Impressions sur le dernier J1 en date et le premier rendez-vous psy pour l’adoption

Depuis quelques jours, Ciconia manque de temps (les affaires reprennent au boulot) mais aussi de volonté pour écrire et elle s’en excuse.

Tout d’abord, elle vous remercie infiniment pour votre soutien jeudi dernier à l’arrivée douloureuse du dernier J1. Douloureuse dans tous les sens du terme. Bien que couchée tôt mercredi soir, Ciconia a eu mal aux jambes et au crâne toute la nuit, puis quand les vilaines sont arrivées jeudi midi, elle a eu tellement mal au ventre qu’elle a passé l’après-midi au lit, bonne à rien, à se tordre dans tous les sens en attendant que l’ibuprofène agisse. Dégoûtée, car elle avait commencé à y croire vu ses symptômes inhabituels qui lui rappelaient un peu trop sa seule et unique grossesse… Et puis la psy ayant évoqué les nombreuses dames se rendant compte qu’elles étaient enceintes entre le premier et le second rendez-vous avec elle, Ciconia s’est prise à rêver… Un rêve de courte durée, les vilaines l’ont bien vite guérie de sa débilité.

Le rendez-vous psy de la veille, même s’il s’est bien passé, a quelque peu chamboulé Ciconia. C’est Ciconio qui s’y est collé en premier, au jeu des autobiographies. Et Ciconia n’en revient toujours pas qu’il ait autant parlé (pendant plus de 1h15 sur 2 heures d’entretien en tout). Elle pensait que ce serait l’inverse, qu’elle serait intarissable sur sa vie, son œuvre, etc., sauf qu’à son tour, il restait peu de temps pour parler d’elle et elle n’a pas trouvé sa « prestation » terrible.

Pourtant, Ciconia se confie assez facilement dans la vraie vie à ses amis, aux gens en qui elle a confiance (après une période d’observation bien sûr). Et cette psy est comme elle se l’était figurée : sympa, souriante, essayant de les mettre à l’aise tous les deux. Mais rien à faire, Ciconia gardait en tête le fait qu’elle était évaluée et du coup, c’était un peu dur de déballer sa vie comme ça. Elle avait trop peur qu’on lui trouve un vice caché pour ne pas leur donner l’agrément…!

Au moment où elle devait parler de l’adoption (juste après avoir évoqué sa fausse couche), elle ne sait pas pourquoi, mais elle a craqué et a versé sa petite larme. Comme ça, sans crier gare. Du coup, elle a balisé, car la psy a voulu savoir si elle pleurait à l’évocation de la fausse couche ou de l’adoption. Ciconia a répondu que ça devait être un mélange des deux, ce qui est vrai, car elle a toujours eu la larme à l’œil en voyant des reportages sur l’adoption à la télé, et ce bien avant de rencontrer Ciconio et de « penser bébé ».

Mais le hic c’est que la psy en a profité pour demander si Ciconia avait « vu quelqu’un » après la fausse couche. Non, mais elle a été super bien entourée et a pu se confier à ses amies et à sa famille proches, notamment sa marraine qui a vécu ça 4 fois…  Ciconia est persuadée d’avoir fait son deuil. Ciconio a renchéri.  Mais vous pensez bien que la psy a sauté sur l’occasion pour « faire sa psy » et dire que ça pouvait être un blocage psychologique, bla bla bla. Ciconio s’était étendu pendant un si long moment sur sa vie et ses parents qu’il n’en était pas encore au stade de la fausse couche quand la parole a été donnée à Ciconia. Du coup, c’est Ciconia qui a dû subir cette réflexion.

Remarquez, elle l’attendait. Ce n’est pas qu’elle réfute complètement toute hypothèse de cause psy à l’infertilité. Elle en a lu des articles sur le sujet, plus deux bouquins de psy sur le sujet, qu’elle foutrait volontiers aux ordures, soit dit en passant. Tout ça pour en arriver à la conclusion que non, ça ne peut pas être uniquement dans sa tête. Non, la seule fois où elle est tombée enceinte, il ne s’est rien passé de spécial avant, à part peut-être le rendez-vous avec son kinésithérapeute-ostéopathe-masseur-kinésiologue so so sexy… [Soupir.] Oui, Ciconia aussi a son Christian Grey perso. Elle vous en parlera quand elle sera d’humeur plus légère.

