Après l’agaçante psychologue, la douce assistante sociale

Lundi après-midi, C&C avaient rendez-vous pour la première fois en entretien individuel avec l’assistante sociale chargée de les évaluer dans le cadre de la demande d’agrément pour adoption.

Elle avait convenu du jour et de l’heure quelques jours avant avec Ciconia par téléphone. Ciconia, en l’entendant se présenter au bout du fil, était toute contente de savoir que ce serait elle qui assurerait leur suivi, car elle l’avait « repérée » lors de la réunion d’informations en mars et avait espéré qu’elle s’occuperait d’eux. Eh oui, elle avait ressenti un bon feeling avec cette femme.

Posée, avenante, cette dame respire la bienveillance et la douceur.  Nous l’appellerons donc Mme Accorte. Elle a accueilli chaleureusement C&C dans un bureau lumineux, en les laissant choisir leur place autour d’une table ronde. Déjà, Ciconia aime cette idée de table ronde : l’équité, l’égalité, la chevalerie… 😉

Elle a débuté la discussion en leur demandant de se présenter l’un l’autre, une jolie idée ! C’est Ciconio qui s’y est collé en premier (comme toujours). Il a retracé la biographie de sa chérie en précisant qu’elle était attentionnée et généreuse avec son entourage, en un mot : exceptionnelle, ce à quoi l’AS a rétorqué en riant qu’il aurait dû commencer par ça ! Ciconia a dit qu’il oubliait de parler de ses défauts. Ciconio n’en a trouvé qu’un : le fait qu’elle n’aime pas certains imprévus (bon là, il exagère un peu, Ciconia n’est pas psychorigide, même si elle aime quand même maîtriser certaines choses, dans une certaine mesure).

Et Ciconia  de présenter son homme : sa vie, son œuvre, ses qualités : attentionné également, très famille et amis, très fort pour organiser des surprises, par exemple des fêtes ou des voyages surprises. Mme Accorte a demandé à Ciconia si cela l’embêtait, ces surprises (mais quel portrait de psychorigide Ciconio a-t-il brossé de sa femme pour que l’AS pense ça ?!) mais Ciconia a affirmé que non, des imprévus positifs, elle en veut bien !

Difficile de résumer deux heures de conversation enjouées, mais toujours est-il que C&C sont ressortis de là plutôt satisfaits et de bonne humeur. Ils ont apprécié cet entretien.

Mme Accorte leur a certes posé les mêmes questions que la psychologue, mais sans « chercher la petite bête ». Elle a voulu savoir s’ils étaient passé par la PMA, mais n’a pas été plus loin quand C&C lui ont répondu non. Quand Ciconia a évoqué la fausse couche (rapidement et sans larme au coin de l’œil), elle n’a pas cillé. Pour info : la psy avait voulu leur tirer les vers du nez (quels vers d’ailleurs, C&C ne mentaient pas, ils ont juste omis de dire qu’ils envisageaient sérieusement la PMA pour cet automne). Elle avait par exemple été jusqu’à leur demander quel gynécologue les suivait, dans quel hôpital ils faisaient leurs examens d’infertilité, etc. Comme si elle ne les croyait pas quand ils déclaraient ne pas être encore en PMA. La psy avait aussi fait cette remarque : « Mais vous ne pensez pas que ce serait mieux que vous ayez d’abord un enfant biologique avant d’adopter un enfant ?! ». Mme Accorte n’a pas fait de commentaire ou de sous-entendu de la sorte.

Seule ombre au tableau qui inquiète un peu Ciconia : le fait que la psy veuille les revoir une troisième fois. En effet, à la fin de son entretien, Mme Accorte a demandé si la psy avait déjà donné ses conclusions à C&C. Non… Raison invoquée par la psy : normalement, les couples en demande d’agrément voient d’abord l’AS, puis la psy, puis l’AS à domicile, puis la psy. Or, pour C&C, l’ordre s’est avéré différent en raison des contraintes d’agenda de Mme Accorte. Ils ont vu la psy en premier à deux reprises avant de rencontrer l’AS. Dès le premier entretien, cela avait l’air de contrarier la psy que C&C n’aient pas encore vu sa collègue AS. Ciconia ne comprend pas trop où est le problème… Peut-être est-ce simplement la procédure ?

Mais du coup, elle se pose mille questions : est-ce que la psy –au vu de ses questions ou commentaires parfois un peu irritants et de son désir de les revoir– a des doutes sur leur capacité à faire de bons parents adoptifs ? Est-ce qu’elle les trouve trop jeunes, ou croit qu’ils sont d’ores et déjà en PMA et lui mentent ? Ou s’agit-il simplement d’une question de procédure, que c’est elle la « psychorigide » (Ciconia a failli écrire « psychoFrigide », LOL) et qu’elle veut absolument faire les choses dans les règles en échangeant avec Mme Accorte avant de rendre son verdict ? Ciconia était ressortie des deux rendez-vous psy avec des doutes sur l’opinion de la psy à leur égard alors qu’elle n’en a pas concernant l’AS.

