soi, sans fioritures, et on est aimée telle qu’on est ! Un réveil tardif dans les effluves de café et de petits pains au chocolat et déjà il faut dire au revoir, et filer encore un peu plus au Nord pour voir mes grands-mères.

Du 1er au 4, nous avons fait toutes les chapelles (comme disent les carnavaleux de Dunkerque). Toute une organisation, mais il le faut si on veut consacrer du temps à chacun.

Sur la route du retour, nous avons fait une dernière halte à Champ’ Ville chez un couple d’amis de Ciconio que j’appellerai M. et Mme Généreux. Ils sont parents de deux petites filles adorables. Ciconio est le parrain de l’aînée. Elle m’appelle Tata et depuis sa naissance, on a des affinités. Elle a un sourire mutin et un petit nez en trompette, des yeux malicieux, une peau toute douce quand elle s’accroche à mon cou pour me faire un câlin. J’en ai les larmes aux yeux de parler d’elle. Je n’en reviens toujours pas qu’elle me témoigne autant d’affection. Je n’ai plus ou pas encore l’habitude des câlins d’enfants. Ceux-là sont spontanés, sincères, vrais. Pas calculés. Mon hypnotiseur m’a dit que les enfants sont davantage dans l’inconscient que dans le conscient jusqu’à l’âge de 6-7 ans. La filleule de Ciconio en a 5. Autant d’années que nos années de mariage 🙂 Je suis contente de cette complicité malgré nos brèves rencontres. Pourvu qu’elle dure un moment, que le charme ne se rompe pas trop vite… Parfois je me dis que ces moments-là sont précieux car peut-être qu’il ne me sera pas donné d’en vivre de similaires avec mes propres enfants. Alors ce week-end, j’ai joué avec elle, j’ai ri avec elle, j’ai fait des chatouilles avec elle, j’ai lu avec elle… Et c’était précieux.

Durant le week-end, deux autres couples d’amis de Ciconio sont passés. Le premier est un couple qui attend déjà son deuxième enfant alors que la première n’a que 9 mois (d’après ce qu’ils disent, les deux grossesses étaient des « accidents », mais ils sont très heureux, même si monsieur se plaint par rapport à l’organisation…). L’autre est un couple d’expat revenu en France pour les fêtes, et rentré à Champ’ Ville plus tôt juste pour nous voir. Deux enfants aussi, le deuxième était l’un des gros ventres du Nouvel An passé. C’était sympa de les revoir, même si la multiplication des enfants et des ventres me fait toujours un pincement au cœur.

En parlant de « deuxième fournée de bébé » : je dois avoir des antennes parce qu’en discutant avec ma meilleure amie à propos d’une copine un peu perdue de vue, j’ai demandé si elle n’attendait pas le deuxième. Et effectivement, quelques jours après, nous avons appris que cette copine aurait « un bébé avant la fin de l’année ». J’avais vu juste. Cette copine a commencé les essais en même temps que moi, il y a 3 ans et demi. Elle avait trouvé longs les 8 mois d’attente avant de tomber enceinte. Remarquez, moi aussi je commençais à trouver le temps long. Si j’avais su ce qui nous attendait…

Retour à la maison, une nouvelle ère commence

Le moral est plutôt bon.

Nous avons terminé nos congés par un hammam et un massage en amoureux hier soir.

Bizarrement, depuis quelques temps, je me surprends à réfléchir tel qu’on le fait en méditation : je regarde mes pensées avec un certain détachement, sans trop souffrir. Je les observe, je les commente, je m’en étonne, mais je garde le moral.

Quand je repense à Maléfique, je n’ai plus la haine. Je vois l’avenir, le nouveau psy, en espérant qu’il soit plus perspicace.

Quand je repense aux 3 ans et demi d’essais, je me dis que c’était long… Mais je vois déjà l’IAC 2 que nous avons l’intention de faire fin janvier-début février.

J’ai la pêche et la niaque, je sais qu’on n’est pas au bout de nos peines, mais l’amour et l’amitié partagés en cette fin d’année dans ces 10 foyers me donnent la force de regarder droit devant avec courage.

Et je sais que vous êtes là, vous aussi ! 2014 m’aura permis de faire votre connaissance ; que 2015 me garde votre précieuse présence ! ❤

Publicités

28 réflexions sur “De 2014 à 2015

  1. Et ben dis donc c’est du sport les fêtes chez toi !
    Je constate que tu es venue au pays des cigognes sans venir me voir: sacrilège ! 😉
    J’attends impatiemment l’article sur l’hypnose
    Bises

    • Oui, je m’en suis rendue compte après coup à la lecture de l’un de tes articles. Mais tu sais, c’était la course, on n’aurait pas eu le temps ! Par contre j’en prends note pour la prochaine fois ! Ça serait vraiment super !

  2. Impressionnant ton programme pour ces fêtes ! On ne peut pas dire que ce soit reposant, c’est sûr mais par contre, ça met du baume au coeur et du courage plein les poches !
    Bonne année, plein de bonnes choses pour vous !
    Bisous

  3. Cest chouette tous ces bons moments et surtout ta force est de retirer le positif de tout ca et de ne pas s’attarder sur le negatif ☺️. Bravo pour ca !
    Et je remarque que tu as parlé de toi à la premiere personne dans cet article 😉 bises.

    • Ah bravo, tu as remarqué ma 1e pers. sing ! J’ai choisi d’utiliser le « je » dorénavant pour simplifier l’écriture, la rendre plus fluide ! 😉
      Et puis on est intimes, maintenant !
      Gros bisous

      • Hihi. C’est rigolo, j’ai eu l’impression du coup que qqch avait changé en toi, que tu t’etais plus libérée… Et moi, j’adore cette Ciconia qui dit Je et Nous 😊

      • Ha ha, ça doit être l’hypnose qui m’a libérée, délivrééééée la têêêêête ! 😉
        Écrire à la 3e pers. donne l’impression de raconter une histoire, mais ça me limitait un peu pour certaines tournures de phrase et je pense que parfois ça devait vous embrouiller quand il y avait plusieurs « elle » dans un paragraphe. Là ça coule de source !
        Merci Marivalou ! A très vite, je m’en vais de ce pas ouvrir de nouvelles cartes et un colis de copinautes 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s