Oui, elle avait pensé à tomber enceinte le mois où elle est tombée enceinte. Non, elle n’était pas partie en vacances avant de tomber enceinte. Oui, elle avait cogité avant de faire le test. Non, elle n’avait pas fait spécialement attention à son alimentation, même si elle est assez raisonnable en général, c’était le mois de février avec son lot de raclettes, de vin blanc, et elle était tombée à skis, plusieurs fois. Non, elle n’avait pas spécialement pensé à autre chose ni dénoué une quelconque névrose avant de tomber enceinte. Mais ça avait marché. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Mystère de DN.

Maintenant, pour Ciconia, le résultat de deux ans de lecture et de cogitage intense sur le sujet, c’est qu’elle ne se sent plus concernée par les explications uniquement psychologiques à l’infertilité.

Elle a peut-être tort, mais elle ne supporte plus qu’on lui mette sur le dos les raisons de l’infertilité de son couple. Et oui, Ciconia n’a aucune répartie, sinon elle aurait répondu dare-dare que Ciconio aussi pouvait avoir un blocage psychologique !!! Non ?!

Enfin, heureusement que C&C ont précisé que pour eux l’adoption d’un enfant ne remplaçait pas le bébé biologique et que si une grossesse arrivait, ils ne renonceraient pas à l’adoption. L’adoption d’un enfant en plus (si possible) d’un enfant biologique est un projet ancré dans le cœur de Ciconia depuis bien longtemps. Et elle a réussi à convaincre Ciconio en début d’année.

C&C espèrent donc que ce petit « craquage » n’incitera pas la psy à écrire dans son rapport qu’ils n’ont pas encore fait le deuil et qu’ils adoptent par défaut. La psy a précisé qu’elle voyait plutôt débarquer des couples de 10 ans de plus avec derrière eux des années et des années de PMA infructueuses. Des gens lessivés physiquement et moralement. Et ça sonnait un peu comme si pour elle, c’était plus légitime pour eux d’être acceptés pour l’adoption, que pour C&C, qui sont encore jeunes et ont encore une lueur d’espoir pour une grossesse miracle mais pour qui la famille idéale serait d’avoir un enfant biologique et un enfant adopté, ou plusieurs ;-). Mais la psy étant restée vague, C&C ne sont pas sûrs d’avoir bien saisi, peut-être qu’ils interprètent mal (ils l’espèrent !).

Pour rebondir là-dessus, la psy leur a demandé si Ciconia était sous traitement. Ciconia, bienheureuse de ne pas avoir à mentir, a répondu non. Mais elle s’est bien gardée d’ajouter qu’ils avaient lancé la procédure pour aller en PMA. Comme rien n’est encore fait et qu’elle a lu ici et là que le fait d’être en PMA était mal vu des services sociaux pour l’adoption, ça tombait « bien » de ne pas avoir commencé. C&C ont quand même évoqué leur bilan d’infertilité qui n’a rien décelé d’anormal.

En bref, Ciconia ne sait plus trop dans quel ordre toutes ces choses ont été dites, mais la fin de l’entretien a consisté à redéfinir le profil de l’enfant qu’ils souhaitent adopter, sujet qui sera approfondi au prochain rendez-vous fin juin.

Vous comprenez mieux pourquoi Ciconia avec toutes ces émotions, a dû rester dans son nid pour réfléchir avant de revenir vous conter son histoire. Elle repense beaucoup à cet entretien et recommence à douter d’elle. Ce n’est pas bon, car elle avait réussi à sortir de tout ça et là, elle « replonge » à cause de la psy. En même temps, si on pouvait lui certifier que la cause de l’infertilité venait de sa petite tête de cigogne, ça ne ferait pas plaisir à Ciconia mais elle serait open pour voir un psy et débloquer ce qui est bloqué.

Mais comment savoir ?

Et puis ça l’énerve de voir qu’on met toujours tout sur le dos des femmes.