A-t-elle des raisons de s’inquiéter ? Suspense.

En tous les cas, le prochain rendez-vous déjà fixé avec Mme Accorte et sa stagiaire aura lieu chez C&C, le lundi 22 septembre. Ciconia s’en fait une joie car elle sait qu’elle aura plaisir et fierté à présenter la maison (la partie finie et la partie en travaux), le jardin et les mascottes.

Publicités

14 réflexions sur “Après l’agaçante psychologue, la douce assistante sociale

  1. Je crois que tu n’as pas à t’inquiéter, ils prennent toutes les précautions, c’est bien normal, et ce n’est certainement pas spécifique à vous. J’imagine qu’ils doivent voir surtout des couples plus âgés, souvent « usés » par la pma dans un besoin impérieux d’enfant (le fantsme qu’il réparerait tout), du coup ils sont précautionneux.Je n’ai pas l’ombre d’un doute que l’agrément vous l’aurez très vite in the pocket (si on vous le donne pas, à qui on le donnerait?). Mille bisous

  2. Ne t’inquiète pas !! Je ne pense pas que les questions posées ont pour but de chercher la petite bête. Personnellement, j’ai aimé y répondre parce que ça me permettait de réfléchir sur certains points et d’être vraiment au clair avec ce projet. Il y a une réelle spécificité à la parentalité adoptive, d’où les questions pour s’assurer que le projet est bien réfléchi. Comme me disait l’éduc (et même la psy), ils raisonnent juste en pensant au bien-être du futur enfant adopté. Et ils n’ont que quelques heures pour ça… Quand tu vois le nombre de parents biologiques incompétents, on se dit qu’on devrait tous (fertiles et infertiles) obtenir un permis avant d’avoir un enfant !!
    Quoiqu’il en soit, je suis sûre que vous aurez un bon dossier. Pas d’inquiétude à avoir. Bises.

    • Merci beaucoup ! A vrai dire, j’attendais ta r »action avec impatience, vu que vous êtes passés par là avec succès. Cela me rassure un peu. Difficile de savoir quelles questions et réactions sont « normales » ou pas de la part des professionnels de l’adoption. J’ai tendance à douter de moi très vite en plus, ce qui n’aide pas.
      Je suis bien d’accord avec toi pour le permis BB ! LOL
      Merci encore et gros bisous

      • Je crois que j’ai eu les mêmes appréhensions que toi avant de commencer les entretiens. Mais 2 éléments m’ont permis d’y aller confiante et sereine. Le 1er, c’est une de mes meilleures amie, AS en charge des enquêtes adoption dans son service. On a longuement échangé sur mes craintes (la peur d’être jugés, de devoir se justifier sur tout, etc…). Elle m’a rassurée en m’affirmant que finalement ce n’est pas tant nous qu’ils observent. Ils observent les conditions d’accueil du futur enfant adopté. Ça ne signifie pas qu’il faut vivre dans un château et être blindé de fric, juste qu’il faut être suffisamment stables pour devenir un bon parent.
        Ça m’amène à ce 2ème élément qui a su me rassurer… Je t’assure que je n’ai pas une grande confiance en moi. Mais j’en vois défiler des familles instables !! Et je me suis juste demandée si je pourrais offrir une vie stable à un enfant (adopté ou pas). La réponse a été sans appel: OUI ! J’ai donc abordé les entretiens avec cette conviction que je serais une bonne mère, et que Chéri serait un bon père. Sans le moindre doute, jamais !
        Alors tu peux douter de toi. C’est même sain pour se remettre en question régulièrement. Mais ne doute pas de votre capacité à devenir de bons parents. Si tu as besoin d’échanger sur tout ça, n’hésite pas! Bises.

  3. Faut pas aussi voir le président de la république et le frérot du pape? Ça me tue ces parcours d’adoption.
    Par contre, bien contente pour vous que ça se soit passé tel que vous l’espériez 🙂

  4. Je suis toujours aussi admirative concernant les couples qui se lancent dans l’adoption… L’adoption quel parcours du combattant… Tant de choses à prouver. J’ai 3 cousins-cousines adoptés et je me souviens comme c’était difficile pour ces futurs parents, ces RV avec le psy… Tout ça. On devient vite parano 🙂 bon courage

    • Je te remercie ! C’est vrai qu’il faut se justifier sur tout, même sur notre budget… Mais bon, on est comme les couples en PMA, c’est le désir d’enfant qui nous booste ! 😉
      Je ne pense pas qu’on soit plus courageux que d’autres. J’admire surtout les PMettes, notamment celles qui font le parcours en solo ! Au moins dans ce parcours du combattant, Ciconio et moi nous impliquons autant l’un que l’autre 😉 J’appréhende davantage la PMA pour l’aspect physique.
      Merci et à bientôt ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s