Pas vous ?

Publicités

23 réflexions sur “Impressions sur le dernier J1 en date et le premier rendez-vous psy pour l’adoption

    • Je te remercie ! Je l’espère aussi. Au pire, si notre dossier est refusé en octobre, on fera appel et on aura droit à des entretiens avec d’autres professionnels. Mais j’espère que cela ne sera pas nécessaire ! On ne l’a pas sentie hostile, mais je pense qu’avec toutes ces galères, on a hyper peur d’un nouvel échec.

  1. Non mais elle a raison, j’ai pensé fort fort fort à avoir un enfant, et quand il est arrivé j’ai stoppé la grossesse parce que c’est dans ma tête. Ben voyons. Et puis les spz du conjoint, ben il pense, et il se dite peut-être ben qu’oui, peut-être ben qu’non. Ben voyons. Que ça m’énerve ce genre de sous-entendu, ou de réflexions. Oh que ça m’énerve, la fécondation c’est un truc biologique qui se passe dans l’appareil reproducteur (il porte pas son nom pour rien bordal !), et non dans la tête.
    Enfin. Ça a dû te remuer énormément cet entretien. J’espère que les prochains seront de beaux moments. Bisous

    • Tu m’a bien fait rire ! Tu sais, moi je contracte mon utérus pour empêcher les zozos d’y entrer, je contracte aussi mes ovaires pour pas qu’elles ovulent y tout y tout !
      Ah la la, si c’était pas une psy pour l’adoption, je me risquerais peut-être à lui sortir ce genre de trucs, histoire de voir sa tête ! Mais là l’enjeu est trop important.
      Au final, ce n’était pas un « mauvais » moment, mais disons que le temps s’est mal réparti entre mon homme et moi et que du coup je n’ai pas pu ou su m’exprimer comme je l’aurais voulu : d’où la peur des mauvaises interprétations. Mais il reste le prochain entretien donc pas de panique.

  2. Ouch, intense cet entretien. J’espère qu’il n’y aura pas eu de mauvaises interprétations de sa part mais de ce que tu décris, je trouve que ton message est passé plutôt clairement, et puis c’est important de se montrer sincère. On peut avoir fait le deuil d’une fausse couche, tout en continuant à ressentir beaucoup de chagrin que on évoque le sujet. D’ailleurs je ne vois pas comment ne pas réagir comme toi !
    Des bisous à vous 2 :

  3. Quand on sait pas on dit que c est psy! Tellement classique. Moi je crois pas qu psy puisse débloquer quelque chose mais ça peut aider. Pour l adoption si tu as été toi même et spontanée il n y a pas de raison qu il y ait des problèmes. Et peu importe le profil des autres couples: a chacun son projet et son parcours! Aucune comparaison possible. Bises

    • Merci ! Tu as raison ! On verra bien, et puis la psy fait son travail, elle soulève des questions pour arriver à nous cerner. Ça ne doit pas être facile de le faire en seulement 2 séances, c’est pour cela que c’est intense pour nous. Et puis nous n’avions jamais vu de psy auparavant non plus. Mais bon je suis pour être suivi lorsqu’on en ressent le besoin, et pas forcément pour « débloquer quelque chose » à tout prix. C’est clair que j’ai l’impression que c’est le dernier recours quand la médecine n’a plus de réponses à nous donner. J’aimerais autant qu’on nous réponde sincèrement « On ne sait pas ! ».

  4. Coucou!
    Je ne peux m’empêcher de venir mettre mon grain de sel en tant que « pro » du parcours d’adoption 😉
    Tout d’abord, je confirme ce que vous a dit la psy: beaucoup de couples arrivent épuisés par la PMA mais aussi beaucoup plus âgés. Il est alors plus difficile de convaincre sur le deuil de l’enfant bio, le sacro saint Graal pour obtenir son agrément 😉
    Pour ce qui est de la PMA, tu as eu 100% raison de dire que vous n’étiez pas en traitement. Et je vais t’avouer un truc: personne ne dit toute la vérité lors de ces entretiens! Donc gardez cette ligne de conduite, ils n’ont de toute façon pas accès aux fichiers de la SS. Et compte tenue des délais pour devenir parents par l’adoption, vous avez largement le temps de finir votre parcours PMA si vous en avez besoin.
    Pour ce qui est du verbe facile de Mr C, il m’a bizarrement fait penser à Cher&Tendre. Pendant que je me gavais de bouquins sur l’adoption, lui me disait je serais être là au moment où il faut. Et j’avoue qu’il m’a bluffée. Je l’aurais épousé si cela n’avait pas déjà été fait!
    Quoiqu’il en soit, saches que la seule chose qui compte pour le CG, c’est de s’assurer que les 2 sont sur la même longueur d’onde. Que l’un ne fait pas la démarche pour faire plaisir à l’autre tout simplement.
    Plein de bisous d’encouragement et surtout, gardes confiance en toi, en vous
    xxx

    • Merci beaucoup pour tes précieux conseils et tes encouragements ! C’est bon à savoir qu’ils préfèrent des « plus vieux » un peu « moins frais » que nous !
      Pour la PMA c’est la vérité, ça tombe bien, vu qu’on n’a pas encore commencé. J’aurais eu beaucoup de mal à mentir, même par omission ! Donc comme ça, rien à se reprocher ! Je regrette vraiment ma petite larme qui a dû mettre la psy dans la confusion alors même que ça m’est arrivé en parlant de l’adoption, mais bon c’est comme ça, c’est arrivé sans prévenir.
      C’est cool ces hommes qui assurent quand il le faut 🙂
      Est-ce que tu tiens un blog sinon ? 😉
      Merci encore ! Au plaisir !

  5. Je trouve terriblement dur ces entretiens où c’est un psy donc sensé aider et soigner qui doit juger et faire un rapport… Tu as le droit d’avoir les larmes aux yeux à l’évocation de la fc, franchement, si ça ne te faisait rien, ça pourrait aussi en dire long sur le peu d’attachement à cet espoir d’enfant ! Ca me semble tellement normal, à moi en tant que femme mais aussi en tant que psy… Je ne crois pas que ça vous soit préjudiciable d’être jeune et pas épuisé par un parcours PMA, au contraire. Que d’émotion, comme ça doit être difficile de ne pas se repasser chacun de ses mots en boucle dans la tête… Plein de courage…

    • Merci ! Ah, le point de vue d’une psy, super 🙂
      De toute manière, on a pris le parti d’être sincères, on ne se voit pas faire autrement. La petite larme sur l’acte d’adopter et la fausse couche était sincère.
      Dire qu’au moment du bac j’ai hésité entre psychologie et mon domaine actuel ! Ça m’a toujours intéressée, j’aime lire des articles et des bouquins de psychologie « grand public ». Ce n’est pas pour autant que c’était facile de parler de moi et de nous à une vraie psy en chair et en os !
      Merci pour tes encouragements en tout cas 😉

  6. Bon, je sais pas pourquoi je ne prends connaissance que maintenant de ton article, mes plus plates excuses. Je suis tout d’abord désolée pour ce J1 foireux, vraiment. J’imagine que vous avez dû être chamboulés par cet entretien. Mais la psy, elle connait son taf’, elle en a vu défiler des couples qui veulent adopter. Pour de bonnes et mauvaises raisons. Certains par précaution, par anticipation, par impatience, et d’autres (comme vous) par conviction de vouloir offrir une famille à un enfant. La psy n’est pas non plus dupe. Ce serait hypocrite de dire qu’à vos âges, sans PMA débutée, vous y avez mis définitivement un trait sur un bébé biologique pour opter uniquement pour l’adoption, car ce n’est vrai pour (presque) personne. Vous avez joué l’honnêteté, et vous avez bien fait. Par contre, le côté culpabilisateur du « blocage post FC », mes cou*lles oui! Tu fous tous les daubes sur papier à la poubelle. Un mauvais hasard de vie. Et en aucun cas, vous ne portez une quelconque responsabilité de ce qui vous arrive maintenant. Vous allez y arriver, pour reprendre une citation « je n’ai aucun doute là dessus ». La bise,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s